Comment arrêter la course du temps ?

Le Vif.be – 05/12/2019 – Marie Gathon –
Nous avons tendance à considérer le temps comme linéaire, absolu et continu. Est-ce vrai ? Comment changer notre perception du temps pour accepter de le voir s’écouler ? La BBC a répondu à cette question universelle.
© Getty
Nous savons tous ce que l’on ressent quand on regarde le temps passer. Le présent devient le passé alors que nous en avons à peine pris conscience. Aujourd’hui devient alors déjà hier. Si vous vivez dans un climat tempéré, chaque année vous voyez les saisons défiler. Et à mesure que l’on atteint l’âge adulte, on prend de plus en plus conscience des années qui s’écoulent.
Bien que les neuroscientifiques n’aient pas réussi à localiser la fonction cérébrale qui nous permet de prendre conscience du temps qui passe, les humains sont étonnamment doués pour cela. Si quelqu’un nous dit qu’il arrive dans cinq minutes, nous avons une idée approximative du moment où nous devons commencer à le chercher du regard. Nous avons le sens des semaines et des mois qui passent. Par conséquent, la plupart d’entre nous diront que la façon dont le temps fonctionne est assez évidente : il passe, à un rythme constant et mesurable, dans une direction précise – du passé vers le futur.
Le temps au passé
null © Getty
Il est difficile de savoir avec précision comment les gens concevaient le temps dans le passé, car les expériences sur la perception du temps n’ont été menées que depuis 150 ans. Ce que nous savons, c’est qu’Aristote considérait le présent comme en constante évolution et qu’en 160, l’empereur-philosophe romain, Marc-Aurèle, décrivait le temps comme un fleuve d’événements passants. Et en Occident, beaucoup s’identifieraient encore à ces idées.
Mais la physique raconte une autre histoire. Même si le temps semble s’écouler dans une seule direction, certains scientifiques s’entendent pour dire que ce n’est pas le cas.
Au siècle dernier, les découvertes d’Albert Einstein ont tout changé. Il a démontré que le temps est relatif, se déplaçant plus lentement si un objet se déplace rapidement. Les événements ne se déroulent pas dans un ordre précis. Il n’y a pas un seul « maintenant » universel, dans le sens où la physique newtonienne l’aurait décrit.
Il est vrai que de nombreux événements de l’Univers peuvent être mis en ordre séquentiel – mais le temps n’est pas toujours segmenté de façon nette entre le passé, le présent et l’avenir. Certaines équations physiques fonctionnent dans les deux sens.
Quelques physiciens théoriciens, comme l’écrivain et physicien Carlo Rovelli, vont encore plus loin en spéculant que le temps ne s’écoule pas, qu’il est une illusion. Bien sûr, même si certains physiciens prétendent que le temps n’existe pas, notre perception du temps existe cependant bel et bien. C’est pourquoi les preuves de la physique sont en désaccord avec ce que l’on ressent. Notre idée commune de ce que signifie le concept de « futur » ou de « passé » ne s’applique peut-être pas à tout , ni partout dans l’Univers, mais elle reflète bien la réalité de notre vie sur Terre.
Faux passés
Un aspect de la perception du temps que beaucoup d’entre nous partagent est la façon dont nous pensons à notre propre passé : comme une sorte de vidéothèque géante, une archive dans laquelle nous pouvons puiser pour retrouver les enregistrements des événements de notre vie.
Mais les psychologues ont démontré que la mémoire autobiographique n’est pas du tout comme ça. La plupart du temps, nous oublions beaucoup plus de choses que l’inverse.
Au fur et à mesure, nous modifions certains souvenirs pour donner un sens à ce qui s’est passé. Chaque fois que nous nous souvenons d’un souvenir, nous reconstruisons les événements dans notre esprit et nous les modifions même pour les adapter à toute nouvelle information qui aurait pu être découverte.
Passé et futurs sont liés
null © Getty
Une autre erreur que nous commettons est de supposer qu’imaginer l’avenir est complètement différent que de penser au passé. En fait, les deux processus sont liés. Nous utilisons des parties similaires du cerveau pour nous souvenir ou pour nous représenter nos vies dans les années à venir. C’est la possession de nos souvenirs qui nous permet d’imaginer un futur, en remixant des scènes pour prévisualiser des événements futurs. Cette compétence nous permet de faire des plans et d’essayer différentes possibilités hypothétiques avant de nous engager.
