Louer plutôt qu’acheter ses vêtements

La Croix – 20/05/2019 – Florence Pagneux –

Fréquente aux États-Unis, la location de vêtements ou de chaussures fait ses débuts en France.

Louer plutôt qu’acheter ses vêtements

Alléger ses armoires et renouveler régulièrement sa garde-robe, tout en préservant l’environnement, voilà la promesse de la location de vêtements. Jusqu’alors réservée à des événements particuliers (déguisements, soirée, mariage…), elle s’ouvre peu à peu aux vêtements du quotidien. Le site The Closet, lancé en 2014 par deux jeunes ingénieurs, propose un abonnement à 49 € par mois pour recevoir un nombre illimité de pièces préalablement sélectionnées sur Internet.

« Avec cette somme, on peut porter l’équivalent de 800 à 1 000 € de vêtements tout en se débarrassant des corvées de lavage et repassage », précise Ralph Mansour, son co-fondateur, qui revendique 10 000 abonnées et prévoit de s’étendre en Europe. Les clientes retournent les vêtements portés dans une enveloppe réutilisable et ces derniers sont nettoyés dans la plateforme logistique du site avant d’être envoyés à d’autres clientes.

Lire : Des idées pour rendre l’industrie textile moins polluante

Des idées pour rendre l’industrie textile moins polluante

Industrie polluante

Côté chaussures, la marque Bocage, du groupe Eram, est la première à se lancer. Depuis mars, on peut sélectionner une paire de chaussures sur Internet avant de l’essayer dans l’une des 37 boutiques parties prenantes. La cliente repart avec cette paire (ou une autre) pour deux mois, avant de la retourner en magasin (moyennant 29 € par mois en été et 34 € en hiver).

Elle sera renvoyée dans une usine du Maine-et-Loire pour y être remise en état, avant de chausser une nouvelle cliente. Chaque paire pourrait ainsi avoir 3 à 4 vies différentes. « Nous sommes la deuxième industrie la plus polluante après le pétrole, fait observer Clémence Cornet, directrice marketing chez Bocage. On peut générer un modèle de croissance plus responsable sans renoncer au plaisir de la mode ».

Des freins à lever

Après 3 semaines de lancement, la marque comptait déjà 150 abonnées. À la fin du cycle, les chaussures seront vendues sur Internet ou dans l’une des premières boutiques « vintage » de la marque, dont l’ouverture est prévue cet été à Paris.

Lire :  Vêtements d’occasion en ligne: bons pour l’environnement, bons pour le business

Autres initiatives : celles du site Clotech, proposant des marques nordiques écoresponsables à la location, ou les sites Tale Me et Nid’Anges pour les femmes enceintes et les enfants.

« Ce concept fonctionne bien pour la location occasionnelle mais il reste des freins à lever pour les vêtements du quotidien, constate Éloïse Moigno, fondatrice de la plateforme de mode responsable Sloweare. Nous sommes un pays latin où on apprécie de garder un vêtement pour soi et où l’on aime faire du shopping ». Ralph Mansour, qui croit à une évolution des habitudes, s’apprête à lancer une gamme pour les hommes et les enfants.

Sur le même thème: Mode, les désastres écologiques de la « fast fashion »

Usine de jeans en Inde

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Economie, Social. Ajoutez ce permalien à vos favoris.