Inondations dans le Sud-Est : la mémoire courte des élus outrés

Charlie Hebdo – 11/12/2019 – Claude Ardid –
Sept morts, 300 millions d’euros de dégâts, des milliers de personnes traumatisées, les intempéries et les inondations ont laissé des traces probablement indélébiles dans le Var et les Alpes-Maritimes. Au point que certains élus, écœurés par la tournure des choses, envisagent de ne pas se représenter aux municipales de mars prochain. En cause, les plans d’occupation des sols et les autorisations d’implantation accordées aux grandes surfaces et aux zones industrielles. Autrement dit, la bétonisation des sols.
Inondation au Muy, dans le Var, le 24 novembre 2019. Crédit : VALERY HACHE / AFP
Vertueux mais amnésiques, les élus… L’observatoire régional de la biodiversité Paca avait en effet tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises ces dernières années, affirmant que « la surface des territoires artificialisés entre 1990 et 2006 avait augmenté de 23,6 % dans la région concernée, contre 11,4 % à l’échelle nationale« . dans un rapport datant de 2012, la Cour des comptes fustigeait, elle, la « véritable « soif » de construire, entretenue par les propriétaires et les promoteurs, et relayée par les élus locaux« . Et l’Insee rappelait en milieu de semaine dernière que 998 100 habitants, soit 19 % de la population, vivaient en 2016 dans une zone potentiellement inondable en Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont la moitié a « plus d’une « chance » sur deux d’être touchée en quarante ans« . Des données à rapprocher de celles fournies par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) qui, dans son rapport de juin dernier, affirmait que la plupart des zones résidentielles et des aéroports pourrait bien subir des tsunamis d’ampleur variable d’ici à 2030. 
L’aéroport de Nice Côte d’Azur
Les élus – quelque soit leur parti – étaient donc parfaitement au courant. Mais ils ont laissé faire. Même constat dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse, qui sont aujourd’hui considérés par cette même Cour des comptes comme les départements où les constructions rognent de plus en plus sur les espaces ruraux. Alors, chers élus dégoûtés, représentez-vous ou renoncez, à votre guise. Mais, en poste, faites votre boulot.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans réchauffement climatique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.