Réchauffement climatique : ces cépages anciens qui pourraient sauver des vignobles français de la disparition

Bastamag – 18/04/2019 – Sophie Chapelle –
A quoi ressemblera demain la carte mondiale des vins ? Avec le réchauffement climatique, des études projettent la disparition d’une partie du vignoble français, au profit de l’Angleterre ou de l’Allemagne devenant des territoires plus propices à la culture de la vigne. Dans les faits, rien n’est joué. Des viticulteurs français, avec l’appui de scientifiques, expérimentent des alternatives pour faire mentir ces prévisions pessimistes. Basta ! est allé à la rencontre de paysans vignerons qui relancent des cépages anciens, adaptés au terroir et résistants aux aléas climatiques.
Le réchauffement climatique va-t-il éradiquer une partie des vins français ? La moitié des vignobles actuels pourraient disparaître à l’horizon 2050, à cause du changement climatique et de la raréfaction de la ressource en eau, selon une étude américaine publiée en 2013. Ce scénario catastrophe signerait l’acte de décès de la plus grande partie du vignoble situé au sud de l’Hexagone : le Bordelais, le Languedoc-Roussillon, la vallée du Rhône et la Provence sont particulièrement menacés. À l’inverse, certaines régions au climat peu propice à la culture de la vigne aujourd’hui, pourraient devenir productrices de vin, à l’image de l’Angleterre, la Belgique, les Pays-Bas, une partie du sud de la Suède ou encore de l’Allemagne.
A travers la viticulture se profilent des enjeux économiques et sociaux énormes. Deuxième producteur mondial de vin derrière l’Italie (en volume), la France est aussi le premier exportateur mondial (en valeur). La filière« viti-vinicole » (raisin et vin) française emploie 142 000 viticulteurs auxquels s’ajoutent des dizaines de milliers d’emplois de négociants, de saisonniers, ou encore de sommeliers et de cavistes…
Ce scénario catastrophe n’est pas inéluctable. La nouvelle carte mondiale des vins à l’heure du réchauffement, à l’horizon 2050, n’est pas encore dessinée. Localement, les professionnels, avec l’aide de scientifiques, tentent de s’adapter en modifiant leurs pratiques.
Des changements d’ores et déjà visibles
Le consommateur ressent déjà les effets du changement climatique dans son verre. La hausse des températures de l’air (+ 1,4°C en moyenne depuis 1900) conduit à l’augmentation de la teneur en alcool des vins. Depuis trente ans, par décennie, les vins du Languedoc, d’Alsace, du Bordelais, du Val de Loire et des Côtes du Rhône ont gagné entre 0,5 et 1 degré d’alcool. Les températures plus élevées accélèrent la maturation des raisins, qui se gorgent de sucre et perdent rapidement de l’acidité. Le sucre se transforme ensuite au cours de la vinification en alcool sous l’action des levures. Plus un vin est riche en sucre, plus il est riche en alcool.
 Les bourgeons s’ouvrent dans les vignes. Crédit : Déplaude.
Si l’augmentation du taux d’alcool peut être positive pour certains vignerons, qui cherchent un style puissant et chaud sur leurs vins rouges, d’autres se retrouvent avec un vin « lourd », moins digeste, moins frais. Nombre de viticulteurs avancent donc la date de leurs vendanges : le raisin étant moins mûr, il sera moins riche en sucre. A Saint-Émilion et dans les Côtes du Rhône, les vendanges ont été avancées de 15 jours depuis deux décennies, et de 26 jours en Alsace [1]. L’ensemble des régions viticoles françaises constatent le même changement : tous les stades de développement de la vigne sont plus précoces [2].
Des vignes fragilisées par la multiplication des canicules
A Tartaras, dans la Loire, Anne et Pierre-André Déplaude vivent au rythme du sol et du climat. Paysans-vignerons en agriculture bio sur 7,5 hectares, ils ont cette impression qu’il n’y a plus d’inter-saison, que l’on passe directement de l’hiver à l’été, d’un extrême à l’autre. Les effets du changement climatique se font déjà sentir sur leurs vignes. « Les printemps sont de plus en plus doux et précoces ce qui fait démarrer la vigne plus tôt, mais on a des risques de gelée jusque début mai », souligne Pierre-André. Le gel a fait avorter la récolte en 2017. Depuis, le couple de vignerons, qui bénéficie de l’appellation « IGP (pour Indication géographique protégée) des Collines Rhodaniennes », guette les chutes du thermomètre en début de printemps.
