Dupont de Ligonnès : merci pour ce moment médiatique !

Le Canard enchaîné – 16/10/2019 – Christophe Nobili –
Les confrères ont rivalisé de talent pour montrer que, contrairement au flics, ils avaient tout bon…
Des journalistes en vedette ! Des audiences au taquet ! Avec l’annonce de l’arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès ce  Week-end, la presse a cassé la baraque et ébloui la population. On n’avait plus vibré comme ça depuis la mort de Martin Bouygues, tué en 2015 par l’AFP (et qui se porte aujourd’hui comme un charme) !
Pour commencer, il faut relire sans modération l’interview de l’un des confrères du « Parisien », auteurs du scoop, Jean-Michel Décugis. Commentant à chaud l’exploit policier, vendredi soir (« francetvinfo.fr » 11/10), il assénait d’emblée : « C’est un renseignement de plus qui est arrivé, un bon tuyau« . Avant d’emballer son roman : « Les autorités écossaises s’intéressaient depuis quelques semaines à un personnage un peu étrange… » Tatatin ! Un type bizarre, jusque dans l’achat de son titre de transport : « un billet retour« , preuve qu’il se cachait en Écosse ! Et on ne vous parle pas de sa gueule à ce drôle de passager d’EasyJet ! « Il y a des traits qui correspondent, mais il a beaucoup changé… »
Douche écossaise
Effectivement, le toubib capable de métamorphoser Dupont de Ligonnès en Guy Jao mériterait le Nobel de chirurgie esthétique. Sur la spectaculaire métamorphose du mutant de Glasgow et sur ses complices, le meilleur restait pourtant à venir, promettait le journaliste du « Parisien » : « Selon nos informations, il est totalement muet, il a gardé le silence« . Un vrai gangster ! Conclusion : « Je pense que l’on risque d’être surpris dans les jours et les semaines qui viennent. » C’était peu dire.
Quelques heures plus tard, la surprise était déjà là ! Et le César du meilleur rétropédalage est attribué à… BFMTV. Dans la nuit, après le défilé des meilleurs experts ès Ligonnès venus broder des heures durant sur la fin de sa cavale et sa « difficile extradition à cause du Brexit », le bandeau à l’antenne a progressivement glissé de « Xavier Dupont de Ligonnès arrêté » à « De Ligonnès arrêté selon la police écossaise« . Ce qui n’a pas empêché la chaîne, pas peu fière, de balancer samedi matin ce nouveau scoop : « C’est une info BFMTV : les empreintes de l’homme interpellé ne correspondaient que très partiellement à celles de Xavier Dupont de Ligonnès. »
A 9 h 48, c’était déjà la faute des écossais. A 12 h 39, téléphone en main, la journaliste Sarah-Lou Cohen expliquait que l’homme de Glasgow n’était plus Ligonnès : « Voilà la toute dernière info dont nous disposons et qui change évidemment complètement l’histoire, on essaiera de comprendre comment les écossais ont pu se tromper. » Et les français, même pas un petit peu ?  Si, mais attention : pas les journalistes français. Plutôt les sources policières. Elles étaient si bonnes et si nombreuses que l’on peut sans crainte l’affirmer : tout est leur faute ! Un journaliste ne donne jamais ses sources, mais il peut tout de même taper dessus !
Sources chaudes
Au départ, « Le Parisien » en possédait cinq. Mazette ! « Nous avons multiplié les angles de recherche et de confirmation, c’était à un très haut niveau de vérification » a précisé Stéphane Albouy, le patron de la rédaction. On n’ose pas imaginer ce qui serait arrivé avec un niveau de vérification très bas… Vingt minutes plus tard, l’AFP évoquait tout de même « quatre sources distinctes proches de l’enquête ». Mais, après 21 heures, lors de son édition spéciale, France info a repris les enchères. « Cinq sources extrêmement haut placées dans la hiérarchie policière en France nous ont confirmé à 100 % que Xavier Dupont de Ligonnès avait été arrêté en Écosse » a affirmé Etienne Leenhardt sans trembler, en se justifiant le lendemain. 
Le « JDD », lui, se référait à « une source de premier ordre« . Quant à « Presse Océan », il a déniché la perle rare au « ministère de l’Intérieur » – un « haut fonctionnaire » qui, au journal, a déclaré : « Il faut le voir pour le croire, il est absolument méconnaissable. S’il n’y avait pas les empreintes, on ne penserait pas que c’est lui. » Quel pervers !
Mais, après tout, comme le dit Hélène Bekmezian, rédactrice en chef Internet au « Monde », « il n’y a pas eu d’erreurs journalistiques, puisque nous avons suivi nos règles habituelles » (« La Croix », 13/10). Ça ne serait pas un peu la faute des lecteurs ?
Lundi 14, cette consœur sévissait encore sur Twitter, en continuant de se tromper sur l’orthographe su nom de Guy Jao : « M. Jao (sic), s’il a sans doute passé un très mauvais moment, n’a pas été diffamé, calomnié ou quoi que ce soit dans le genre, il a juste été pris pour quelqu’un d’autre, ça n’est pas déshonorant en soi. »
Pour avoir connu son heure de gloire grâce aux médias, il devrait même dire merci !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.