Les cinq salopards du Brexit

Charlie Hebdo – 20/03/2019 – Jacques Littauer –
C’est un affreux club des cinq : Arron Banks, Jeremy Hosking, Peter Hargreaves, Robert Edmiston et Crispin Odey ne sont pas seulement de richissimes britanniques. Ils ont accompli l’impensable : faire croire à leurs compatriotes que quitter l’UE allait leur rapporter des milliards, alors que la sortie va coûter cher, très cher, aux Anglais. Dans ces conditions, pas difficile de comprendre pourquoi tout « accord » est impossible. Comment nos chers amis ont-ils convaincu les électeurs ? Grâce à ce moyen universel si puissant : l’argent. A eux cinq, ils ont versé au moins 15 des 24 millions de livres sterling qu’à coûté la campagne du « Leave », et peut-être même bien plus tant cela est trouble. 
Le plus marrant dans toute la bande est Robert Edmiston qui a fait fortune dans l’automobile. Chrétien évangélique à fond la caisse, il a créé Christian Vision, une organisation visant à encourager 1 milliard de personnes  dans le monde à « devenir de vrai fidèles de Jésus« . Il s’était opposé au mariage homosexuel (adopté en 2013) parce qu’il ouvrait, selon lui, la porte au mariage entre membres d’une même famille. Tous les autres travaillent à la City, le centre des affaires et de la finance mondiale. Arron Banks a fait fortune dans l’assurance, créant pas moins de 37 sociétés portant toutes le même nom à une variante près, pour des raisons encore non élucidées. Il est le fondateur de l’organisation Leave.EU (groupe de campagne politique fondé en 2015 et qui a soutenu le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne en 2016), tellement clean et bien gérée qu’elle a été condamnée deux fois, notamment pour avoir enfreint la loi sur la confidentialité des données personnelles.
La City de Londres avec de gauche à droite : Les grattes-ciels Walkie-Talkie, Leadenhall building et Gherkin - Photo de Diego Delso La City de Londres avec de gauche à droite : Les grattes-ciels Walkie-Talkie, Leadenhall building et Gherkin – Photo de Diego Delso
Mignon tout plein lui aussi Jeremy Hiosking est un financier condamné à 10 millions d’euros de pénalités en 2016 pour avoir trahi son employeur de l’époque. Autre prolétaire de la finance, Peter Hargreaves disposerait de 2 milliards d’euros. Mais comme il cultive lui-même ses légumes, le Guardian le qualifie de « multimillionnaire modeste« . Enfin Crispin Odey a gagné 30 millions d’euros durant la seule année 2008, en spéculant sur les difficultés des banques qui ont failli mettre à bas le capitalisme. Il a aussi gagné pas mal d’argent en spéculant contre la monnaie de son pays, affectée par… le vote du Brexit.
Mais le plus beau, c’est qu’à côté de cette bande, on trouve encore pire. Prenons le cas de Jim Ratcliffe, lui aussi militant actif en faveur du Brexit, et qui est l’homme le plus riche du pays ( 23 milliards d’euros). Ratcliffe a fait fortune dans la pétrochimie – verte, bien entendu -, mais il nourrit quelques inquiétudes quant à l’avenir post-UE. Il a donc décidé de s’installer à Monaco, où il n’y a pas d’impôt sur le revenu pour les étrangers. Il faut dire qu’il avait précédemment délocalisé le siège de son entreprise en Suisse. Bien entendu , on imagine que l’homme est un parfait patriote, qui chante à pleins poumons God Save the Queen tous les matins en buvant son thé.
Cette petite histoire peut nous faire sourire, comme si souvent avec nos excentriques voisins, Mais elle nous arppelle les dangers de l’accumulation de fortunes, qui permettent à leurs détenteurs d’influencer les choix politiques. Heureusement, ce n’est pas en France que l’on verrait, par exemple, un président se précipiter pour baisser l’impôt sur la fortune payé par ses riches amis (1)…
(1) France TV Info, « ISF : comment une réunion secrète a précipité la réforme sous la pression d’économistes et de grands patrons », 21 février 2019.  

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Europe, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.