En Vrac – Brésil, Bolsonaro, Abdelaziz Bouteflika, Moscou

L’élection de Bolsonaro, « symptôme » d’une Amérique malade. Presque deux ans après le séisme provoqué par l’élection de Donald Trump en novembre 2016, la victoire de Jair Bolsonaro, candidat d’extrême droite, à la présidentielle brésilienne, avait dimanche soir un air de déjà-vu outre-Atlantique. L’arrivée au pouvoir de ce nostalgique de la dictature militaire, souvent qualifié de « Trump des Tropiques », suscite l’inquiétude de la presse brésilienne comme internationale concernant l’avenir démocratique de la huitième puissance mondiale. Pour le quotidien Folha de Sao Paulo, le fait que le nouveau président ait choisi de livrer ses premières déclarations sur Internet, via Facebook, pourrait être révélateur de ce à quoi pourrait ressembler le futur style de communication du leader brésilien : à savoir un discours verrouillé, sans réel dialogue possible avec la presse, dans la continuité de la stratégie qu’il a adoptée après l’attentat dont il a été victime en septembre dernier. Dans un papier d’analyse publié après l’annonce des premiers résultats dimanche soir, le journaliste d’El Pais Andrea Rizzi estime pour sa part que l’élection du président américain comme celle de Jair Bolsonaro, sont « le symptôme de quelque chose de profond, d’un énorme malaise au sein du système qui a gouverné l’Occident » au cours des dernières décennies. « La combustion de l’Atlantique avance à grande vitesse » conclut-il.
« Infox » au Brésil : comment les fausses informations ont inondé WhatsApp Le scrutin présidentiel brésilien est un exemple inédit de propagation de « fake news » et de propagande politique sur l’application de messagerie appartenant à Facebook.
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, candidat à la présidentielle de 2019 ? C’est ce qu’a affirmé dimanche soir Djamel Ould Abbes, secrétaire général du FLN. Diminué par les séquelles d’un accident vasculaire cérébral, le président algérien ne s’est toutefois pas encore exprimé directement sur le sujet. Dimanche soir, la télévision d’Etat ENTV n’a d’ailleurs pas repris l’annonce de Djamel Ould Abbes, remarque le site d’information algérien TSA.
Moscou. Appliquées depuis 2014 en représailles à l’annexion de la Crimée par la Russie et au conflit meurtrier dans l’est de l’Ukraine, les sanctions occidentales ont généré, en retour, une longue liste de produits agroalimentaires bannis de Russie. Un oukase de Vladimir Poutine publié en juillet 2015 les avait ensuite condamnés à être détruits si, malgré l’embargo, les cargaisons illicites parvenaient à franchir les frontières. Depuis, plus de 26 400 tonnes de légumes, fruits, viandes et produits laitiers – les produits d’élevage représentant à eux seuls 999 tonnes – ont été écrasées, broyées et laminées par des engins de chantier. Lire l’article de notre correspondante, Isabelle Mandraud .
Le Monde 29/10/2018

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, En Vrac, International, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.