Boîte connectée obligatoire

La Décroissance – novembre 2018 – Nicolas Bertrand –Orange a cessé la commercialisation des vieilles lignes fixes depuis le 15 novembre. Pas de panique, la mort du téléphone fixe n’est pas encore fixée, il s’agit d’une bascule de l’analogique au numérique; en clair, le téléphone passera par Internet au de la prise en forme de T. Si ce n’est pas encore le cas, vous avez jusqu’en 2023 pour prendre un abonnement à une box et changer votre appareil s’il n’est pas compatible.
J’ai comme un petit pincement au cœur.Je ne sais comment annoncer la nouvelle à mon vieux combiné avec son cordon gris torsadé, mais il devait s’en douter un peu, il y a avait de la friture entre nous. Il faut dire qu’il ne sonnait plus guère que pour me vendre une mutuelle ou des fenêtres isolantes avec un accent nord-africain, originaire du lieu de sa plateforme. Agacé par les démarches publicitaires, je l’avais dé-perfusé du mur et rangé au placard. De temps à autre, il m’arrive parfois de le sortir encore et de le rebrancher, pour composer sur son cadran manuel un numéro unique, celui de mon jeune et facétieux téléphone portable qui se cache entre les coussins du canapé ou dans la poche d’une veste.
Oui, ma vieille ligne fixe ne sert déjà plus qu’à me guider vers la nouveauté. Si l’existence du téléphone fixe n’est pas encore remise en cause, on peut s’interroger sur son utilité à faible portée, comme un bracelet électronique. Sans doute le filaire mural a rendrez-vous au musée, à côté du minitel, du fax, des répondeurs à cassettes et des blagues téléphoniques telles que : « tire donc de ton côté pour raccourcir la ligne, j’ai du fil du téléphone qui dépasse« , et des « qui est à l’appareil ?« , parce qu’en ce temps-là, c’est-à-dire il y a quelques jours, le mystère était au bout du fil, le nom de l’appelant n’apparaissait pas sur le cadran mais on décrochait quand même, on était jeunes, on était fous. 
De nos jours, le portable ne sert presque plus de téléphone, la nouvelle génération préfère le texto aux appels jugés trop intrusifs. Laissez-moi vous dire qu’à mon époque, on connaissait plusieurs numéros de téléphone par cœur, il n’y avait qu’un seul combiné pour toute la famille et il ne fallait pas en abuser parce que « Papa attend un appel important » et « vu la facture du mois dernier, tu attendras de voir tes camarades pour leur dire ce que tu as à leur dire« .
Ce fut un siècle où il n’y avait qu’un seul type de sonnerie, un dring métallique épouvantable dont le volume n’était même pas réglable et qui déchirait la nuit pour annoncer forcément de mauvaises nouvelles. Mais il y avait aussi un avantage, celui de pouvoir décrocher, de retirer simplement le cordon de la prise pour éviter l’emprise. Aujourd’hui, avec le modèle numérique, chacun devra posséder et se faire posséder par une box Internet pour passer ou recevoir des appels. Vivre à l’ère numérique n’est plus un droit, c’est une obligation si on veut le téléphone fixe. 
On n’arrête pas le progrès comme le dit ma grand-mère déconnectée. Grâce à la nouvelle technologie, elle n’aura bientôt plus qu’un téléphone mural décoratif, et je vais devoir me déplacer pour avoir de ses nouvelles !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Médias. Ajoutez ce permalien à vos favoris.