Huile de palme : la commission des Finances et Edouard Philippe demandent un nouveau vote à l’Assemblée

Huile de palme : la commission des Finances et Edouard Philippe demandent un nouveau vote à l’AssembléeLes députés qui ont soutenu cet amendement sont notamment ceux des Bouches-du-Rhône où se trouve la raffinerie de La Mède, que Total souhaite alimenter avec de l’huile de palme. AFP
D’un côté, une majorité présidentielle qui n’a jamais de mots assez forts pour dénoncer l’incurie de Bolsonaro, président brésilien responsable de la déforestation de la forêt amazonienne ; de l’autre une poignée de députés-lobbyistes accordant près de 70 millions d’euros d’aides fiscales à Total pour détruire le climat et accroître la déforestation ! (Agir pour l’environnement – communiqué du 15/11/2019)
Sud-Ouest – 15/11/2019 – avec AFP –
L’Assemblée a maintenu jeudi soir l’huile de palme parmi les biocarburants jusqu’à 2026. Face au soupçon de lobbying de Total, des députés souhaitaient revoter. La commission des Finances et le Premier ministre demandent ce vendredi une seconde délibération
Les députés ont voté jeudi, sans débat, un report à 2026 de l’effacement de l’huile de palme de la liste des biocarburants, une décision aussitôt dénoncée par les associations écologistes. L’Assemblée avait pourtant voté l’an dernier l’exclusion de l’huile de palme des biocarburants, qui bénéficient d’un régime fiscal favorable. Total produit actuellement du carburant à base d’huile de palme dans la nouvelle bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), près de Marseille.
En plein examen du budget 2020, les députés ont soutenu une mesure défendue par des élus MoDem, LREM et LR des Bouches-du-Rhône en faveur d’un report à 2026 de cette sortie. L’amendement, qui a reçu un avis favorable du gouvernement et défavorable du rapporteur général Joël Giraud (LREM), n’a pas été défendu au micro en séance et n’a pas fait l’objet du moindre débat…
Et alors même que le gouvernement avait émis un avis favorable à cet amendement, le Premier ministre Édouard Philippe demande lui aussi ce vendredi à ce que l’Assemblée puisse revoter le texte. La seconde délibération « permettra aux parlementaires de nourrir un débat à la hauteur de l’enjeu », a expliqué l’entourage du chef du gouvernement. De source parlementaire, ce second vote aura lieu dès vendredi.
Aussitôt après le vote, dans la soirée de jeudi, le député François Pupponi (Libertés et territoires) avait espéré une « deuxième délibération », car la manière dont le vote s’est passé n’a « pas été correcte » selon lui.
Des députés de la majorité et de l’opposition réclamaient aussi un nouveau scrutin après le vote controversé jeudi sur la réintégration de l’huile de palme aux biocarburants jusqu’en 2026, mais « à ce stade » le gouvernement ne prévoit pas vendredi de nouvelle délibération. La député Bénédicte Peyrol, vice-présidente du groupe LREM espérait un revirement de situation en seconde lecture à l’Assemblée.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans climat, Ecologie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.