Ces sensations curieuses sont le résultat de la façon dont notre cerveau gère le temps. Un bébé, avec peu de mémoire autobiographique, vit constamment dans le présent. Il est heureux. Il pleure. Il a faim. Il est malheureux. Un bébé fait l’expérience de tout cela, mais il ne se souvient pas à quel point il faisait froid le mois dernier et ne craint pas que la température ne baisse de nouveau bientôt.
Puis, petit à petit, un tout-petit commencera à développer un sentiment d’identité. Cette évolution s’accompagne d’une compréhension du temps, d’hier et de demain.
Même à cet âge, cependant, imaginer l’avenir reste un défi. La psychologue Janie Busby Grant a constaté que si vous demandez aux enfants de trois ans ce qu’ils pourraient faire le lendemain, seul un tiers d’entre eux peut donner une réponse plausible.
De même, notre perception du temps n’est pas quelque chose que nous pouvons choisir d’ignorer. Attendre un train en retard vous semblera toujours plus long que de déjeuner avec un ami. Mais même si nous ne pouvons pas changer notre perception du temps, nous pouvons changer notre façon de penser au fait qu’il passe inexorablement.
Le moment de changer
Au lieu de considérer le passé, le présent et l’avenir comme une ligne droite, nous pouvons considérer nos souvenirs comme une ressource qui nous permet de penser à l’avenir.
C’est crucial. La capacité de l’être humain à voyager dans le temps mentalement est la raison pour laquelle nous sommes capables de faire tant de choses qui nous distinguent du reste du vivant – comme planifier ou créer une œuvre d’art.
Nous ne devrions pas maudire notre mémoire lorsqu’elle nous fait défaut. Le fait que nos souvenirs évoluent avec le temps nous permet une certaine capacité de l’esprit à s’adapter et à imaginer l’avenir. Notre mémoire est faite pour être changeante, afin que nous puissions prendre des millions de fragments de souvenirs de différentes époques de notre vie et les recombiner pour imaginer l’avenir encore et encore.
Ralentir
null © Getty
La question que la plupart d’entre nous se posent reste : comment pouvons-nous ralentir le temps ?
Une partie de notre perception du temps qui passe est dictée par le nombre de nouveaux souvenirs que nous avons créés. Quand vous repensez à des vacances bien occupées, quoiqu’elles soient passées trop rapidement à l’époque, rétrospectivement il se peut que vous ayez l’impression d’être parti pendant longtemps. C’est à cause de tous ces nouveaux souvenirs que l’on construit en passant une semaine loin de la routine habituelle. Si la vie semble aller vite, c’est le signe d’une vie bien remplie.
Par contre, le temps semble s’écouler plus lentement si vous vous ennuyez ou déprimez, si vous vous sentez seul ou si vous vous sentez rejeté, ce que personne ne souhaite. Comme Pline le Jeune l’écrivait en 105, « Plus le temps est heureux, plus il semble court. »
Mais si vous voulez vous débarrasser de ce sentiment troublant un dimanche soir, il y a quelque chose que vous pouvez faire : chercher constamment de nouvelles expériences. Faites de nouvelles activités le week-end et visitez de nouveaux endroits, plutôt que d’aller au même bar ou au même cinéma. Passer du bon temps signifie qu’il passera vite, mais aussi que vous emmagasinerez plus de souvenirs. Lorsqu’arrivera le lundi matin, votre week-end vous semblera plus long.
Une certaine routine, bien sûr, est inévitable. Mais si vous pouvez créer une vie à la fois nouvelle et divertissante, les semaines et les années sembleront plus longues rétrospectivement. Même le fait de varier votre itinéraire pour vous rendre au travail peut faire une différence. Plus vous pourrez vous créer de souvenirs dans la vie de tous les jours, plus votre vie sera longue et remplie de souvenirs lorsque vous regarderez en arrière.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Développement personnel. Ajoutez ce permalien à vos favoris.