« Nous n’avons tiré aucun enseignement de la crise de 2008 »

Le Vif.be – 25/04/2019 – Jan Stevens – Journaliste Knack –
Nous n’avons tiré aucun enseignement de la crise du crédit, met en garde l’économiste de renom Mariana Mazzucato. Les banques accordent à nouveau des prêts hypothécaires élevés à des gens qui ont un revenu trop faible, et de nombreux investisseurs en capital-risque et gestionnaires d’actifs continuent de piller. « De nombreux pays risquent un effondrement économique. »
Mariana Mazzucato © GILIOLA CHISTE
Après une courte tournée en Australie pour promouvoir son nouveau livre The Value of Everything, l’économiste italo-américaine Mariana Mazzucato est de retour à Londres. Depuis la publication en 2013 de son best-seller The Entrepreneurial State (L’État entreprenant), elle parcourt le monde. Elle conseille les gouvernements, les politiques et les CEO sur l’innovation économique et l’entrepreneuriat durable, donne des conférences et enseigne l’économie à l’Université de Londres.
« Mon état entreprenant est un gouvernement qui investit et innove », explique Mazzucato. « Il est indispensable pour une croissance intelligente et durable. Sans des années d’investissement du gouvernement américain dans la recherche fondamentale, Apple, Google et Microsoft n’auraient jamais pu devenir des entreprises aussi importantes. Grâce à des investissements gouvernementaux, nous avons maintenant Internet et le smartphone ».
Dans The value of everything, vous voulez refléter le concept de valeur comme « l’interprétation qu’il mérite vraiment ». Qu’est-ce que précisément la valeur ?
L’essence de la valeur, c’est qu’il faut créer de nouveaux biens et services. Les questions clés sont les suivantes : comment ces biens et services sont-ils produits, comment sont-ils distribués et que deviennent les profits qu’ils génèrent ? Un produit ne devient vraiment précieux que s’il est utile. Ajoute-t-il quelque chose à l’humanité ou nous nuit-il? En d’autres termes, crée-t-il de la valeur ou ne vaut-il absolument rien ? Une nouvelle usine peut être très précieuse d’un point de vue économique, mais si elle pollue trop l’environnement pendant la production, elle perd de la valeur.
Selon vous, les banquiers, les investisseurs en capital-risque et les gestionnaires de patrimoine se préoccupent davantage de l’extraction de valeur que de la création de valeur ?
Ils appartiennent souvent à ce qu’on appelle les « pilleurs ». Ils ne produisent presque rien et pourtant ils se récompensent par des commissions généreuses, même si les conseils donnés à leurs clients tournent mal. Et en plus ils s’en sortent indemnes.
En 2009, Lloyd Blankfein, CEO de Goldman Sachs, déclarait: « Nos collaborateurs sont les plus productifs du monde. » Alors qu’à peine un an auparavant, Goldman Sachs avait joué le rôle principal dans la pire crise financière en quatre-vingts ans. Les contribuables américains ont dû sortir 700 milliards de dollars pour sauver les banques de la faillite. Pourtant, Goldman Sachs et d’autres banques d’affaires continuent paisiblement à spéculer contre les produits dérivés qu’ils ont inventés, et qui ont conduit à tant de misère. Entre 2009 et 2016, Goldman Sachs a enregistré un bénéfice net de 63 milliards de dollars sur un chiffre d’affaires net de 250 milliards. En 2009, l’entreprise a même réalisé un bénéfice record de 13,4 milliards de dollars. Et bien que la banque ait été sauvée par le gouvernement américain avec l’argent des contribuables un an plus tôt, le gouvernement n’a pas osé demander une compensation équitable plus tard. Il était déjà content que l’argent soit remboursé.
La crise de crédit ne nous a-t-elle rien appris ?
Non, rien du tout. En 2018, on a préparé encore un peu plus la prochaine crise. De nombreux pays sont menacés par un effondrement économique. De nombreuses statistiques montrent des chiffres inquiétants. Le ratio de la dette privée par rapport au revenu disponible est revenu au niveau d’avant la crise financière de 2008. Aux États-Unis, les prêts aux ménages et aux entreprises qu’ils ne sont pas en mesure de les supporter battent à nouveau leur plein. Les banques accordent à nouveau des prêts hypothécaires élevés à des personnes au revenu trop faible pour les rembourser.
