Touche pas à ma malbouffe

Le Canard Enchaîné – 10/04/2019 – Conflit de canard –
Dur à avaler. Un décès sur cinq dans le monde serait dû à la malbouffe. C’est l’effarante conclusion d’une étude publiée la semaine dernière dans la prestigieuse revue médicale scientifique « The Lancet ». Cent trente chercheurs internationaux ont décortiqué les conséquences sur la santé des mauvaises habitudes alimentaires dans 195 pays. Certes la France est moins touchée que les autres, mais elle affiche tout de même plus de 44 000 morts par an liés à la malbouffe. 
Télescopage des calendriers, sept jours plus tôt, Édouard Philippe, flanqué de sa ministre de la santé Agnès Buzyn, dévoilait le grand « plan national » qui va permettre aux Français de « vivre plus longtemps et en bonne santé ». Sauf que, pour améliorer le contenu de l’assiette, ledit plan ne contient aucune mesure concrète. Du flan !
Prenons le sel, le sucre et les acides gras insaturés, pointés du doigt par l’étude du « Lancet » comme les trois cavaliers de l’apocalypse nutritionnelle. Le Comité interministériel pour la santé n’envisage aucune réglementation pour que nous n’en avalions moins, alors que les experts en santé publique s’accordent à dire que la seule façon de stopper l’overdose est d’imposer aux industriels des quantités maximales à ne pas dépasser. Deux fois de suite, en vain, au début de l’année, des parlementaires ont mis les pieds dans le plat en proposant de fixer des seuils sur le sel, le sucre et les acides gras industriels.
En fait, les pouvoirs publics ont toujours opté pour « une démarche volontaire des acteurs économiques ». Résultat : alors que, depuis dix-sept ans, les autorités sanitaires tirent la sonnette d’alarme sur les 25 000 morts actuels provoquées par la surconsommation de sel, les gouvernements successifs n’ont jamais réussi à faire diminuer significativement la quantité de sodium incorporée dans notre alimentation.
Et ça ne va pas s’arranger ! Le fameux plan Nutrition Santé, à l’origine de Nutri-Score, ce système d’étiquetage simplifié des aliments qui permet de repérer d’un coup d’œil la malbouffe (01), a du plomb dans l’aile.On attend toujours la quatrième édition, déjà reportée une fois en 2017. Certains caressent même l’idée de le fusionner avec le plan national Alimentation, un bidule inventé par le ministère de l’Agriculture pour défendre les intérêts de l’agroalimentaire.
On pourra toujours dire que, la santé du consommateur, c’est plan-plan…
(01) Interview «N’achetons que les produits alimentaires qui afficheront la couleur !»  Libération – 15/03/2017 –
Lire aussi : Malbouffe : classement des pires villes de France (Janvier 2019)
Sucre, le doux mensonge – ARTE 20h50 mardi août 2017

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.