Lait infantile : ça baigne dans l’huile !

Le Canard enchaîné – 30/10/2019 – Conflit de Canard –

 © istock

Comme un grumeau dans la com’. A peine l’association Foodwatch avait-elle révélé, le 24 octobre, la présence de cochonneries toxiques dans des laits en poudre pour bébés que Danone, l’une des deux grandes marques concernées par la contamination – l’autre étant Nestlé -, rassurait les parents inquiets avec un savoureux communiqué dans lequel on pouvait lire : « Nous n’utilisons pas de composés d’huiles minérales dans nos recettes. »
Encore heureux, vu que les dits composés sont estampillés cancérigènes, mutagènes, génotoxiques par les autorités sanitaires. Et le numéro un mondial des produits laitiers d’affirmer n’avoir trouvé dans ses produits infantiles « aucune trace détectable d’huiles minérales aromatiques« , et ce malgré « des contrôles internes extrêmement rigoureux qui vont au-delà de la réglementation applicable« . 
Sauf que, primo, les analyses commandées par Foodwatch à trois labos de pointe dûment agréés montrent le contraire et que, secundo, il n’existe en Europe aucune « réglementation » sur la contamination de nos assiettes par les hydrocarbures aromatiques d’huile minérale. Et c’est bien là que le lait déborde : depuis que l’Autorité européenne de la sécurité des aliments a tiré la sonnette d’alarme, voilà maintenant sept ans, sur les dangers de ces dérivés d’hydrocarbures, les toxicologues et les associations de défense des consommateurs réclament en vain une législation sur le sujet. Actuellement, rien n’oblige Danone et Nestlé à retirer des rayons leurs laits infantiles pollués, comme le réclame Foodwatch. 
D’après les tests publiés par l’association, deux lais sur huit achetés en France s’avèrent contaminés par des MOAH, les pires de hydrocarbures aromatiques d’huiles minérales. Et on n’en sait que pouic sur l’origine de cette contamination accidentelle. Les boîtes de lait en fer auraient pu être souillées par les lubrifiants des machines-outils au moment de leur fabrication.  Jusqu’à présent, c’était les cartons d’emballage recyclés qui étaient pointés du doigt, à cause de l’encre gorgée de MOAH des vieux journaux avec lesquels ils sont fabriqués. Au point qu’en 2017 l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation avait sommé les industriels du carton de revoir leurs procédés de fabrication pour les paquets de chocolat en poudre, couscous, riz, pâtes et autres corn flakes. Depuis, l’éMOAH était retombé…
Lire : – Lait infantile : une ONG demande le retrait de deux produits contaminés par des polluants (Parents – 25/10/2019)
Alerte sur des laits infantiles contaminés aux huiles minérales toxiques (France info – 24/10/2019)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Agroalimentaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.