Adieux à la classe moyenne

Charlie Hebdo – 27/12/2018 – Jacques Littauer –
La révolte des « gilets jaunes » a pour cause première la crise de 2008, déjà oubliée mais dont nous ne sommes toujours pas sortis : ces dix dernières années, seuls 500 000 emplois ont été créés, alors que la population active s’est accrue de 1 million de personnes. Dans ces conditions, impossible de réduire le chômage, même en recourant aux trucs habituels (formations, temps partiels, femmes priées de rester chez elles, etc.) 
Mais il y a pire : non seulement les emplois sont (trop rares), carrément flippant. Histoire de bien culpabiliser en reprenant trois fois du foie gras, voici quelques chiffres : depuis 2008, il y a eu 1 million de pauvres en plus en France. Et, depuis cette date, 1 millions (1 million !) d’emplois d’ouvriers et d’employés ont été supprimés, quand presque autant (800 000) d’emplois de cadres et de professions intermédiaires ont été créés.
Autrement dit, l’économie, et donc la société, est en train de se vider en en centre : les emplois moyennement qualifiés – qu’il s’agisse d’aide-comptable, d’agent administratif ou de technicien – disparaissent petit à petit, à mesure que l’automatisation et les logiciels gagnent du terrain. Où se trouvent les nouveaux emplois ? Soit tout en haut de la pyramide, soit tout en bas. En haut, on retrouve tout le pipeau de la finance, du marketing, du Web, de la com et aussi, parfois, des choses utiles dans la recherche. En bas, de jolis emplois « spéciale dédicace aux femmes, immigrées si possible » pour torcher les vieux, garder les marmots, etc.
On est mal, plus que mal
Ce qui distingue les emplois du milieu, voués à disparaître, des deux autres, ce n’est pas qu’ils sont plus ou moins qualifiés, c’est qu’ils sont « routiniers » : ils consistent en une série d’opérations qui peuvent être très complexes (à l’image des règles comptables ou fiscales), mais susceptibles d’être décomposés en une série d’actions simples. On peut donc les enseigner à une machine qui saura les reproduire plus rapidement qu’un humain, avec moins d’erreurs, et pour un coût infiniment moindre.
A l’inverse, si garder un enfant de deux ans ne demande pas d’être polytechnicien (c’est même plutôt déconseillé), il s’agit de tâches difficiles à automatiser, car cela exige de s’adapter aux sollicitations de l’enfant, qui peut s’énerver, avoir faim, être fatigué, se lasser subitement d’un jeu qu’il avait pourtant longuement réclamé, etc. C’est pourquoi ces emplois dits de « service à la personne » qui sont en fait des emplis de « serviteurs » effectués par les classe populaires au profit des riches, échappent, pour l’instant, à la destruction.
Et au contraire, les gains délirants tirés par les plus favorisés de leurs activités (par ailleurs décérébrantes et néfastes à la planète) dans la finance et les multinationales leurs procurent des revenus qui étaient impensables il y a encore vingt ans. Ces revenus leur permettent de s’assurer les services de nuées de serviteurs, le tout étant bien entendu généreusement subventionné par l’État au nom de la « création d’emplois ». 
Mais là, les amis, on est mal, plus que mal. Car la déformation des emplois va se poursuivre, sous les forces conjointes de la mondialisation, du « progrès » technologique et de nos choix de consommation. Et parce que notre honteux système éducatif fait que des centaines de milliers de jeunes ne peuvent disposer des compétences leur permettant d’occuper les bons emplois. Notre société n’a pas fini de tourner en rond sur ses milliers de ronds-points en se demandant comment trouver un emploi digne de ce nom à chacun de ses citoyens.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.