On en reparle – Le temps du patrimoine : Un bien commun

Ouest-France juin 2018

La maison du maître des forges ***

Les Forges de Paimpont (Ille-et-Vilaine) ont été sélectionnées pour le Loto du patrimoine | SANDRINE GOUEVY / OUEST-FRANCE
Emmanuel Macron a fait de la promotion du patrimoine français un marqueur de son mandat. Une façon de se souvenir de l’Histoire, et de considérer le temps qui passe à sa juste valeur.

L’éditorial de François-Xavier Lefranc, rédacteur en chef de Ouest-France.
Dans un monde numérique où tout est bousculé, l’immédiateté impose un rythme effréné. Tout va très vite. L’information circule à la vitesse de la lumière. L’intelligence artificielle ouvre des perspectives hallucinantes.
Là où le cerveau humain a besoin de temps, la machine apporterait instantanément toutes les réponses, y compris les plus complexes. Nous serions entrés dans un monde où le temps est une contrainte dont il conviendrait de s’affranchir, et prendre son temps, un signe de faiblesse. Attention, c’est un leurre !
La leçon des bâtisseurs du patrimoine a franchi les siècles. Des maîtres maçons du Xe siècle, taillant la pierre des premières nefs du Mont Saint-Michel, aux artisans d’art qui en assurent aujourd’hui la sauvegarde, le temps a porté les rêves, les aspirations et la foi des hommes, les joies et les souffrances inspiratrices d’une oeuvre inestimable. Comprendre ce passé éclaire notre futur.
Le patrimoine est l’oeuvre, façonnée par le temps, d’une humanité éclairée. Il est donc la cible des obscurantistes, comme en Syrie et en Irak où Daech a ajouté à ses crimes les plus odieux la destruction de plusieurs centaines d’éléments du patrimoine culturel mondial.
En France, les générations d’hier nous ont légué un patrimoine matériel (les monuments, les collections) d’une valeur inestimable et d’une grande diversité. Châteaux, musées, manoirs, chapelles, moulins, ponts et calvaires, anciens ateliers ou sites industriels, héritage des grands bâtisseurs urbains, joyaux du littoral, la liste est sans fin.
Un bien commun
Il suffit de constater le succès des Journées européennes du patrimoine organisées chaque année en septembre (1) pour mesurer notre attachement au patrimoine commun. Sans doute parce qu’il porte en lui quelque chose d’essentiel. Il nous rassemble, nous émeut, nous dépasse.
Le président de la République a décidé de faire de la promotion du patrimoine français un marqueur de son mandat, rappelant au passage le poids de l’activité économique qui y est liée. Un tirage spécial du loto sera même organisé en septembre pour recueillir des fonds qui permettront de réhabiliter des sites sur tout le territoire national.
Cette opération originale aura au moins le mérite de sensibiliser le public. Mais elle ne suffira pas. Trop de chefs-d’oeuvre sont aujourd’hui en péril, oubliés des hommes ou simplement laissés dans un triste état faute de moyens financiers.
De son côté la Fondation du Patrimoine, qui a soutenu près de 21 000 projets de sauvegarde, publics ou privés, mène un travail remarquable. Depuis sa création en 1996, elle a su mobiliser 1,6 milliard d’euros, permettant de créer ou de maintenir 35 000 emplois dans le bâtiment.
Soulignons aussi l’engagement infatigable de milliers de personnes, souvent bénévoles, qui consacrent leur temps, leurs ressources et leur énergie, à réhabiliter des éléments du petit patrimoine ou des sites plus prestigieux, et les ouvrir au public. Le patrimoine matériel est un bien commun. Nous avons le devoir de le sauvegarder et le transmettre. L’engagement de tous ses défenseurs est salutaire.
(1) Les prochaines Journées européennes du patrimoine ont eu lieu les 15 et 16 septembre avec pour thème « l’art du partage ».

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Economie, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.