Des produits ménagers qui ne font pas bon ménage avec votre santé

Générations futures – 12/04/2019 –
Les produits ménagers du quotidien présentent un danger pour la santé et polluent notre environnement intérieur.
C’est ce que vient confirmer la nouvelle enquête de 60 Millions de consommateurs, qui dénonce la présence d’un cocktail de substances chimiques toxiques pour la santé et l’environnement dans la plupart des produits ménagers. L’analyse de 60 produits ménagers révèle la présence de nombreuses substances allergisantes, irritantes, perturbatrices endocriniennes, cancérogènes ou reprotoxiques pour l’homme. Ces substances polluent non seulement l’air intérieur, mais aussi l’environnement.
Parmi les composés nocifs, on retrouve des substances acaricides, biocides, destinées à tuer les bactéries, les virus, les champignons (ammoniums quaternaires, benzalkonium), des conservateurs toxiques et allergisants (benzisothiazolinone et isothiazolinone, ce dernier étant présent dans 67% des produits).
La rédactrice en chef adjointe de 60 Millions de consommateurs a déclaré à France info : « Dans les publicités, il suffit d’un pschitt pour que tout brille. Monsieur Propre ne vous dit pas tout ce que vous mettez dans vos poumons, dans ceux de vos enfants et de la planète ».
Rappelons que le décret relatif à l’encadrement de certaines catégories de produits biocides, dont les produits désinfectants ménagers, est actuellement en cours d’élaboration. Ce décret, destiné à la mise en application de l’article 76 de la loi Agriculture et alimentation, vise à mieux encadrer la commercialisation de certains produits biocides destinés aux particuliers, en interdisant leur vente libre-service, la publicité et les pratiques commerciales avantageuses telles que les remises, les rabais et les ristournes. Néanmoins, le Gouvernement ne semble pas vouloir saisir l’occasion offerte par ce décret pour protéger véritablement les consommateurs et l’environnement. En effet, en l’état actuel des discussions, la mesure la plus protectrice, à savoir l’interdiction de la vente libre-service, est reportée probablement à 2020.
« Une nouvelle fois, cette enquête vient montrer la présence alarmante de produits toxiques pour la santé et l’environnement dans des produits d’usage quotidien, dont on ne se méfie pas et que l’on utilise en pensant assainir son intérieur. On ne peut pas tolérer la présence d’autant de substances dangereuses dans des produits vendus librement en grande surface. Il est tout aussi inacceptable que la responsabilité des industriels ne soit pas engagée et qu’ils ne soient pas contraints à substituer ou retirer les substances les plus dangereuses de leurs produits » déplore François Veillerette, Directeur et porte-parole de Générations Futures.
« Plus largement, nous réitérons notre demande au Gouvernement de revenir sur sa position actuelle et d’agir préventivement en retirant de la vente libre-service tous les produits contenant des substances classées en raison de leur toxicité aigüe ou chronique pour l’homme et pour l’environnement, ou de leur potentiel perturbateur endocrinien. De très nombreux produits ménagers sont concernés. » ajoute-il.
En attendant des mesures protectrices fortes, nous vous conseillons avant tout de bien aérer (matin et soir) votre logement et de privilégier l’utilisation de produits simples tels que le vinaigre blanc, le bicarbonate de soude et le savon noir.
Pour plus d’informations sur la présence des perturbateurs endocriniens dans notre quotidien et les moyens de s’en protéger, référez-vous à notre brochure.
Lire notre brochure :  » Perturbateurs endocriniens s’informer pour se protéger »

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.