Baguette magique – Budget : il n’y a pas de politique de la baguette magique

L’édito de L’Opinion 26/08/ 2018 Rémi Godeau
Ne pas relâcher l’effort. Au contraire, l’accentuer. Si la première des politiques est budgétaire, la ligne de l’exécutif pour 2019 est toute trouvée : privilégier la compétitivité sur le pouvoir d’achat, préférer les revenus d’activité aux aides sociales, favoriser les engagements européens sur les facilités de court terme.
Les pistes dévoilées dimanche dans le Journal du Dimanche par le Premier ministre tendent à montrer que le gouvernement n’a pas renoncé à rénover un modèle social à bout de souffle, malgré sa trop grande timidité sur la dépense. Il faut tenir. Contre le doute de l’opinion, contre la charge de l’opposition, contre la langueur de la conjoncture.
Persévérer et accélérer même si, ou plutôt parce que les résultats se font attendre. Comme disait Pierre Mendès France, «les réformes ne se réalisent pas à coups de baguette magique.» En Allemagne, deux ans après le vote des lois Hartz, le taux de chômage bondissait de 9 % à 11 % et il faudra attendre cinq années pour qu’il passe sous 7 %. Or par comparaison, la «transformation» engagée en France s’avère bien moins structurelle…
Cette constance dans l’action n’empêche pas l’habilité politique. La préservation des prestations sociales des plus démunis est ainsi une réponse au procès en excès de libéralisme. Pour autant, le chef de l’Etat aurait tort de s’en tenir là. L’affaire Benalla a brouillé son image : et si sa persévérance n’était qu’entêtement de technocrate coupé des réalités ? L’étiquette de «Président des riches» l’oblige aussi, dans un pays épris de justice, à expliquer l’équilibre des efforts demandés, mieux qu’un «merci» lapidaire à l’adresse des retraités. Et puis gare aux signaux contradictoires : où serait la logique du choix pour le travail si les classes moyennes se voyaient une fois de plus taxées ? Plus que jamais la cohérence sera la meilleure des armes pour que les Français, perplexes, ne se sentent pas dupés.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.