Il n’y a pas non plus d’impôt sur les transactions financières, qui récompensent le financement à court terme plutôt que le financement à long terme. De nombreux bénéfices des entreprises industrielles ne sont pas réinvestis dans les entreprises, mais dans le rachat d’actions afin d’augmenter artificiellement le cours des actions et des options. Ces dernières années, les ménages n’ont eu d’autre choix que de contracter de plus en plus de prêts pour maintenir leur niveau de vie. Tout cela forme un cocktail particulièrement explosif.
Entre-temps, les effets du changement climatique deviennent de plus en plus tangibles.
Exactement. Si vous y ajoutez tous les immenses problèmes liés au changement climatique, on a vraiment le vertige. J’ai lu le dernier rapport du GIEC et c’est très clair : nous avons encore douze ans pour nous protéger d’une véritable catastrophe mondiale. Le moment est peut-être venu d’utiliser la menace du changement climatique comme levier de réformes économiques indispensables. Que la catastrophe climatique qui plane sur nous soit un moyen de pression pour donner à tous ces profits mal utilisés de nouveaux usages utiles.
Le climat n’est d’ailleurs pas notre seul défi : dans de nombreux pays, les systèmes de soins sont inadéquats ou la sécurité sociale est soumise à de fortes pressions. Nous avons besoin d’un nouveau cadre économique si nous ne voulons pas voir l’État-providence complètement détruit.
Comment cela doit-il se faire concrètement ?
J’appelle nos dirigeants à utiliser avant tout l’ensemble des moyens qui leur permettent de diriger la société. Les politiques en matière de prix, de salaires et de fiscalité doivent être organisées de manière à récompenser les organisations et les entreprises qui osent relever les grands défis auxquels nous sommes confrontés. L’objectif ultime est de stimuler une croissance plus durable.
La Commission européenne m’a chargé d’étudier comment aborder de manière innovante des problèmes collectifs majeurs tels que le changement climatique, les maladies, la pauvreté et le vieillissement de la population. Je pense que l’UE devrait se fixer davantage d’objectifs et définir des « missions ». Ce faisant, elle peut se concentrer sur les objectifs de développement durable de l’ONU. L’une de mes recommandations est de créer cent villes neutres en CO2 dans l’UE. Les gouvernements devraient oser fixer de tels objectifs et aider à les atteindre eux-mêmes en investissant dans des projets durables. Je plaide pour rien de plus ou de moins qu’un New Deal vert.
D’où nous pouvons tirer des leçons ?
Pourquoi ne pas parler plus souvent d’un pays comme le Danemark, très avancé dans la transition verte ? Les Danois sont devenus les principaux fournisseurs de services de haute technologie durables à la Chine. En outre, ne sous-estimez pas les Chinois : ils dépensent 1700 milliards de dollars pour rendre leur économie durable.
La Chine n’est plus le plus grand polluant ?
L’environnement est toujours pollué à grande échelle, mais le gouvernement est bien conscient que les choses ne peuvent pas continuer ainsi. Il fait de l’immense problème de la pollution le moteur de l’innovation et veut rendre l’économie plus verte. Je trouve cela très intéressant.
Chine : la croissance à un plus bas de 26 ans
En Chine, l’État autoritaire détermine l’orientation de l’économie. Nos gouvernements devraient-ils aussi intervenir davantage ?
Nos gouvernements doivent investir plus d’argent dans des projets durables et, en même temps, cesser de gaspiller l’argent des contribuables. On gaspille énormément d’argent avec des subventions ou des réductions d’impôt prétendument ciblées qui, en fin de compte, ne font aucune différence. Les entreprises utilisent toutes ces subventions gouvernementales pour augmenter encore plus leurs profits.
Vous savez, je suis très précise dans ce que je dis aux chefs de gouvernement : « Si cette subvention ou cette réduction d’impôt n’a pas l’effet souhaité, c’est un gaspillage de l’argent des contribuables ». Après tout, le gros problème des avantages fiscaux qui ne fonctionnent pas, c’est qu’ils doivent être compensés ailleurs. Si les entreprises n’utilisent pas une telle réduction d’impôt pour éliminer progressivement une activité polluante, nous perdons deux fois. La qualité de notre milieu de vie demeurera tout aussi médiocre, et quelqu’un d’autre devra payer la note pour cette réduction d’impôt. Alors, on réduira peut-être le budget de l’éducation ou de la culture. Ce n’est tout de même pas le but !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.