Au service de la paix

Ouest-France 29/30/12/2018 Jeanne Emmanuelle HUTIN

Comme les autres pays fondateurs de l’Europe, la France a la responsabilité de promouvoir la concorde entre les Européens. | CRÉDIT : LEON NEAL / AFP
Une année mouvementée s’achève. Au lieu de s’unir pour affronter les défis qui menacent la paix de l’humanité, les nations se divisent.
Des lueurs d’espoir ont brillé, comme le rapprochement de la Corée du Sud et du Nord. Mais les guerres ravagent encore de nombreux pays. La menace terroriste reste présente sur tous les continents, malgré la défaite militaire de Daech. L’exode de peuples pauvres se poursuit tandis que se détériorent les ressources et l’équilibre climatique de la Terre. Aux périls anciens s’ajoutent de nouvelles sources de déstabilisation.
L’heure est donc au branle-bas de combat pour « maintenir la paix et la sécurité internationales ». Mais au sein même des Nations unies dont c’est le but, le chacun pour soi domine.
De grandes puissances, membres du Conseil de sécurité, contournent de plus en plus l’Onu pour privilégier leurs intérêts. Les pays non-démocratiques comme la Russie et la Chine sont expertes en la matière. Mais la plus grande puissance démocratique, les États-Unis, tourne elle aussi le dos à l’esprit de coopération, affaiblissant le camp des démocraties. Ils se sont retirés des accords sur le climat et le nucléaire iranien. Ils annoncent leur départ de Syrie, au risque de déstabiliser davantage la région.
Dans cet éclatement, la course aux armements repart de plus belle. « Le monde est au bord d’une nouvelle confrontation, alerte Mikhaïl Gorbatchev, prix Nobel de la paix et artisan du désarmement des années 1990. Aujourd’hui, seuls des efforts communs peuvent éviter […] la menace d’une guerre dévastatrice, rétablissant ainsi la perspective d’un nouvel ordre mondial, plus sûr, plus juste, plus humain. » (1)
Le chemin de la fraternité
Une Europe unie politiquement et économiquement forte est nécessaire pour que les Européens puissent jouer ce rôle historique au service de la paix. Mais le spectacle de nos divisions, joint à l’affaiblissement démographique, démocratique et économique de nombreux pays d’Europe, nous marginalise ! C’est à cela qu’il faudra penser lors des élections du Parlement européen. Si elles servaient d’exutoire aux colères intérieures, alors l’affaiblissement des Européens sur la scène mondiale s’accélérerait.
Comme les autres pays fondateurs de l’Europe, la France a la responsabilité de promouvoir la concorde entre les Européens. Mais cela exige des Français qu’ils se rassemblent pour surmonter leurs propres divisions, en recherchant le Bien Commun dans le respect de la démocratie. C’est possible si l’on retrouve les chemins de la fraternité. Ce vœu, le pape François l’a adressé, à Noël, à l’humanité : « Fraternité entre les personnes de chaque nation et de chaque culture. Fraternité entre les personnes d’idées différentes mais capables de se respecter et d’écouter l’autre. Fraternité entre les personnes de religions différentes. » La reine d’Angleterre Elizabeth II a aussi rappelé que le respect était le premier pas vers la compréhension de l’autre.
En ces temps dangereux où les pays autoritaires étendent leur influence, il faut se rappeler que la force des démocraties vient de leur idéal de paix dans la justice et la liberté. Elle dépend donc de la volonté de leurs peuples de servir cet idéal en se dépassant pour construire un monde meilleur. Cela exige courage et lucidité, éclairés par l’espérance. C’est le vœu que nous formons à l’approche de cette année nouvelle.
(1) The Time, 17/12/18.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Démocratie, Europe, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.