Les Anglais, le Brexit, le pudding et le continent / Oh, my God…

L’Opinion 02/04/2019 Nicolas Beytout
C’est le pudding le plus incroyable et le plus indigeste du moment. Avec un art consommé du « nonsense » si typiquement britannique, les Anglais se sont enfermés dans un labyrinthe démocratique dont ils ne parviennent plus à s’extirper. La date officielle de la rupture avec l’Europe est passée depuis la fin de la semaine dernière et, contrairement à ce qu’aurait pu croire un esprit cartésien, rien n’a changé. Aucun sentiment d’urgence n’a semblé saisir le royaume. Les parlementaires continuent à enchaîner méthodiquement les votes, tous sur le même sujet, tous négatifs, pour savoir s’ils préfèreraient sortir vraiment, ou sortir sans sortir, ou rester tout en sortant. « Cherry on the cake », Theresa May promet d’abandonner son poste de Premier ministre si sa vision l’emporte.
On pourrait se dire que ces Anglais sont incorrigibles, mettre cela sur le compte de l’humour britannique, prétendre que cela n’arrivera jamais ailleurs parce que nulle part en Europe les us et coutumes de la politique ne sont si complexes. Faux : si la place publique de Londres n’est plus qu’un immense rond-point entouré de sens uniques, c’est bien parce que le sujet d’une séparation avec l’Europe, à supposer qu’il offre un jour un avantage collectif au pays, est d’abord une somme de dommages individuels ou catégoriels que personne ne veut affronter.
Incapables de trouver une solution par eux-mêmes, les Britanniques vont se tourner une nouvelle fois vers le continent pour tenter d’arracher aux Vingt-sept un nouveau délai. Mais les Européens doivent maintenant cesser d’être indulgents. Car ce qui se passe à Londres se produirait de la même manière dans n’importe quel autre pays confronté à un chantier aussi ahurissant qu’une rupture avec l’Europe, avec une partie de lui-même. Alors, au moins que cela serve d’exemple à tous ceux qui ont proposé un jour de suivre le même chemin de sortie.

Manifestation contre le Brexit devant le Palais de Westminster, le 1er avril. © Sipa Press
Oh, my God…
Nonsense ! Le chaos du Brexit raconté en 10 absurdités
L’Opinion 03/04/2019 Tristan de Bourbon , à Londres Isabelle Marchais , à Bruxelles Gilles Sengès
Plus l’hypothèse d’un «no deal» se renforce, plus le non-sens de la procédure de sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne apparaît au grand jour. L’Opinion décrypte les dix folies de ce Brexit qui n’en finit pas d’empoisonner les Britanniques
Les faits

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.