Qui mettra à la retraite Agnès Buzyn ?

Charlie Hebdo – 27/03/2019 – Jacques Littauer –
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé, a donc déclaré « ne pas être hostile » au report de l’âge de départ à la retraite. En effet, « en tant que médecin« , elle voit que la durée de vie à « considérablement augmenté« , même si, reconnait-elle, « elle augmente moins vite ces dernières années« .
Seul petit problème : certes, en moyenne, les femmes peuvent espérer respirer pendant 85 ans et les hommes 80 ans. Mais, selon l’Insee, l’espérance de durée de vie « en bonne santé » – n’est que de 65 ans pour les femmes et de 63 ans pour les hommes : un gadin de près de 20 ans ! Or l’âge légal de départ à la retraite est déjà de 62 ans Manifestement, Agnès Buzyn, la grande hématologue de l’université Paris-Descartes-hôpital Necker, n’est pas bien renseignée sur la situation sanitaire des habitants de son pays, que le plus glandu des journalistes peut découvrir en un clic sur Internet (1).
Autre fait amusant :à votre avis, combien de gens travaillent actuellement au moment de l’âge légal de départ à la retraite ? Eh bien peu, les amis, très peu. A 62 ans, seuls 24 % des hommes bossent encore et 22 % des femmes.Et ce pour une raison évidente : pour la plupart des gens, avoir un emploi ne dépend pas d’eux. Lorsque le dos craque, que le chef est trop con, les clients trop insupportables, les nouveaux logiciels trop débiles, les trajets trop longs et les cadences trop élevées, continuer à travailler n’est plus possible. Et combien de « quinquas » qui auraient bien aimé continuer à bosser dans la boîte où ils s’investissaient depuis des années se sont fait lourder parce que « trop » payés, « trop » vieux, pour être remplacés par des petits jeunes deux fois moins chers, par une machine ou par rien du tout ?
De plus, il serait intéressant que Mme la ministre « des Solidarités et de la santé » (on se bouffe les lèvres !) s’intéresse aux effroyables disparités d’espérance de vie entre les catégories sociales. Encore aujourd’hui, dans notre beau pays, les hommes des catégories privilégiées peuvent vivre treize ans de plus que les prolos (84 ans contre 71) (2). Mais on ne va quand même pas commencer à, parler des conditions de travail et des maladies professionnelles, n’est-ce pas, madame l’ancienne présidente de l’Institut national du cancer et du collège de la haute autorité de santé ?
Car enfin, quel rapport avec la retraite ? La retraite, c’est juste des petits calculs comptables d’annuités, chacun le sait. Vous ne voudriez tout de même pas que les employeurs aient une responsabilité dans l’adaptation des postes de travail au vieillissement de la population, non ? Livreur Deliveroo à 80 ans sur le vélo, voilà l’avenir ! Ah ! et puis sinon: le déficit des retraites serait bouché en deux secondes si on assurait la garde collective de tous les enfants en bas âge afin de permettre à toutes les femmes de travailler à temps plein, et si on engageait la transition écologique.
Enfin, on finira avec un dernier petit vomi en écoutant Mme Buzyn nous dire que si elle propose que l’on bosse plus longtemps, c’est parce qu’elle a « vu ces propositions remonter du grand débat« . Pour elle, « à partir du moment où les Français l’évoquent, c’est sur la table« . C’est marrant, il me semblait que d’autres revendications étaient « évoquées » par les Français depuis des mois, qui, elles, ne sont pas du tout sur la table de Buzyn.
(1) Insee, « Espérance de vie en bonne santé » (31 octobre 2018)
(2) Nathalie Blanpain, « L’espérance de vie par niveau de vie » (Insee Première, N° 1687, 6 février 2018).

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.