# dessin – Débouchés

 Quand les dessins de Kak épousent l’actualité, pour le meilleur et pour le rire.
Grand débat: c’est par où la sortie ?

L’Opinion 28/01/2019 Nathalie Segaunes
Entre mesures décidées « d’en haut » ou issues d’un « Grenelle », comme le réclame Laurent Berger, Emmanuel Macron réfléchit à la meilleure façon de gérer la « sortie » du Grand débat national
Les faits – Quelque 10.500 « foulards rouges », selon la préfecture de police de Paris, ont défilé dimanche, sous la pluie, de la place de la Nation à la Bastille pour « défendre la démocratie et les institutions » face aux violences des Gilets jaunes.
Comment sortir du Grand débat national ? Quel débouché Emmanuel Macron donnera-t-il à cette vaste et inédite consultation des Français, après en avoir fait sa principale réponse à la crise des Gilets jaunes ? En dépit d’une mise en route un peu poussive depuis la mi-janvier, et alors qu’il reste encore sept semaines de palabres, le Président réfléchit déjà à l’issue de l’opération, annoncée pour la mi-avril.
Une chose est certaine, « il y aura une communication puissante à la sortie », assure un influent conseiller. Le Président, en discutant pendant des heures avec des maires ou de simples citoyens sous le regard des caméras, a repris la main ces derniers jours après des semaines de flottement, et entend bien la garder à l’issue du débat. « On ne subit plus, il faut que cela continue », affirme un conseiller.
Le rôle des sociétés spécialisées chargées de collecter, synthétiser et faire remonter les attentes des Français « sans les émasculer » sera crucial. « La restitution doit être sincère, met en garde un haut responsable de la majorité : il faut que tout ce qui a été dit remonte ». Mais elles devront « en même temps » faire ressortir les « grandes lignes », dit-on dans l’entourage du Président.
Autre certitude, des mesures conséquentes devront être annoncées à la sortie. Jeudi, à Bourg-de-Péage, Emmanuel Macron a promis des mesures « très fortes ». « Faire sortir de terre, en trois semaines, un débat de cette ampleur, et proposer des queues de cerises à la sortie, ce serait suicidaire », confie un proche du Président. L’immobilisme n’est pas une option.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Humour, Politique, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.