Ségolène Royal, en plein come-back médiatique et politique – rebond

Rebond – Ségolène Royal : comme un désir de vengeance
L’Opinion 30/10/2018 Rémi Godeau
EditoRéapparaître, récidiver, revivre, renaître, ressusciter… Qu’importe le mot, revenir les obsède ! Vous avez aimé le «Dedication Tour» de François Hollande, vous adorerez le «Come Back Show» de Ségolène Royal. La sortie du livre de l’ancienne ministre de l’Ecologie sera à n’en pas douter un exercice d’autopromotion hors norme. Avec son panache, mais aussi ses artifices, ses arrière-pensées et ses attributs si «vieille politique».
Le cynisme d’abord : il en faut pour passer de promoteur à contempteur d’Emmanuel Macron, une fois acté le trop faible retour sur investissement de son soutien originel. L’impudence ensuite : il en faut pour stigmatiser sans réserve le gouvernement qui vous a pourtant fait ambassadrice. L’arrogance enfin : il en faut pour donner des leçons de fiscalité verte sans jamais avoir fait son propre bilan et au prix de vérités falsifiées.
Mais Ségolène Royal, 65 ans dont trente-huit de politique active, le dit elle-même, pas mécontente d’être sollicitée pour les élections européennes par ce PS tant honni : « Je comprends qu’on vienne me chercher… » Et voilà la machine du come-back qui s’emballe, nourrie par le folklore du rebond, le mythe de la femme providentielle, la foi que l’échec pèse moins que la promesse, l’espoir de circonstances exceptionnelles…
Sans tomber dans le jeunisme ni dans un dégagisme béats, comment ne pas être lassé par ces revenants en série, plus préoccupés par leur désir de vengeance que par leur soif de servir ? Que ne mettent-ils pas cette expérience et ce volontarisme sans cesse revendiqués au service d’un pays assez mal en point pour mobiliser toutes les bonnes volontés ? Mais le goût du pouvoir pour le pouvoir interdit d’imaginer la politique autrement qu’à coups de petites phrases, de manœuvres politiciennes et de rancœurs narcissiques. Au risque d’accélérer le krach démocratique plutôt que d’aider à inventer un avenir.

Ségolène Royal, en plein come-back médiatique et politique
L’Opinion 31/10/2018 Matthieu Deprieck
L’ancienne candidate à la présidentielle publie ce mercredi « Ce que je peux enfin vous dire » (Fayard), un livre que l’on devine, à la lecture des premiers extraits, très critique à l’encontre d’Emmanuel Macron. Les médias vont adorer. Ses anciens camarades socialistes, qui voudraient lui confier la tête de liste aux européennes, aussi.
Lire

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.