Vraiment trop riches…

Charlie Hebdo – 10/07/2019 – Jacques Littauer –
Les faits sont contre les libéraux. On le sait maintenant, y compris au FMI et à l’OCDE. Non, la « flexibilité » du marché du travail ne crée par d’emplois; non, la finance « dérégulée » ne stimule pas la croissance, mais détruit les sociétés, crise après crise; oui, seuls les États peuvent agir face à l’effondrement matériel de notre civilisation. 
Et pourtant. Qui, parmi nous, n’a pas une petite voix dans la tête qui lui dit qu’il y a trop de fonctionnaires, que les chômeurs touchent un peu trop d’argent et ne cherchent pas vraiment du travail, ou que les entreprises sont écrasées de charges et de contraintes administratives ? Mais il y a pire : les libéraux ont réussi à nous convaincre d’une chose parfaitement absurde. Nous serions pauvres. Oui, oui, nous la France, le 6ème pays le plus riche du monde, alors que nous ne sommes que le 20ème pays le plus peuplé de la planète, derrière des nations comme l’Éthiopie, l’Égypte, le Vietnam, la République démocratique du Congo, la Turquie et l’Iran.
Il suffit pourtant de se promener dans nos rues, de voir nos immeubles, toutes ces belles voitures, les habits que nous portons, nos intérieurs toujours plus encombrés, ces vacances en avion qui ne sont plus, depuis longtemps, le privilège de quelques uns… La France dégueule de richesses, c’est évident.
Oui mais voilà, il y a le « trou » de la Sécu, le déficit des retraites, la dette publique… Toutes ces petites choses en vérité si faciles à résoudre, mais que la « gauche », notamment, a bien laissées pourrir. Alors, dans les têtes, sans même que nous nous en rendions compte, il y a écrit en gros : « La France val; la France doit se réformer, même si ça fait mal. Tous les autres pays ne l’ont-ils pas fait ?
Et pourtant, Savez-vous, chers lecteurs, combien de biffetons dorment à la banque ? Des tonnes. Il y en a pour 400 milliards d’euros exactement (1). ils ne sont peut-être pas sous vos matelas à vous, mais c’est tout comme, puisqu’il s’agit d’argent qui dort sur les comptes courants.  C’est donc en plus du PEL, de l’assurance-vie, etc ? Oui, c’est en plus . Et cela fait quand même une moyenne de 14 000 euros par famille. Je sais, cette moyenne est débile : la grande majorité de nos concitoyens n’a pas cette somme sur son compte. Mais -hé! hé! – il y en a aussi forcément un certain nombre qui ont beaucoup plus… sinon la moyenne ne serait pas de 14 000 euros, c’est mathématique.
Et la même chose est vraie pour les grandes entreprises (pas les petites, hein). Rien qu’en 2018, les cadors du CAC 40 ont refilé 46 milliards d’euros à leurs actionnaires (2). Or les dividendes, c’est comme cela que cela s’appelle, c’est l’argent qui reste à l’entreprise une fois qu’elle a tout payé : ses achats, ses investissements, ses salaires, ses taxes… Bref, là aussi c’est de l’argent qui dort.
Plus fort encore, si c’est possible : notre État gagne de l’argent quand il emprunte. Il y en a en effet trop, mais alors vraiment beaucoup trop, de fonds de pension du monde entier qui veulent nous prêter leur thune. L’État français profite donc de la concurrence entre eux pour leur rembourser moins d’argent que ce qu’ils ont prêté. On appelle ça des « taux d’intérêt négatifs », et, de mémoire d’économiste, on n’avait jamais vu ça (3). 
Familles, entreprises, État : nous disposons de centaines de milliards d’euros, tout de suit, en France. Nous pouvons donc, les doigts dans le nez, financer la transition écologique, massacrer la pauvreté et le chômage, nous payer des musées, de belles écoles, et même des médecins dans les hôpitaux. tout, en fait.
De rien.
(1) « Les Français n’ont jamais laissé autant d’argent dormir sur leur compte en banque » de Solenn Poulennec (Les Échos, 23 décemebre 2018).
(2) « Dividendes : vers un record en 2019 avec plus de 50 milliards d’euros distribués par le CAC40 », d’Olivier Dauzat (Le Revenu, 15 mars 2019)
(3) « Les emprunts d’État à dix ans en territoire négatif », d’Anne de Guigné (Le Figaro, 18 juin 2019).
Lire aussi : Bernard Arnault devient la deuxième fortune mondiale devant Bill Gates : La fortune du PDG du groupe LVMH a dépassé les 100 milliards de dollars en juin (Le Parisien 17 juillet 2019)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Economie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.