« On constate aussi davantage d’épisodes de canicule », ajoute Anne. « Depuis 2015, on a eu trois canicules en quatre ans. La chaleur arrive de plus en plus tôt et sur une période de plus en plus longue. » Ces périodes extrêmes causent des dégâts sur les cépages, des brûlures, voire des blocages physiologiques quand les raisins ne mûrissent plus.
Ces pics de température ont aussi des conséquences directes sur l’organisation du travail. « Plus il y a des à-coups climatiques, plus la vigne réagit. Il faut être prêt à courir derrière ! » Lors des fortes chaleurs, les rameaux poussent de dix centimètres par jour. Il faut rapidement les faire passer dans les fils du palissage, et les rogner à la cisaille pour freiner la profusion des végétaux qui, lorsqu’ils s’entassent, deviennent un terrain favorable aux maladies. « Le changement climatique implique de réaliser ces gestes sur des périodes de plus en plus restreintes. »
Des stratégies d’adaptation, vignoble par vignoble
Les défis sont multiples. Avec les températures plus élevées, le cycle de végétation se raccourcit, la maturation intervient plus tôt, la composition du raisin change, les besoins en eau peuvent devenir plus importants, et de nouvelles maladies apparaissent. « D’ici 2050, des solutions techniques seront apparues pour mieux résister aux sécheresses et aux températures plus élevées, accompagner une relocalisation à la marge des vignobles ou le changement de type de vins », assure Nathalie Ollat, ingénieure de recherche à Bordeaux. Elle est l’une des coordinatrice du projet de recherche Laccave qui a associé 23 laboratoires de recherche de l’Inra, du CNRS et d’universités pour étudier les impacts à long terme du changement climatique sur le vignoble.
 © Projet Laccave
Les scientifiques ont étudié comment les régions viticoles pourraient s’adapter. « Il n’y a pas une seule solution mais un ensemble de solutions qui doivent être combinées », précise Nathalie Ollat. « L’idée est de mettre à disposition des professionnels des indicateurs « éco-climatiques » sur les conditions de culture de la vigne en 2050 région par région, vignoble par vignoble. » Modifier la densité de plantation, planter la vigne sur des zones davantage en altitude, moins exposées au soleil ou sur des sols avec une meilleure réserve en eau, sont autant de voies à explorer.
Réintroduire des cépages anciens
Le travail sur les cépages anciens, autrefois cultivés mais aujourd’hui abandonnés, est l’une pistes creusée par Anne et Pierre-André Déplaude. « Ces cépages sont plus tardifs, et donc moins soumis aux conséquences des canicules estivales » expliquent-ils. Ils ont également un potentiel acide plus élevé, et plus faible en alcool. Ce sont probablement ces caractéristiques qui ont conduit à l’abandon de ces cépages après-guerre. « Ces années étant en majorité plutôt fraîches et tardives, ces cépages avaient probablement des difficultés à obtenir une maturité aboutie », expliquent les vignerons. A l’époque, le faible taux d’alcool pouvait aussi être un inconvénient, car celui-ci avait un impact sur la rémunération du viticulteur [3].
Anne et Pierre-André ont ainsi porté leur dévolu sur deux cépages anciens, emblématiques de la vallée du Gier : le mornen noir et le chouchillon blanc. Pour les cultiver, il ont dû les inscrire sur le catalogue officiel des cépages cultivables [4]. Ils participent en 2006 à la création de l’association des coteaux du Gier, qui porte le dossier. Un parcours du combattant commence, en particulier pour le chouchillon. Ils finissent par obtenir l’inscription au catalogue… huit ans après avoir entamé les démarches.
 Plantation d’un nouveau coteau de mornen noir, avril 2018 (© Déplaude)
L’Inra expérimente 52 cépages anciens
« Ce sont des cépages très bien adaptés à chez nous », notent les deux vignerons qui commencent à avoir du recul sur le mornen noir, entré en production en 2014. « Il résiste bien au gel car les bourgeons s’ouvrent plus tard. C’est aussi un cépage qui résiste bien au sec, au chaud et au vent. Il fait peu d’alcool, entre 11 et 12° en tenant compte du réchauffement. » Anne et Pierre-André jouent sur cette diversité de cépages pour les assemblages de leur millésime.
