Retraites : « Le problème n’est pas Delevoye… mais tout le reste ! »

Insolentiae – 10/12/2019 – l’édito de Charles Sannat –
Vous n’avez sans doute pas échappé à l’information selon laquelle le haut-commissaire à la Réforme des retraites Monsieur Delevoye a « oublié », dans le cadre d’une « phobie administrative », de déclarer dans sa déclaration d’intérêt, qu’il avait bien un petit truc à déclarer… du genre : Je suis administrateur au sein de l’Institut de formation de la profession de l’assurance (IFPASS).
Bon, si il semble s’agir uniquement d’une fonction d’administration dans un institut de formation, cela fait tout de même désordre lorsque l’on veut donner des leçons au monde entier, enfin à tous les gens, pour qu’ils travaillent beaucoup plus longtemps, pour gagner beaucoup moins à la retraite… Comme disent les pancartes dans les manifs, « on veut des ronds, pas des points » !!
En réalité pour bien comprendre pourquoi les gens ont les nerfs à fleur de peau avec ces histoires de conflits d’intérêt à répétition, c’est qu’ils commencent à avoir bien compris le petit manège des mamaouchis actuels, présents et futurs, dont la grande idée est de refiler le grisbi aux petits copains du privé !
Et pour les retraites, le gâteau, il est gros. Très gros ! Pensez-donc, c’est du pain béni pour les grands vendeurs de produits financiers et autres fonds financiers, puisque si la retraite baisse, il va bien falloir capitaliser.
La stratégie en deux points !
Premièrement, réformer via la loi PACTE, l’épargne retraite des Français, qui ont désormais accès au PER, le Plan Epargne Retraite, que vous allez pouvoir abonder en déduisant vos versements de vos impôts (dans la limite du disponible fiscale mentionné sur votre avis d’imposition).
Deuxièmement faire une « réforme » des retraites par points et universelle, qui sera universellement plus basse pour tout le monde.
Conclusion logique ?
Les gueux, que nous sommes, se souviendrons que L’État qui nous réduit nos pensions nous permet tout de même dans sa grande générosité (c’est sarcastique) d’épargner en réduisant nos impôts (ce qui va profiter aux fourmis et à ceux qui ont une capacité d’épargne c’est-à-dire pas la majorité des gens).
Du coup les potes de chez BlackRock sont super contents !
Les 3/4 des fonds sous gestion chez BlackRock le sont pour… la retraite, mais en France, rien, ou presque ! Bref, un sacré marché à ouvrir, un marché sous vos yeux, en pleine ouverture !!!
Et la France chez BlackRock ça les intéressent drôlement, et la retraite des Français encore plus… Le pédégé de BlackRock France, fort sympathique, ne s’en cache même pas ! Pour lui la réforme des retraites c’est vachement bien. Je le crois volontiers hahahahahahaha ! Cliquez sur l’image ci-dessous pour allez voir directement son interview sur le site de FranceTVinfo.
Mais ce n’est pas nouveau. Regardez cet article des Echos du mois de septembre dernier :
C’est un secret de polichinelle dans le monde journalistique. Tous les fonds américains veulent que le marché français s’ouvre à la capitalisation, car les Français sont de très gros épargnants, et des milliards d’euros placés sur des actions bien évidemment puisqu’avec les taux zéro, les obligations ne rapportent plus rien, ce sont des dizaines de milliards de commissions futures aussi bien en droits d’entrées, qu’en frais de gestion annuel par exemple. De quoi donc gaver quelques milliers de traders et assurer des revenus et des bonus plantureux à nos sociétés de gestion.
Reprenons et résumons.
Avec ce qu’il se passe, l’idée semble de vouloir « inciter » (mot pudique pour ne pas dire forcer puisque nous sommes en « démocrassie ») les Français à se lancer via la nouvelle enveloppe fiscale, appelée PER, dans la capitalisation pour combler la baisse future des pensions de retraites. Le gouvernement est donc en train de mettre en place un système permettant de défiscaliser les sommes qui iront enrichir les fonds comme BlackRock.
Avec Delevoye, pour BlackRock ce sera zéro tracas, zéro blabla, puisque finalement, les bénéfices de ces fonds seront assurés par… la défiscalisation des sommes versées par les Français les plus aisés. C’est une très belle conception de la « justice » fiscale sociale, et… face aux retraites !
Alors savoir si Delevoye est administrateur ou pas d’un institut de formation, ne change strictement rien à ce que je viens de vous expliquer, à savoir que la vente de notre système de retraite aux intérêts privés a été décidée et mise en œuvre… au plus haut sommet de l’État.« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.