Les statistiques laissent les SDF à la rue

Le Canard enchaîné – 20/02/2019 – D. S. –
Et hop ! 3 622 personnes ont été dénombrées à Paris dans la nuit du 7 février – un comptage opéré par la ville, aidée de plusieurs centaines de bénévoles.
Une hausse effarante de 10%  par rapport à l’an dernier. « Et encore, tempère Florent Gueguen, de la Fédération des acteurs de la solidarité, le comptage est fait en février, soit le moment où il y a le plus de places dans les centres avec le plan hivernal… » A combien s’élèvera le chiffre quand les 2 600 places « d’urgence » fermeront, fin mars ? Et dans le reste de la France ? Mystère ! La dernière enquête, menée par l’Insee, date de 2012. 140 000 SDF avaient alors été dénombrés, y compris ceux vivant dans des taudis ou des bidonvilles. Depuis, plus rien. Les 2 milliards engloutis chaque année dans l’hébergement d’urgence ne méritent-ils pas un suivi statistique ? Les associations de lutte contre l’exclusion le réclament, en vain. 
Promesse louable
Aujourd’hui, ces dernières évaluent -très approximativement – à au moins 200 000 le nombre de sans-logis en France. Mais comment le prouver ? Une certitude : les sans-abri ne se cachent que très rarement dans les dizaines d’immeubles laissés vides par leurs propriétaires – souvent des groupes financiers. Le 16 janvier, une poignée d’entre eux ont portant été violemment expulsés d’une énorme bâtisse de 1 900 m2, à Paris, autrefois siège de la célèbre brigade financière et aujourd’hui propriété du groupe Amundi.
L’endroit, vide depuis un an, avait été repéré par l’association Droit au logement, qui prône la « réquisition » de ce type de lieu. Prévues par la loi, les réquisitions ne sont jamais quasiment ordonnées par l’État, qui craint de heurter le droit de propriété.  Plus sacré que le droit de dormir à l’abri ? Petit espoir, le ministre du Logement a demandé à ses collègues de recenser leurs locaux vides…
Devinette ; qui avait solennellement déclaré : « Je ne veux plus voir des gens dormir dehors ! » ? Jospin ? Sarkozy ? Macron ? Réponse : les trois. Avec, depuis vingt ans, le succès que l’on sait…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Droit de l'humain, Logement, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.