Les dividendes versés aux actionnaires dans le monde atteignent des niveaux record

Du journal satitique indépendant Le Connard – novembre/décembre 2019 – Stéphane Scrivano –
Tout va pour le mieux dans le petit monde merveilleux des actionnaires dont les rentes se multiplient même lorsqu’ils dorment et n’en fichent pas une ! Les 1 200 plus grandes entreprises cotées en bourse dans le monde ont versé 513,8 milliards de dividendes à leurs actionnaires sur la période avril-juin. Ce qui représente une progression de 1,1 % selon une étude publiée par l’observation de la société de gestion Janus Henderson. Et Le Monde de préciser que « sur l’ensemble de 2019, , ces groupes devraient distribuer à leurs actionnaires un montant record, estimé à 1 430 milliards de dollars. »
L’an dernier, déjà, « les dividendes avaient fait un bond de 14,3 % sur ce même deuxième trimestre », précise le quotidien du soir. Qu’en est-il plus précisément dans l’Hexagone ? Jackpot : la France a connu une croissance de 3,1 %. « De loin, le plus grand payeur de dividendes en Europe, elle a vu leurs montants atteindre 51 milliards de dollars au cours du deuxième trimestre, un niveau historique », précise l’étude de Janus Henderson.  « Les trois quarts des sociétés française prises en compte par l’étude ont augmenté leurs versements par rapport à l’an dernier », précise Le Monde. Seule EDF les a baissé.
Parmi les entreprises les plus rémunératrices pour les actionnaires, on retrouve Total, Sanofi, BNP Paribas, LVMH, Hermès, Kering ou encore l’Oréal. Selon la lettre Vernimmen [média chéri des pros et des étudiants en finance, NDLR], les entreprises du CAC40 ont reversé 46 % de leurs bénéfices à leurs actionnaires en 2018, tout en poursuivant néanmoins leurs investissements.
En Allemagne, souvent citée en exemple par nos politicards franchouillards lorsqu’ils parlent d’économie, rien ne va plus pour l’actionnariat. Les versements des dividendes ont en effet chuté de 10,7 %. Achtung ! 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.