Lutter contre les idées reçues sur l’écologie : les arguments pour la transition écologique.

Fondation Nicolas Hulot – 25/04/2019
Nous sommes tous quasi quotidiennement confrontés à des personnes qui remettent en doute le changement climatique où, si elles l’acceptent, ne sont pas conscientes de la nécessité et de l’importance d’agir. Faire prendre conscience à toute la société de l’importance de l’écologie est aujourd’hui une priorité : chacun doit porter la voix de l’urgence climatique.
Idées reçues
« La planète se réchauffe ? Tant mieux, il fera moins froid ! »
Si l’élévation de quelques degrés peut paraître agréable, les conséquences sur l’environnement comme sur nous-mêmes sont dramatiques. Les canicules et les sécheresses se multiplient déjà et vont s’étendre à des zones jusque-là tempérées. L’élévation de la température va entraîner des déplacements et des disparitions d’espèces, bouleversant les écosystèmes et la biodiversité. Elle aussi sera la principale cause des crises migratoires et multipliera les réfugiés climatiques. La fonte des glaciers entraîne dès maintenant une hausse du niveau des océans qui aura pour conséquence l’inondation des zones côtières ; le CNRS prévoit que 10 à 20 000 îles pourraient disparaître.
« Des insectes en moins, c’est aussi moins d’ennuis pour les humains. »
Les insectes sont des acteurs essentiels de la biodiversité : leur disparition entrainera non seulement celles des espèces qui s’en nourrissent, comme les oiseaux, mais elle bouleversera nos productions agricoles et notre régime alimentaire. Plus du tiers de l’alimentation mondiale provient en effet de cultures pollinisées par les insectes : l’arboriculture fruitière, les cultures oléagineuses et protéagineuses, les cultures maraîchères et la production de semences dépendent des insectes pollinisateurs. Leur disparition aura un effet systémique. Chaque composant d’un écosystème est important : un seul disparaît et c’est tout l’équilibre qui est bouleversé.
« Bientôt, on va nous interdire de nous déplacer. »
La mobilité durable, c’est au contraire rendre possible, fluide et confortable, des trajets qui combinent différents modes, de la voiture électrique aux transports en commun, en passant par le vélo ou des transports partagés. C’est ainsi que nous pourrons garantir une mobilité équitable et accessible à tous, sur l’ensemble des territoires. Avec à la clé la réduction de la pollution, des gaz à effet de serre, du bruit, de l’encombrement, des inégalités d’accès… Pour une mobilité durable et inclusive, la FNH défend avec vous 4 priorités auprès des sénateurs et députés : sortir des carburants essence et diesel d’ici 2050, investir vers des modes de transport moins polluants, soutenir les alternatives à la voiture individuelle pour tous et accélérer le déploiement des véhicules à faibles émissions.
« Ça ne sert à rien que je fasse quelque chose si les autres ne font rien. »
Détrompez-vous : non seulement chaque geste compte pour la planète, mais il a en plus valeur d’exemple et peut en entrainer des milliers d’autres, c’est le fameux effet papillon. La plupart des gestes éco-citoyens prennent peu de temps, permettent de réaliser des économies et sont bénéfiques pour votre santé comme pour votre bien-être. Et, non, vous n’êtes pas tout seul car les mentalités évoluent : plus de 2 millions de personnes se sont mobilisées pour l’Affaire du siècle prouvant leur intérêt pour l’écologie. À nous de les convaincre d’agir avec vous, avec nous, pour accélérer le changement.
« L’écologie, c’est le retour à l’âge de pierre ! »
C’est au contraire en restant dépendant d’énergies non renouvelables que nous risquons de retomber à l’âge de pierre lorsqu’elles seront épuisées. La transition écologique est une source majeure d’innovations. Ce n’est pas un retour en arrière, mais une force qui nous porte vers l’avenir. Sans oublier que nos pratiques de production et de consommation actuelles ne bénéficient qu’à une toute petite partie de la population mondiale, appauvrissent le reste et détruisent la nature. Un monde plus juste, plus solidaire, plus équitable et respectueux de la planète, ce n’est pas le monde d’hier, c’est celui de demain !
« Le rôle de l’activité humaine dans le réchauffement climatique n’est pas prouvé. »
L’écrasante majorité des scientifiques mondiaux s’accordent sur l’origine anthropique du réchauffement climatique actuel, et les prévisions des climatologues se sont d’ailleurs avérées juste au fil du temps. Une étude parue l’année dernière dans la prestigieuse revue Science et collectant 38 ans de données sur le climat évalue de son côté à 99,9995 % la probabilité que l’homme soit responsable du changement climatique. Le doute n’est plus permis !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans climat, réchauffement climatique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.