Endettement des ménages : ma maison, mon enfer…

Charlie Hebdo – 17/07/2019 – Jacques Littauer –
Pour réunir 300 000 euros, il faut s’endetter pendant vingt ou vingt-cinq ans, parfois plus. Cette somme peut ne pas vous sembler si élevée. Pourtant, la très grande majorité de la population de le France (87 % exactement) n’en disposera jamais (1). 
Quelle surface de logement peut-on acheter avec 300 000 euros (2) ? A Londres 18 m2. A New York 20 m2. A Paris, 31 m2. Il est donc impossible, si l’on dispose de revenus moyens, de se loger à Paris, notamment si l’on a des enfants. Et la même chose est vraie, en un peu moins prononcé évidemment, à Lyon, à Nice, à Bordeaux, à Nantes, à Grenoble, etc. pourquoi ? Parce que la demande est supérieure à l’offre, pardi.
Selon nos dirigeants, il faudrait laisser le « marché » fluctuer librement, et tant pis pour les perdants. Sauf que, selon la théorie économique libérale, la hausse des prix, sur un marché, a un seul but : stimuler l’offre. Lorsque les consommateurs achètent plus de tomates bio, leur prix augmente, ce qui incite de plus en plus d’agriculteurs à passer au bio. Mais est-ce que la hausse des prix de l’immobilier fait pousser les immeubles ? Non, évidemment.
Pourquoi ne fait-on rien ? Pour plein de raisons. L’une d’elle, rigolote, est que l’Insee, l’Institut national de la statistique, ne prend en compte que les loyers dans les dépenses des ménages § Pour nos chers statisticiens, les « propriétaires », même endettés jusqu’au cou pendant trente ans, se logent… gratuitement. Oui, oui.                                       Résultat : pour nos chers crânes d’œuf, la totalité des dépenses pour le logement ne représente que 14 % de notre budget (3). C’est moins que la bouffe (4), qui compte pour 16 % ! Or chacun sait que son loyer (ou ses traites d’emprunt), Internet, le gaz, l’eau, l’électricité, les charges locatives, les réparations, etc. gobent, facile, un bon tiers de son budget. Les fonctionnaires de Bercy le savent d’ailleurs très bien, puisque, comme tous les Parisiens, c’est leur premier sujet de discussion à la cantine.
Mais bref. Le coût astronomique du logement explique largement les « gilets jaunes ». Il bloque la transition écologique puisqu’il est impossible pour des millions de familles de payer plus cher leur énergie ou leur bouffe, alors que c’est nécessaire. Il fracture nos villes en ghettos de riches et ghettos de pauvres. Et que fait-on ? Rien. Pourtant, la Fondation Abbé-Pierre donne des solutions pratiques, concrètes, faisables, depuis des années (5). Mais tout le monde s’en fout.
La contrepartie des hauts loyers, ce sont des rentiers qui se gavent, et sont très nombreux au Sénat et à l’Assemblée. Et comme tout le monde en France n’a qu’un rêve : devenir comme eux, les partis qui proposent de leur mettre sur la gueule et de faire baisser le coût du logement pour la très grande majorité de la population ne sont pas près de gagner les élections.
(1) Observatoire des inégalités. « Patrimoine : êtes-vous fortuné ? «  Faites le test !
(2)« Immobilier : que peut-on s’offrir avec 300 000 euros dans le monde ?«  Londres, Paris, Tokyo, les 3 capitales les plus chères du monde. (Le Figaro, 25 octobre 2018)
(3) Comme l’explique l’Insee, les achats de logement ne sont pas intégrés dans l’indice des prix à la consommation, car il s’agit d’un « investissement » de la part des ménages, et non d’une consommation. Voir « Le logement dans l’indice des prix à la consommation« , Insee Focus (N° 152, 18 avril 2019).
(4) Insee, « En juin 2019, les prix à la consommation augmentent de 1,2 % sur un an« , Informations rapides (28 juin 2019).
(5) Fondation Abbé-Pierre, 20ème rapport sur l’état du mal-logement en France, 2015. Voir la section « Les Propositions de la Fondation » (Produire davantage de logements accessibles – Réguler les marchés et modérer les coûts du logement – Prévenir et combattre les facteurs d’exclusion par le logement – Construire une ville équitable et durable).
Lire aussi : Les vrais assistés sont les gens les plus riches ! Le Nouvel Indigné – février 2014

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Logement, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.