Le difficile dialogue entre Berlin et Paris

Ouest-France 19/04/2019 par Laurent MARCHAND.

Angela Merkel et Emmanuel Macron lors du sommet européen extraordinaire à Bruxelles, le 11 avril 2019. | EVA PLEVIER / REUTERS
Commentaire – Il y a une semaine, à Bruxelles, pour la première fois depuis le début de la négociation sur le Brexit, des brèches sont apparues dans l’unité européenne. Paris et quelques pays voulaient plus de fermeté sur le calendrier. Berlin et une majorité de partenaires, eux, étaient disposés à donner à Theresa May plus de temps. Un an même. Un compromis (six mois) a été trouvé.
L’avenir nous dira qui avait raison. Si ce délai a effectivement permis aux Britanniques de clarifier leur situation, ou s’il n’a fait qu’embourber les Européens. Mais ces divergences ont montré combien les priorités de Paris et celles de Berlin sont aujourd’hui distantes.
En septembre 2017, juste avant les élections allemandes, le président Macron avait, dans son discours de la Sorbonne, mis sur la table une série de propositions ambitieuses pour réformer l’Europe. Le résultat du vote allemand, et les six mois de négociations pour accoucher d’une nouvelle grande coalition, avaient laissé l’appel de la Sorbonne sans réponse.
De nouveau, à quelques semaines des élections européennes, Emmanuel Macron vient d’écrire le mois dernier une lettre aux Européens, censée remettre le thème des réformes à l’agenda. Certes, en 2017 comme aujourd’hui, il y a une visée politique à ces propositions. Mais il y a aussi des idées.
Or, de nouveau, Berlin ne relance pas. Ou plutôt, c’est la dauphine de la Chancelière, Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK), qui a pris la plume le mois dernier.
Ralentissement allemand
Sur un ton très inamical, puisque la nouvelle patronne de la CDU a, sans raison crédible, attaqué la France sur deux sujets sensibles : le prétendu partage du siège de la France au Conseil de Sécurité, et la question du rapatriement du Parlement européen à Bruxelles. Au moment où Berlin est demandeur d’une défense européenne, c’est pour le moins contradictoire.
La motivation avancée côté allemand par ceux qui tentent, tant bien que mal, de récupérer la situation, serait la faiblesse d’AKK à la tête de son parti, sous pression de son aile droite. Soit. Le positionnement d’En Marche, qui n’est le parti frère ni de la CDU ni du SPD, n’aide pas. Soit. Mais l’explication est courte et confuse. D’autant plus qu’en matière de réforme de la zone euro, c’est toujours un non ferme que Berlin oppose.
En fait, les priorités allemandes sont d’abord d’ordre commercial. Les menaces explicites lancées par Donald Trump contre le secteur automobile allemand, dans un contexte de risque majeur de repli protectionniste, ont amené Berlin à placer au second rang son ambition européenne. D’autant que cette année, l’Allemagne ne va croître que de 0,5 %. Trois fois moins que la France. Du jamais vu depuis dix ans.
Aussi, après avoir vu une Allemagne très réticente à mutualiser l’investissement en Europe durant la crise financière – malgré d’énormes excédents commerciaux – on risque de voir une Allemagne toujours aussi frileuse et plus que jamais repliée sur ses seuls intérêts.
Tous les pays défendent leurs intérêts, c’est normal. Mais lorsque l’on a en partage une monnaie et un marché unique, le premier de la classe se doit d’avoir une ambition commune. Sinon, il impose uniquement sa force. Dans le cas de l’Allemagne, c’est s’exposer à un très haut risque de rejet. Comme le montre la demande de réparation des dettes de guerre avancée cette semaine par le Parlement grec.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.