Altice-SFR : 89 millions d’euros à eux trois !

Le Canard enchaîné – 16/05/2019 – O. B.-K. –
Le record va être difficile à battre : en 2018, les trois chefs téléphonistes de SFR se sont versés des revenus à haut débit ! 89 millions d’euros, c’est la modeste rémunération que se sont partagée  Patrick Drahi, le président d’Altice – la maison mère de l’opérateur -, Dexter Goei, le directeur général d’Altice USA, et Alain Weill, le directeur général d’Altice Europe. La précision figure en toutes lettres dans le rapport annuel 2018 d’Altice Europe. Le trio dirigeant était-il en mode « mains libres » ? 
Malgré une baisse de 3 % du chiffre d’affaire, Patrick Drahi, le fondateur du groupe de télécoms empoche 35 millions d’euros. Dexter Goei, entré dans l’entreprise en 2009, encaisse 31 millions. Et Alain Weill qui, en avril 2016, a cédé son groupe NextRadioTV (BFM, RMC, Numéro 23) à à SFR, palpe tout de même 23 millions. C’est d’ailleurs avec cet humble écot que Weill s’est offert, en février, la majorité du capital de « L’Express »… racheté à son patron, Patrick Drahi. 
Haut débit
La (bonne) fortune du fondateur de NextRadioTV ne se limite pas à ces picaillons. Le 5 avril 2018, comme le prévoyaient ses accords avec Drahi, Weill a venbdu les 25 % du groupe qu’il détenait encore à Alice Content, une autre entité de la multinationale des télécoms. Recette? 100 millions d’euros. Enfin, les prochaines années ne devraient pas condamner à l’indigence le pédégé d’Alice Europe. Selon le document financier, toujours, outre une rémunération fixe et variable de 3 millions d’euros, il recevra 50 millions d’actions, dont la moitié indexée sur la progression des résultats de l’entreprise d’ici à 2021.
Pour ces trois pilotes de lignes téléphoniques, c’est Alice au pays des merveilles…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Industrie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.