Rabindranath Tagore : Le jardinier d’amour / Lotus  ( 409 )

                           L’homme et la bête

Souvent je me demande jusqu’à quel point peuvent se reconnaître
        l’homme et la bête qui ne parle pas.
A travers quel paradis primitif au matin de la lointaine création
        courut le sentier où leurs coeurs se rencontrèrent.
Bien que leur parenté ait été longtemps oubliée, les traces de leur
        constante union ne se sont pas effacées.
Et soudain, dans une harmonie sans paroles, un souvenir confus s’éveille
        et la bête regarde le visage de l’homme avec une tendre confiance
        et l’homme abaisse les yeux vers la bête avec une tendresse amusée.
Il semble que les deux amis se rencontrent masqués
        et se reconnaissent vaguement sous le déguisement.
     Rabindranath Tagore : Le jardinier d’amour 
     Composition :

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, poésie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.