Paysan, haut les mains !

Le Canard enchaîné – 19/12/2018 – Professeur Canardeau –
Des varies vaches paissent dans une prairie. Surgit un immense robot du genre martien, avec jambes à roulettes, caméras et capteurs. Il tourne autour d’elles, les rassemble en troupeau… « Ces robots sont actuellement en test en Australie, explique un chercheur en commentant les images. Au début, les vaches avaient peur de la machine, mais elles se sont habituées. » 
Les 11 et 12 décembre, le Forum international de la robotique agricole (Fira) a attiré à Toulouse des milliers de professionnels. A son initiative, une bande de start-up-pers de Naïo, connus pour leur petit robot sympa qui permet de « libérer l’agriculteur bio du désherbage répétitif pour qu’il puisse se concentrer sur la biodiversité« . Et ce n’est qu’un début…
Ce robot Naïo désherbe sans effort… et sans glyphosate
Roboratif
Ainsi le projet de ces ingénieurs anglais : Un hectare sans les mains  » (Hands Free Hectare). Et pas que les mains ! Pendant deux ans, ils ont cultivé une parcelle de blé en se pliant à cette contrainte: « interdiction formelle de poser un pied dans les champs« . C’est un ballet de machines – véhicule autonome de reconnaissance, drone, tracteur et moissonneuse sans conducteur – qui ont assuré le labour, l’application de pas moins de six traitements chimiques et la récolte. 
Venue spécialement des États-Unis, la directrice de Microsoft Agriculture se fait fort d' »aider les agriculteurs » grâce à l’intelligence artificielle. Exemple : cette expérience menée avec 250 paysans indiens. Grâce aux données fournies et traitées par Microsoft, ils ont reçu des SMS en langue locale, traduits par des algorithmes, pour leur dire quand il fallait semer ou arroser. On dit merci qui ? 
Au nom de la FAO, organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture,  un ingénieur italien explique que les pays en voie de développement doivent passer d’urgence de la small farm (petite ferme) à la « ferme intelligente » : « Dans la small farm, le travail est encore manuel et emploie la traction animale; les paysans tirent leur savoir faire des connaissances de la communauté, des ancêtres. Il faut la remplacer par la small farm, fondée sur les machines autonomes et l’Internet des objets« .
Système d’exploitations
Mais il y a un obstacle. Montrant une carte de la France et une de la Zambie, (des superficies comparables), il se lamente : « Même en France, la 3G est limitée aux zones urbaines. Il n’y a pas encore la 5G ! » Et en Zambie, presque rien : un désert. pour nourrir l’Afrique, commençons par l’alimenter en 5G ». Imparable.
« Attention, fait remarquer Christiane Lambert, la présidente de la très productiviste FNSEA, il faudra veiller à l’acceptabilité sociale pour ne pas reproduire les blocages créées par les OGM. » Justement, voilà qu’il en surgit un. Une vingtaine de personnes font irruption sur la scène, déploient des banderoles et s’emparent des micros. Ils sont maraîchers, paysans, boulangers éleveurs.
Le forum international sur la robotique agricole perturbé par des contestataires.
Plusieurs disent avoir quitté le métier d’ingénieur pour mettre les mais dans la terre. un jeune homme : « J’étais développeur dans une boîte d’informatique. Je sais ce que signifie de s’en remettre à des algorithmes et des programmes pour se simplifier la tâche, c’est exactement dont j’ai voulu m’éloigner. J’ai trouvé das mon quotidien des marges de liberté qui n’existent plus ailleurs. J’ai appris à lâcher prise parce que, avec des animaux, avec le vivant, on ne peut pas tout contrôler. » Et de conclure « La robotisation finira par éradiquer ce qu’il reste de paysannerie. Vous travaillez à notre disparition. » 
Mais non, mais non…
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Le 13 septembre 2017, un robot humanoïde appelé YuMi a dirigé le célèbre ténor italien Andrea Bocelli, lors du gala de clôture du premier festival international de la robotique à Pise en Italie. Il a été élaboré en Suisse par la société ABB, vedette de la clôture du premier festival international de la robotique… La voix du ténor italien Andrea Bocelli s’élève jusqu’à la coupole du théâtre toscan de Pise. Mais tous les regards sont tournés vers le chef d’orchestre à ses côtés: un robot qui semble avoir un penchant pour Verdi…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.