Le maître de nos horloges biologiques c’est le Soleil !

Biocontact magazine – novembre 2018 – Maryvonne Bauer –
Nos horloges biologiques sont synchronisées selon le rythme et l’intensité de la lumière et de l’obscurité, au fil des jours et des saisons et non pas selon notre réveille-matin. Hélas, les changements d’heures bisannuels ne nous facilitent pas la tâche…

Comme leur nom l’indique, les horloges biologiques marquent l’heure. Ce mécanisme se retrouve dans presque toutes les cellules des organismes vivants, êtres humains compris, il orchestre les comportements et les fonctions physiologiques à des moments précis de la journée. Le chef d’orchestre de nos horloges, c’est notre horloge biologique centrale, au centre de notre cerveau. C’est elle, et elle seule, qui commande notre agenda social. (1)
Cette horloge bat réellement en harmonie avec la période de rotation de la Terre sur elle-même (rythme journalier) et de sa ronde autour du Soleil (rythme des saisons). Au lever du soleil, chaque matin, elle est remise à l’heure afin de suivre le rythme réel de l’alternance du jour et de la nuit, et donc de l’éveil et du sommeil, sur 24 heures. Des cellules de la rétine activées par la lumière lui indiquent que c’est le moment de l’éveil. Dès lors, cette horloge coordonne toutes les très nombreuses horloges biologiques de l’organisme qui communiquent entre elles par des signaux de lumière.
Ces horloges solaires contrôlent notre vie à de très nombreux niveaux, de l’activation des gènes et de la régulation hormonale au comportement, aux facultés cognitives et à la performance – leur tâche est d’optimiser le métabolisme, les systèmes cardiovasculaire et immunitaire, la température de notre corps ainsi que notre rythme veille-sommeil sur une durée de 24 heures.
A l’inverse, l’obscurité entraîne un autre mécanisme qui indique que c’est le moment de dormir, faisant intervenir la mélatonine, une hormone sécrétée par la glande pinéale. Au lever du jour, notre corps a réellement besoin de lumière, comme les cellules photosensibles de certaines calculettes solaires… En l’absence de cette lumière-énergie, ou si elle est insuffisante, quand on se lève de nuit, comme cela est souvent le cas dans l’année, en raison de l’heure légale qui nous est imposée, ces calculs ne peuvent pas se faire !
Évolution historique de l’heure
La plus proche de l’heure solaire c’est l’heure solaire moyenne des temps universels coordonnés (UTC), en vigueur sur toute la planète. Ce système des 24 fuseaux horaires a été adopté, par des savants, des médecins, des politiques pour ordonner et harmoniser les heures légales dans les différents pays de la planète et faciliter les communications, le plus possible dans le respect des rythmes naturels des êtres humains et de la Terre (Convention de Washington, 1884). L’heure du fuseau situé immédiatement à l’est est en avance d’une heure, celle du fuseau immédiatement à l’ouest, en retard d’une heure.
En 1911, la France aligne son heure légale sur celle du méridien origine de Greenwich qui passe près du Havre, de Tarbes. Le soleil est au zénith à midi, comme il se déplace, dans son mouvement apparent, d’est en ouest. En France, il en résulte près d’une demi-heure de décalage entre Paris et Strasbourg et entre Paris et Brest.
En 1916, les pays industrialisés instituent le régime d’une heure d’été  ; le retour à notre heure GMT (méridien de Greenwich) se fait en septembre jusqu’en 1939. En 1940, la France occupée se plie à l’heure nazie, UTC + 1 l’hiver, et UTC + 2 l’été. Puis, en 1942, sous Vichy, c’est la France tout entière qui s’y astreint. Entre 1945 et 1975, la France garde toute l’année l’heure GMT + 1.
Depuis le printemps 1976, on nous impose en quelque sorte une « deuxième » heure d’été. Mesure annoncée comme provisoire, qui nous oblige à vivre à GMT + 1 toute l’année, et à GMT + 2 en période « été » de 7 mois !
En 1996, sous l’influence de la France, la période de l’heure « d’été » est harmonisée en Europe de fin mars à fin octobre. 23 États reprennent, l’hiver, leur heure solaire, y compris le Portugal, l’Irlande, le Royaume-Uni dans notre fuseau commun de l’Europe de l’Ouest, mais jamais le « Club des cinq », soit la Belgique, l’Espagne, la France, le Luxembourg et les Pays-Bas qui, l’hiver, restent à l’heure d’été simple GMT + 1 et subissent, l’été, l’heure d’été double GMT +2 (2).
Conséquences du système d’heures dites « d’été » simple et double
Rythmes biologiques et santé publique : de multiples expertises médicales et scientifiques, européennes et mondiales, démontrent les effets délétères de ce système. Les chronobiologistes européens, dont le Pr allemand Till Roenneberg et son équipe, qui étudient les rythmes circadiens de dizaines de milliers de citoyens européens, confirment que notre horloge interne, calée sur le rythme veille-sommeil, ne s’adapte même pas à une avance d’une seule heure, ce qui coûte 131 milliards d’euros par an aux Européens. Notamment en raison du réveil précoce et de la sécrétion de mélatonine retardée le soir, il s’ensuit un jet lag social (décalage social) qui s’accumule au fil des ans, avec des conséquences graves sur le sommeil (sommeil réparateur), le comportement (stress, incivilités, agressions…), moins d’empathie, moins de performances, moins d’envie d’entreprendre, plus d’absentéisme, plus de nicotine, de caféine, d’alcool… Mais aussi obésité, diabète, hypertension, dépression, abus de somnifères et de tranquillisants, médicaments pris à la mauvaise heure (effets secondaires, toxicité), accidents du travail, de la route en heure d’hiver et d’été, échec scolaire…
La population, obligée de se lever tôt par contrainte et non par choix, est fatiguée : d’où une baisse certaine de productivité, de qualité de vie et une sensibilité à la maladie. Ce sont les jeunes générations (enfants, adolescents) qui en pâtissent le plus ! (1)
Environnement : Le non-respect du midi solaire dans l’Union européenne entraîne :
– Au printemps et en octobre, matinées obscures, froides, brumeuses ; en été, après-midi et soirées trop chauds.
– Des cancers de la peau.
– Une pollution de l’air qui cause 400 000 décès prématurés et coûte des centaines de milliards d’euros par an, dont la pollution photo-oxydante à l’ozone (O3, très toxique, puissant gaz à effet de serre) fait partie (3). Elle s’accumule dans l’atmosphère lors des pointes du trafic automobile aux heures les plus chaudes et les plus ensoleillées, d’où migraines, irritation des yeux, troubles respiratoires.
– Dépérissement des forêts, évaporation de l’eau et sécheresse (pire en 2018 qu’en 1976), aggravation du réchauffement climatique et canicules mortelles (2003, 2015, 2018).
Énergie :  Consommation de carburant (plus de trafic), d’électricité : chauffage, clim, ventilation. Pour le Club des cinq, donc pour nous Français, ce décalage horaire permanent d’une heure et deux heures par rapport à l’heure solaire est bien pire, et pour quel coût humain et financier !

