Qui gagne perd

En 780 signes, un regard décalé, piquant et ironique sur l’actualité
Le billet de Michel Schifres
L’Opinion 28 Mars 2019 à 18h17
On n’y a guère prêté attention. Pourtant un changement considérable vient de se produire dans les pratiques démocratiques occidentales : Theresa Mary May a promis de démissionner si le parlement votait enfin l’accord qu’elle a négocié avec l’Union européenne. Autrement dit, qu’elle triomphe et elle s’en va, qu’elle remporte un succès et elle s’efface. C’est fort nouveau : d’ordinaire, le gagnant règne et le vaincu disparait. Désormais, malheur au vainqueur. Ce renversement des habitudes offre d’heureuses perspectives aux personnages politiques. A l’inverse par exemple, François Hollande, désavoué par les sondages et ayant échoué, aurait dû se représenter : même battu, tout lui restait possible. La jurisprudence May officialise ainsi une formidable maxime : qui gagne perd.

 

Theresa May caricature

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Humour, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.