Journée des Droits des femmes : l’État est au plus mâle

Le Canard enchaîné – 06/03/2019 – C. L. –
Voilà un bilan dont l’État ne va pas se venter le 8 mars, lors de la Journée internationale des droits des femmes. Les chiffres 2017 de la parité dans la haute administration étaient mauvais, ceux de 2018 sont du même tonneau ! D’après les infos du « Canard », plusieurs ministères comme Bercy et les Affaires étrangères n’arrivent toujours pas à tenir l’objectif imposé par la loi Sauvadet*, de 40% de femmes nommées pour a première fois à des postes de responsabilités.
Si le score du Quai d’Orsay progresse de quatre points, il reste hors des clous, avec 33 % de femmes décrochant pour la première fois un titre d’ambassadrice, de directrice, de sous-directrice, ou de chef de service. Soit une amende de 270 000 euros en perspective. Mais le bonnet d’âne de la parité revient encore une fois à Bercy, même si, la Direction générale des finances publiques, grâce à un  décret providentiel, échappe au champ d’application de la loi.
Pas son « genre »
Le ministère de l’Économie et des Finances, qui avait écopé d’une pénalité de 1,7 million d’euros, avec seulement 26 % de femmes primo-nommées en 2017, est de nouveau le cancre en 2018, avec 27 %. Il est vrai que Bercy n’en a cure, vu qu’il n’y a nulle obligation de verser les amendes récoltées dans un fonds dédié, par exemple, à la promotion de l’égalité femmes-hommes. Ces prunes tombent… dans le budget général de l’État, et Bercy les réaffecte comme bon lui semble. 
Le ministère des affaires étrangères de Jean-Yves Le Drian, se sert d’ailleurs de ce prétexte pour ne pas payer les pénalités qu’il doit au titre de l’année 2017 et compte bien faire de même pour 2018. La mauvaise foi serait un défaut typiquement masculin ?  
* LOI n° 2012-347 du 12 mars 2012 relative à l’accès à l’emploi titulaire et à l’amélioration des conditions d’emploi des agents contractuels dans la fonction publique, à la lutte contre les discriminations et portant diverses dispositions relatives à la fonction publique.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, Social, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.