Le ministère de l’Écologie en voie d’extinction ?

Le Canard enchaîné – 06/11/2019 – Professeur Canardeau –
Hôtel de Roquelaure – Ministère de la Transition écologique et solidaire (Paris 75007)
La preuve que, désormais, « priorité est donnée à l’action écologique« , c’est  que, l’an prochain, le budget du ministère de la Transition écologique va augmenter, selon Elisabeth Borne, de 831 millions d’euros. Soit 2,56 % en plus. Beau geste, sauf que personne ne sait vraiment si ces sommes supplémentaires serviront la transition écologique (« Libération », 4/11). Pire ; en même temps, le gouvernement prévoit d’y supprimer 1 073 emplois – d’après le projet de loi de finances 2020 publié le 27 septembre…
Elisabeth Borne,nommée  ministre de la Transition écologique remplace François de Rugy  qui avait présenté plus tôt sa démission, affaibli par plusieurs révélations de Mediapart sur ses dépenses excessives.
Bris de verts
Vent debout, les syndicats du ministère notent que : « depuis cinq ans au moins« , le ministère écolo subit des réductions d’effectifs. Francis Combrouze, de la CGT : « Nos services deviennent exsangues. » Et de prédire, à ce rythme, l' »extinction » du ministère. On n’y est pas encore, mais les syndicats du ministère (CGT, FO, CFDT et SNE-FSU) ont calculé que, d’ici à la fin du quinquennat, 4 961 postes supplémentaires seront supprimés, soit 5 % des agents de l’État et des établissements publics dépendants du ministère.  « L’écologie, ce n’est pas un service public, mais une politique publique, se défend Bercy. Ce qui compte, ce ,’est pas tant le niveau d’emploi que le budget » (Le Monde », 13/9).
Les syndicats du ministère, qui multiplient les actions depuis le printemps (manifestation, débrayage, rassemblement festif, die-in (une forme de manifestation dans laquelle les participants simulent la mort), pétition, etc.) et qui pourraient appeler à une nouvelle journée de mobilisation le 5 décembre, y voient, quant à eux,  un « verdissement » libéral » : « l’expertise technique, la connaissance et les données sont autant de marchés qui intéressent le privé. » Et d’ajouter que « la sous-traitance et le recours croissant à des contrats précaires deviennent la réponse aux problèmes d’effectifs ».
D’un côté, Météo-France vient d’acquérir un « supercalculateur » pour 144 millions d’euros, de l’autre on va lui supprimer près de 500 emplois dans les trois prochaines années, disent les syndicats. Le climatosceptique Trump, font-ils remarquer, « en supprime « seulement » 250 à l’agence météo US.« Les six agences de l’eau, quant à elles, en perdront 200? L’Agence de l’environnement et de la maîtrise des énergies, 75. Le futur Office français pour la biodiversité (OFB), qui naîtra le 1er janvier de la fusion entre l’Agence française pour la biodiversité et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, sera amputé d’au moins 60 postes d’ici à trois ans. N’en jetez plus ! Conséquences parmi d’autres de ces coupes claires : un 11ème parc national, de 240 000 ha vient d’être créé, à cheval entre la Champagne et la Bourgogne, alors que les effectifs des parcs nationaux, rattachés à l’Office des bois et forêts (OFB), resteront constants l’année prochaine. il se gérera tout seul ? 
Dans une circulaire adressée l’an dernier à ses ministres et aux préfets de région, Édouard Philippe clamait que le rôle de l’État devait être réaffirmé, notamment en articulant ses missions relatives à l’environnement avec celles des collectivités et des opérateurs « de manière plus efficiente« . C’est bien connu : plus on vire les gens, plus on est « efficient »…
Lire aussi : Des agents du ministère de l’Écologie se mobilisent contre les suppressions de postes annoncées par le gouvernement (Environnement magazine 30 septembre 2019)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Ecologie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.