Les armes climatiques et la géo-ingénérie sont-elles une des causes des problèmes du climat ?

www.acseipica.fr – Association Citoyenne pour le Suivi, l’Étude et l’Information sur les Programmes d’Interventions Climatiques et Atmosphériques
   Lettre ouverte de Claudia Von Werlhof à Greta Thunberg
Oyez les amis, oyez une véritable cause des problèmes du climat si vous voulez qu’un jour ils se résolvent ! On ne peut pas ignorer aujourd’hui les armes climatiques développées depuis 70 ans par les militaires et maintenant introduites dans le civil sous le nom de « géoingéniérie ». La géoingéniérie, kesako ? c’est une nouvelle techno-science promue par des climatologues aux allures très commerciales que l’on essaie de faire avaler au peuple au prétexte de sauver la planète du réchauffement-climatique-dû-au-CO2-exclusivement-émis-par-nos-activités-civiles. Les dégâts occasionnés par les militaires ne sont pas pris en compte ou non différenciés, la circulation aérienne et les manipulations de l’ionosphère, militaires comme civiles, qui impactent l’atmosphère sont délibérément ignorées pendant que le seul et unique coupable désigné est le CO2, le gaz carbonique, partenaire pourtant indissociable de notre respiration, et de la vie!
Marcher pour le climat, oui ! Mais nous ne pouvons être efficaces qu’en ayant à notre connaissance la principale cause de tous les dérèglements que nous pouvons observer. Oui, l’homme y est pour beaucoup, mais quelle action de l’homme principalement ?
Sa course à la guerre …
L’émulation des états entre eux pour la dominance mondiale, rien de nouveau depuis 5000 ans d’impérialismes qui se sont succédé en Occident comme en Orient, si ce n’est qu’aujourd’hui l’emprise est planétaire, les dégâts de cette guerre qui ne dit pas son nom, qui se joue en exercices secrets, avec des noms déguisés, voire des prétextes humanitaires, sont globaux: la planète est affectée dans son ensemble.
Comment y remédier ? C’est encore possible: il suffit de dénoncer les armes climatiques et la géoingéniérie comme étant la véritable cause du dérèglement des climats, suffisamment fort pour que plus personne ne puisse l’ignorer. Nous travaillons parfois sans le savoir pour l’armement, la chimie de synthèse, dans les domaines de l’aviation, des ondes électromagnétiques ou dans bien d’autres domaines en lien avec ceux-ci, à produire ces armes de guerre ou ces poisons déguisés sous le nom de « médicaments » qui détruisent la planète et/ou notre santé pour gagner un maigre salaire (sale air) au regard des obligations auxquelles cela contraint (transports, garde d’enfants, horaires perturbants, etc …), alors que ces produits ou sous-produits sans autre destination que la destruction sont l’objet d’énormes transactions financières dans les budgets militaires et les caisses noires bien blanchies qui nous passent au-dessus de la tête.
Nous travaillons, nous payons des taxes pour faire fonctionner toute l’armada d’avions qui volent sans cesse ou presque au-dessus de nos têtes, bien en-dessous des altitudes des avions civils, armada qui officiellement n’existe pas, dont personne n’a connaissance -on vous renvoie toujours à l’aviation civile dont ce n’est pas le ressort. Avions qui déversent allègrement dans l’atmosphère, en plus des résidus de leur kérosène, lui non taxé, des produits chimiques de synthèse et des particules de métaux lourds que l’on ne peut trouver dans l’atmosphère dans les quantités croissantes où elles se trouvent aujourd’hui (analyses) que si on les y déverse.