Ces anciens cépages, ou « cépages modestes » [5], commencent à être redéveloppés partout en France, à l’image des variétés anciennes de fruits et légumes. L’Inra en a fait l’un de ces axes d’étude, avec une expérimentation sur 52 cépages différents, provenant du sud et de l’ouest de l’Europe. « Depuis 2018, les viticulteurs sont autorisés à introduire des cépages extérieurs dans leurs cahiers des charges, souligne Nathalie Ollat. Dans le Bordelais, des cépages non autorisés sont testés pour une meilleure adaptation au changement climatique, tout en s’assurant qu’ils sont conformes à la typicité des vins de Bordeaux. »
« Le travail du sol et la biodynamie aident les vignes à passer les caps difficiles »
Sur les coteaux du Gier, à 300 mètres d’altitude, Anne et Pierre André Déplaude sont également convaincus de l’importance du travail du sol pour faire face au défi climatique. Tous les deux suivent des formations pour comprendre le fonctionnement de leurs sols. Ils travaillent notamment sur les mycorhizes, c’est à dire la symbiose entre les champignons et les racines de la vigne. Les premiers contribuent à mobiliser les sels minéraux pour les apporter à la plante qui, en retour, fournit sucre et oxygène aux champignons.
« Le travail du sol et la biodynamie permettent d’équilibrer la plante, de l’aider à passer des caps un peu difficiles », souligne Anne. Leurs parcelles jouxtent des prairies et des terres en friches avec des acacias et des genêts qui attirent les abeilles. « On a la chance de vivre dans un environnement très diversifié et préservé, ce qui rend plus facile la pratique de l’agriculture biologique et de la biodynamie. »
Alternative à l’irrigation
Face à la sécheresse, des viticulteurs souhaiteraient irriguer leurs vignes, mais cette pratique n’est pas autorisée dans la plupart des cahiers des charges des appellations [6]. Des sols très filtrants constituent l’autre atout des parcelles de Anne et Pierre-André. A certaines périodes de l’année, la vigne peut avoir besoin d’eau, notamment quand elle commence à mûrir. « Ici, les racines peuvent s’infiltrer entre les schistes. Les limons fins, retenus entre les feuillets de schiste, conservent un peu d’eau », précise Pierre André.
Le couple épand aussi du compost pour mieux retenir l’eau, et effeuille en juillet pour parfaire l’aération du cep (le tronc et les branchages d’un pied de vigne), et ainsi éviter les attaques de champignons et autres problèmes causés par des conditions chaudes et humides sous le feuillage. Début mai marquera le début de « l’ébourgeonnage », lorsqu’il faut enlever des bourgeons pour réguler la production et aérer le cep. « On a envie d’innover, d’aller vers le zéro déchet, de raisonner globalement, de manière énergétique, confient Anne et Pierre-André. Bref, de mettre en cohérence notre éthique et nos pratiques. »
Cet article entre dans le cadre d’une collaboration avec un collectif de journalistes et d’investigation sur l’écologie et le climat (Jiec.fr), qui publient eux aussi de longs reportages sur les impacts du dérèglement climatique dans la France d’aujourd’hui à Politis, Mediapart, Reporterre et dans les pages de la revue Projet
.- Bize, un village en alerte, par Ingrid Merckx dans Politis
- Saint-Martin : « Certains disent qu’Irma n’est jamais fini », par Vanina Delmas, dans Politis
- Des élevages laitiers soumis à haute température, par Aurore Chaillou dans la Revue Projet
- À cause du changement climatique, les allergies explosent, par Alexandre-Reza Kokabi sur Reporterre
Notes
[1L’ensemble des données sont issues du projet de recherche LACCAVE dont un résumé est téléchargeable ici.
[2Parmi les différents stades en viticulture, il y a entre autres le « débourrement » (les bourgeons s’ouvrent et les rameaux sortent timidement leurs pointes vertes), la « floraison » (apparition des premières feuilles et des premières grappes) et la « véraison » (moment de l’année où le grain de raisin gonfle et change de couleur).
[3Cette rémunération était essentiellement basée sur le « degré hecto », soit le rapport entre le prix de vente à l’hectolitre de vin et son titre alcoométrique volumique.
[4Sans autorisation, il est toléré de garder en production des vignes déjà plantées mais il est interdit d’en planter de nouvelles.
[5Des rencontres des cépages modestes se tiennent chaque année, en novembre, en Aveyron.
[6L’irrigation peut entrainer une augmentation de la production, alors que son niveau est limité dans les cahiers des charges AOC et IGP, tout en diluant le sucre ce qui va potentiellement avoir un impact négatif sur la qualité.A+

 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans climat, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.