Privatisations : la grande braderie

Le 1 – N°24 – 10 avril 2019 –
Le Parlement français a définitivement adopté jeudi le projet de loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises), qui intègre les dispositions contestées sur la privatisation d’ADP (ex-Aéroports de Paris).
Pour le dernier passage de la loi Pacte, opposition et gouvernement se sont rendus coup pour coup. Alors que le texte contient des mesures variées sur les seuils sociaux, la simplification des normes ou encore la création d’une amende pour vente de jeux d’argent aux mineurs, les débats se sont à nouveau concentrés sur la mesure la plus contestée : la privatisation du groupe Aéroports de Paris (ADP).
Une mesure refusée par une majorité de Français selon onze groupes parlementaires qui, des insoumis jusqu’à la droite en passant par les centristes du Sénat et les socialistes, ont engagé une procédure pour lancer un référendum d’initiative partagée contre cette privatisation. (LCP actualités)
Les privatisations en France ont commencé en 1986 sous le gouvernement de cohabitation dirigé par Jacques Chirac. Certaines de ces privatisations concernaient des sociétés fraîchement nationalisées, comme Paribas ou Saint-Gobain, à la suite de l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.