Avec ses tourbillons turbulents et ses pics menaçants, voici le magnifique «undulatus asperatus», une nouvelle espèce de nuage découverte par les observateurs amateurs. La Cloud Appreciation Society (CAS), basée au Royaume-Uni, fait pression pour que cette organisation soit officiellement reconnue par l’Organisation météorologique mondiale à Genève et incluse dans l’Atlas international du cloud. Ce dernier n’a pas été produit depuis 1975. Si le CAS réussit, ce sera la première fois qu’un nouveau type de nuage est officiellement reconnu depuis 1951. Cela signifie «vague agitée», l’underatus asperatus a été photographié pour la première fois au-dessus de Cedar Rapids dans l’Iowa, aux États-Unis. en 2006. Depuis cette formation assez complexe a été repérée en France, en Norvège, à Salcome dans le Devon, à Middlesbrough et dans le Perthshire en Écosse.
La géoingénièrie atmosphérique
Travailler, payer parce qu’on travaille et ruiner sa santé ? Vous ne trouvez pas que c’est un peu trop ?
Et encore on veut nous faire porter la culpabilité du dérèglement climatique parce que nous roulons dans nos petites voitures carburant au pétrole (essence ou diesel). Vous aimeriez bien roulez à un carburant vraiment propre ? Qui ne coûte rien ou trois fois rien ? Sachez qu’on a acheté et/ou assassiné depuis 150 ans tous les découvreurs et promoteurs de sources d’énergies réellement renouvelables, libres et gratuites ayant déposé ou tenté de déposer un brevet. Ces solutions existent, certaines sont commercialisées dans quelques pays (Brésil, Japon …), mais le concept d’énergie libre et gratuite demande pour être accepté d’ouvrir son esprit à une nouvelle dimension de la Physique. C’est un autre sujet.
Donc, travaillez, payer des taxes et payer de sa santé pour alimenter un système de mort, est-ce vraiment ce que nous voulons ? Nous pouvons stopper immédiatement ce cercle infernal. Pour soi-même, c’est déjà possible, beaucoup d’individus l’on expérimenté, et l’expérimentent aujourd’hui.
Cultivons notre jardin, disait Voltaire au 18e siècle, comme l’avaient dit et le diront tous les sages.
Si les peuples parviennent à obtenir l’arrêt de toute forme de géoingéniérie, civile comme militaire, un sujet qui vient d’être débattu à Nairobi à l’UNEA4* le climat mettra t-il longtemps à se rétablir ? Combien cela coûtera t-il de le restaurer ? Rien ! C’est justement ça le secret ! Rien, laisser faire la Nature et s’émerveiller de voir à quel point elle répare, et vite. Les sols se recouvrent vite de plantes qui digèrent les poisons et comblent les carences. Bien sûr, les pionnières sont souvent toxiques ou invasives, c’est le prix à payer, mais une simple faucille pour transformer les invasives en humus et un alambic pour extraire l’élixir médicinal des toxiques nous ré-accordera vite avec elle et pour 0€!
Et échangeons nos biens et nos connaissances, pour les biens au plus proche et avec le moins d’intermédiaires possibles, en troc, en monnaie, d’euro ou de singe, mais sans taxes, sans frais ni dégâts écologiques liés au transport inutile, pour le seul profit de sociétés dont la règle numéro 1 est de laisser sa conscience au vestiaire avant d’entrer.
Retrouvons notre dignité d’être humain sur la planète Terre et dénonçons « les véritables causes du désastre planétaire ». Voici la lettre ouverte de Claudia Von Werlhof, professeur émérite à l’Université d’Insbruck, Autriche et fondatrice du « Mouvement pour la Terre Mère », en réponse à Greta Thunberg, suite à son discours à la COP 24. A diffuser sans modération, il est urgent que les peuples sachent, c’est la connaissance des peuples qui sauvera l’humanité de la catastrophe planétaire.
Claire Henrion, chercheur indépendant, fondatrice de l’ACSEIPICA http://www.acseipica.fr/ 14 mars 2019
*UNEA 4 (4e session de l’Assemblée pour l’Environnement des Nations Unies https://sdg.iisd.org/…/fourth-session-of-the-un…/ ) Nairobi, Kenya 11-15 mars 2019
Lire aussi : « Bidouiller » le climat avec la géo-ingénierie  »

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans climat, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.