Terres rares et guerres durables

Journal CQFD – mai 2019 – Mathieu Léonard –
Au moins, on peut faire confiance à la banque Goldman Sachs, quand elle qualifie le cobalt de « nouveau pétrole ». La rapacité pour les terres à minerais rares – nécessaires aux technologies actuelles (batteries de smartphones, écrans tactiles…) et à la transition énergétique « décarbonée » (panneaux photovoltaïques, éoliennes, véhicules hybrides, ampoules LED ou trottinettes électriques…) – promet surtout de nouvelles « routes de la soie ensanglantées » et une spirale d’exploitation des êtres humains et de leur environnement.C’est ce que démontrent implacablement un livre et une brochure, sortis en 2018 (1)
« Les employés d’Apple […] créent des merveilles qui révolutionnent des secteurs entiers. C’est la diversité de ces employés et de leurs idées qui est à l’origine de l’innovation présente dans tout ce que nous entreprenons, de notre incroyable technologie, et à nos initiatives environnementales de référence. Rejoignez Apple et aidez-nous à rendre le monde meilleur. » Derrière cette novlangue publicitaire sauce green tech enchanteresse, la réalité est bien plus obscure. Ces deux ouvrages nous font découvrir la face cachée des « technologies vertes ». Commerciales, de basse ou de haute intensité, ces « guerres pour métaux rares » ne prononcent jamais leurs noms barbares ; cobalt, scandium, cérium, lithium, silicium, nickel, graphite, etc.
Apple iPhone XS Max 512 Go 6,5″ Or / Prix standard 1555€99 (possibilité de peut payer en plusieurs fois…)
Sait-on seulement que les ballets diplomatiques musclés entre les États-Unis, la Chine et la Corée du Nord ont pour principal enjeu l’accès aux terres rares ? La Chine, devenue leader dans  les technologies de la transition énergétique, détient 95 % de ces terres. Ainsi le plus grand employeur de Chine, la multinationale Foxconn, basée à Taïwan, fournit les composants électroniques aux grandes sociétés de téléphonie, comme Apple, Nokia, Motorola ou Dell. Derrière l’opacité du système Foxconn, tout n’est qu’exploitation forcenée : règles de sécurité inexistantes, « camps de travail forcé », suicides d’ouvriers, salaires non payés, etc. 
Connaît-ton le lien entre la persécution des Rohingyas de Birmanie et l’accaparement de leurs terres par les militaires à des fins d’exploitation minière ?
Plus documenté, le cas de la République démocratique du Congo : le travail de plusieurs dizaines de milliers d’enfants à partir de 3 ans dans les mines de cobalt aux mains des groupes paramilitaires et de mafias revient heurter régulièrement nos consciences connectées. Mali, Niger, Libye, Irak, est de la Syrie, Afghanistan, Somalie, etc. : les terres rares convoitées sont présentes au cœur des zones de conflit actuels.
Rien de nouveau sous le soleil noir du capitalisme ? A ceci près que cette fuite en avant destructrice, mue par la soif du profit, se drape de vertus écologistes : « Comme il se devait, le capital s’est emparé de l’idéologie des « énergies renouvelables » prétendument non polluantes« , souligne la brochure d’Échanges et mouvement (É&M). Outre les pollutions multiples liées à l’extraction, des montagnes de déchets seront bientôt là pour nous rappeler (trop tard ?) à la réalité « La quantité mondiale d’e-déchets est estimée pour 2018 à 50 millions de tonnes, en croissance annuelle de 4 à 8 %. Chaque jour, le monde se débarrasse de 416 000 mobiles et de 142 000 ordinateurs. Seulement 15 % à 20 % du total sont recyclés, ce qui fait qu’on est bien loin de l’énergie renouvelable et d’une récupération totale. »
Exploitation minière en Chine
Si l’analyse d’É&M débouche sur la nécessité d’une prise conscience urgente face à ce suicide organisé, on restera atterré par la conclusion du livre de Guillaume Pitron, qui ne dépasse pas la logique productiviste et extractiviste. Tout en soulignant l’incohérence des ONG écologistes qui « dénoncent les effets du nouveau monde plus durable qu’elle ont elle-mêmes appelé de leurs vœux« , l’auteur plaide pour une extraction bien de chez nous afin d’éviter l’externalisation des nuisances : « La mine responsable chez nous vaudra toujours mieux que la mine irresponsable ailleurs. »
Pour ceux qui en doutaient encore : l’enfer capitaliste est désormais pavé des meilleures intentions écologistes.
(1) Guillaume Pitron.La guerre des métaux rares. La face cachée de la transition énergétique et numérique. Les liens qui libèrent, 2018. Lire : Métaux rares, la nouvelle dépendance  L’âge de faire – mai 2018 –
Et surtout Mosin, Progrès et barbarie, terres rares, lithium, cobalt : l’innovation capitaliste qui tue, Échanges et mouvements, septembre 2018, 88 pages. A commander à echanges.mouvement@laposte.net
« Ordinateurs, smartphones, tablettes, écrans tactiles, voitures électriques, capteurs solaires, éoliennes : tous ces objets qui nous environnent sont fabriqués avec des terres rares… 
Samarium, europium, lutécium, prométhéum, indium : qui connaît le nom de ces substances ?  
Tous ces métaux rares sont indispensables dans les technologies modernes…  
Or, l’extraction de ces métaux est une activité particulièrement énergivore et polluante: la purification passe par des  acides, il faut utiliser de l’eau qui va se charger en métaux lourds et infester les nappes phréatiques, les fleuves, les rivières…En Chine, cancers, accidents vasculaires, hypertension, ostéoporose, malformations osseuses se multiplient dans certaines régions minières. 
L’exploitation des terres rares se fait dans des conditions sanitaires et environnementales scandaleuses. Les énergies renouvelables fonctionnent grâce à l’utilisation de matières premières qui ne sont pas renouvelables. La transition énergétique est donc bel et bien une catastrophe écologique,  une façon de délocaliser la pollution dans des pays où sont exploités les métaux rares… (…) Non, la voiture électrique n’est pas vraiment écologique…Non, les énergies vertes ne sont pas exemptes de pollution…
On ne fait que déplacer le problème et l’exporter vers des pays où les conditions d’extraction des métaux rares sont déplorables et font fi de la santé des populations. Derrière les énergies vertes, on découvre une réalité terrible : celle des peuples qui sont sacrifiés au nom du profit et de la croissance économique. La face cachée de l’économie « verte » est terrifiante. « 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Consumérisme, Industrie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.