Sonnez l’Hallali pour la chasse à courre

Siné Mensuel – janvier 209 – Maud Dugrand –
La colère gronde du côté des riverains des grandes forêts françaises. Ras-le-bol de subir l’armada des chasses à courre. Des opposants à cette pratique d’un autre âge, soutenue par Macron, perturbent les chasses tous les week-ends.
Il n’en peux plus, Marc Flamand, de la chasse à courre. Habitant à Vieux-Moulin (Oise), en lisière de la forêt de Compiègne, il a le droit tous samedis à la horde des chiens, aux 4×4 lancés à plein gaz ou garés n’importe comment autour de son hectare de terrain. « Et à trois reprises, ils ont tué un cerf dans mon jardin. » Ils, c’est l’équipage de la futaie des amis, mené par Alain Drach, fils de Monique de Rothschild, bien connu à Compiègne. « J’ai un étang chez moi, poursuit Marc Flamand. Une fois, en plein hiver, le cerf s’est retrouvé encerclé par une quarantainn de chiens. Il s’est jeté dans l’eau glacée. Il est mort noyé. Le maître d’équipage est venu frapper chez moi , me disant que le cerf était à lui, qu’il l’avait chassé. Chassé chez moi, sans mon accord ! J’ai appelé les gendarmes. J’ai donné le cerf aux restos du cœur. » Jouant de malchance, quelques mois plus tard, sa voiture percute un cerf en train de fuir les chasseurs. Il veut faire un constant avec le responsable de la chasse, Alain Drach, lequel refuse et lui doit toujours, selon le tribunal d’instance, 600 euros de franchise d’assurance. 
Depuis janvier 2017, les riverains des forêts de Brocéliande, Rambouillet, Chantilly et Compiègne se sont organisés en collectif : Abolissons la vénerie aujourd’hui (Ava). Samedi 22 décembre, ils étaient une centaine à suivre une chasse à courre. Pacifiquement et sous haute surveillance des policiers, par crainte de dérapage.  » Les chasseurs sont rentrés bredouilles », se réjouit Stan Broniszewski, du collectif. Le 3 novembre, ils étaient 600 répartis autour des grandes forêts à perturber la Saint-Hubert, jour où la vénerie organise des messes pour baptiser ses meutes de chiens (si, si !) Pas spécialement défenseur des animaux, ces habitants en ont simplement assez  de se voir gâcher leurs balades en forêt le week’end ou d’assiter à des scènes assez éloignées de l’image de chasse aristocratique véhiculée par la vénerie.
Le 27 octobre 2017, un cerf pourchassé par Alain Drach et ses ais termine sa fuite dans le carré de jardin d’un lotissement de La Croix-Saint-Ouen (Oise). Épuisé, il s’effondre. Les riverains médusés voient les chasseurs le fouetter pour qu’il regagne la forêt et soit enfin abattu dans les règles de l’art : le coup de grâce doit être donné avec une dague ou un épieu.  Mais la bête n’en a plus la force. Alain Drach obtient le droit de la gendarmerie de tirer sur l’animal pour des raisons de sécurité (et sans l’accord du propriétaire de la maison, absent ce jour-là). Filmée, la scène se taille un joli succès sur Internet (120 000 vues). Même le syndicat policier Alliance, dans un tract d’octobre dernier se plaint de perdre son temps le dimanche : « Les policiers sont détournés de leur cœur de métier pour renforcer les équipages de véneries de quelques aristocrates  »
Interdite en Allemagne, en Belgique, au Royaume-Uni, la chasse à courre compte encore, selon les chiffres de la vénerie, 10 000 pratiquants, soit 450 équipages. Un équipage, ce sont plusieurs dizaines de chiens, des cavaliers et des suiveurs. Son coût peut atteindre 150 000 euros par an. Les forêts domaniales sont louées à l’ONF qui en tire une manne non négligeable (41 millions d’euros en 2016).
« La vénerie, c’est le grand creuset des rencontres sociales, affirme sans rire Alain Drach dans Le Courrier picar (16/09/2018). A nos côtés, on a un ancien salarié de Goodyear, un plombier […]. Tout le monde m’appelle Alain. » Nous voilà rassurés. Et tout va bien puisque la dernière proposition de loi visant à interdire la chasse à courre, déposée en janvier 2017 par Bastien Lachaud, député de la France insoumise, « a peu de chance de passer« .
Cours, grand cerf, le nouveau monde, ce n’est pas pour toi !
Forêt de Compiègne – Alain Drach chef de la futaie des amis de la chasse à courre. Le Parisien – Arnaud Dumontier –
Incroyables ces manants, n’est-il pas très cher !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans animaux, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.