Quand Nicolas Hulot réclamait “un sursaut d’indignation” aux députés

Positivr.fr – 29/08/2018 – Axel Leclercq –
Il n’est plus ministre de la transition écologique. Avait-t-il eu raison d’accepter ce poste ? A-t-il opté pour la meilleure stratégie ? A-t-il eu raison de tenter la voie du compromis ? Sur ce point, tout le monde peut avoir des doutes et lui-même ne cache pas les siens. Mais, une chose est sûre, au cours des derniers mois, entre deux renoncements et entre deux silences, Nicolas Hulot a porté au plus haut de l’État son message écologiste, mettant des mots clairs, nets et précis sur une crise aux enjeux vertigineux. Et s’il ne fallait retenir qu’un discours, celui-ci fera très bien l’affaire. Un grand moment de vérité dans un temple de la langue de bois.
C’était en mars dernier, dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Ce jour-là, s’adressant à l’ensemble des députés, Nicola Hulot leur a rappelé de façon la plus sincère et abrupte qui soit, l’immense responsabilité à laquelle tous avaient à faire face. On pourra faire des reproches à Nicolas Hulot, mais pas celui de ne pas nous avoir mis en garde. Écoutez, car ce discours fera date :

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.