Au Danemark, les patients ne doivent plus se rendre aux urgences d’eux-mêmes

Challenges – 29/10/2019 – Isabelle de Foucaud –
REPORTAGE – Depuis 2014, les habitants de la région de Copenhague doivent appeler le numéro d’urgence 1813 au lieu de se rendre directement à l’hôpital en cas de maladie ou de blessure. Dans le reste du pays, ce sont les médecins généralistes qui s’organisent pour orienter les patients jour et nuit. Un modèle qui a désengorgé les services d’urgences et inspire le gouvernement français enlisé dans la crise des hôpitaux. Mais qui reste perfectible et sous pression.
Urgences danoisesL’entrée des urgences de l’hôpital Amager à Copenhague, au Danemark. @Amager Hospital
« Mon rêve, c’est de supprimer les salles d’attente. » À l’hôpital Amager, un bâtiment de briques jaunes niché dans un quartier résidentiel au sud de Copenhague, le Dr Jens Henning Rasmussen, chef de service des urgences, fait le tour des deux étages qu’il gère. « Nous accueillons 50.000 patients par an, et dans 90% des cas, il s’agit de blessures bénignes comme des coupures, des chevilles cassées ou des traumatismes de l’œil. » Il règne, en cette fin d’après-midi d’octobre, un calme étonnant. Pas de brancards dans les couloirs et des salles d’attente quasi vides. Sur les tableaux d’arrivées des patients, les temps de prise en charge affichés ne dépassent pas les 15 minutes… Bien loin du quotidien des urgences en France, où la grève entamée en mars s’éternise et touche désormais 269 services. Alors que le budget 2020 de la Sécu, en baisse, doit être voté en première lecture à l’Assemblée, les collectifs Inter-Hôpitaux et Inter-Urgences organisent d’ailleurs une manifestation devant le ministère des Finances, en amont de la grande mobilisation nationale du secteur hospitalier prévue le 14 novembre. Enlisée dans cette crise, la ministre de la Santé Agnès Buzyn s’intéresse fortement à ce qui se passe au Danemark, ce pays scandinave de 5,7 millions d’habitants bien souvent érigé en modèle sur les questions sociales.
Le service des urgences de l’hôpital Amager reçoit 50.000 patients par an crédit : @Amager Hospital
Aujourd’hui, les Danois ne sont plus censés se rendre à l’hôpital de leur propre initiative. Confronté au même manque de moyens, comment le Danemark a-t-il géré la crise ?
La suite de cet article est réservé aux abonnés…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Europe, Santé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.