Jean-Claude Carrière aborde la croyance dans son dernier ouvrage

Jean-Claude Carrière est écrivain, scénariste et dramaturge.  Ses textes ont marqué les dernières décennies, accumulant les récompenses et les succès publics. Ce nouvel ouvrage est une réflexion sur la croyance. L’écriture de ce livre a été commencée il y a quelques années déjà, « et chaque fois depuis deux ans qu’il se passe quelque chose dans tel ou tel pays, je suis obligé de le retoucher, de le raffiner« , confie Jean-Claude Carrière.
Une différence entre croyance et foi
Dans ce livre, l’écrivain explique que la croyance aujourd’hui l’emporte sur la connaissance. « On se rend compte, petit à petit que l’obscurité marche toujours à nos côtés, que la croyance, et à côté de la connaissance et ne l’a pas quitté« , souligne Jean-Claude Carrière avant d’ajouter que la croyance « est une certitude sans preuve« . L’auteur fait tout de même une différence entre croyance et foi « parce que quelqu’un peut ne pas avoir la foi, être athée et croire en l’astrologie ou à la numérologie« .
Date de parution : 06/05/2015 / 336 p. / 22 € 90
Résumé :
La croyance, cette certitude sans preuve , pouvons-nous l’approcher, la connaître ‘ Qu’est-elle exactement ‘ Une rébellion individuelle, ou au contraire un ralliement à un groupe, à une secte ‘ Un réconfort ou une aberration ‘ Alors que nous pensions, depuis le siècle dit des Lumières , aller vers plus de clarté, plus de maîtrise sur le monde et sur nous-mêmes, nous voyons que la croyance a marché près de nous au même pas que la connaissance, et que l’obscurité nous accompagne toujours, avec son cortège de rage et de sang. Nous voyons qu’une vieille alliance, que nous espérions dissipée, s’est renouée entre la violence et la foi. Pouvons-nous, le temps d’un livre, nous arrêter au bord du chemin, réfléchir ensemble, rappeler certains épisodes de notre passé et nous demander s’il nous reste une chance, un jour, d’éteindre, ou d’adoucir, ce feu ancien qui nous déchire encore ‘ J.-C. Carrière.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Développement personnel, réflexion. Ajoutez ce permalien à vos favoris.