Fin des changements d’heure en 2019
Le 8 février 2018, les eurodéputés ont voté pour, fort bien ! Mais attention à l’avance de l’heure ! Une consultation très brève a été lancée en plein été caniculaire (moins de 1 % de participation pour 511 millions de citoyens) par la Commission européenne qui propose que chaque État membre choisisse entre « l’heure d’été » et « l’heure d’hiver » avant fin avril 2019 ; en spécifiant que c’est évidemment le Parlement et le Conseil européens (les 28 États) qui en décideront (4).
Rappelons que, conformément aux temps universels coordonnés (UTC), les États sont souverains en matière d’heure et de changement d’heure et que chaque citoyen a le droit de vivre à l’heure de son méridien dans le respect de son rythme biologique. C’est le changement et l’avancement de l’heure de fin mars qu’il faut absolument supprimer dans l’intérêt général des Européens, afin de reprendre toute l’année une heure légale la plus proche possible, sinon celle, de nos trois fuseaux horaires respectifs (5).
Le maintien de l’heure d’été toute l’année serait encore plus nuisible que le système actuel et aurait de terribles conséquences sur la vie sociale et familiale, la santé, l’environnement, et les dépenses d’énergie exploseraient ! Vous imaginez la nuit jusqu’à 9h 30-10 h du matin et même plus tard, par mauvais temps et, plus à l’ouest, les écoliers commençant les cours dans la nuit et la première récré dans le noir ?
Pour les associations françaises et européennes, toutes en lien, défaire le changement d’heure, ce n’est pas maintenir toute l’année l’heure d’été simple ou double mais revenir à l’heure d’hiver, voire à l’heure du fuseau de référence. Les Européens du Nord et du Sud ne veulent ni changer d’heure ni avancer leurs montres d’une ou deux heures toute l’année, en raison de toutes les très graves nuisances précitées. Ils ne veulent plus de ces manipulations d’heures, qui ne reposent sur rien de sérieux, issues de certaines technostructures françaises et européennes et de certains intérêts privés qui passent par pertes et profits le non-respect des fuseaux horaires dont la base est scientifique et éthique ! ■
1. Etude Euclock. Audition publique des chronobiologistes européens du 24/03/15 au Parlement européen. 2. Jean Briane, rapporteur au Conseil de l’Europe sur ce sujet. 3. Vie-publique.fr – 25/9/18. Etudes Déchaux, 1992. 4. Vie-publique.fr – 25/9/18. 5. Cf. le Nobel 2017 de médecine sur l’horloge biologique, la Recommandation 1432 du Conseil de l’Europe, les nombreuses études, l’expertise citoyenne.
Maryvonne Bauer. Professeur en retraite, impliquée dans la vie associative (santé, bio, énergies alternatives), présidente de La Méridienne, association pour le rétablissement de l’heure méridienne. Avec la collaboration de Laetitia Moreau-Gabarain, présidente de l’ACHED, l’Association contre l’heure d’été double.
CYBERACTION : Les associations La Méridienne et ACHED viennent de lancer une cyberaction intitulée « Ne cherchons plus midi à quatorze heures, une heure d’avance ça suffit ! » afin d’interpeller le Premier ministre sur l’absurdité d’étendre le décalage de deux heures toute l’année. Cette cyberaction débute le 10 septembre 2018 et prendra fin le 15 mai 2019. Pour signer la pétition : http://www.cyberacteurs.org, tapez « changement d’heure » dans la fenêtre de recherche.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Science, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.