Pandémie de chiffres

Charlie Hebdo – 26/08/2020 – G. Erner – Dessins du Canard enchaîné –
La pandémie a fait progresser une autre épidémie, celle des chiffres. Il est peu question de cette affection grave, et pourtant elle est là, chaque jour. Combien de cas aujourd’hui ? Et les décès ?
Pendant le confinement, la télévision diffusait un programme quotidien où un dénommé Jérôme Salomon, la mine grave, débitait des statistiques. Et, pour ceux qui ne se satisfont pas des « données brutes », il existe aussi une myriade d’indicateurs, de pourcentages ou bien encore de taux d’incidence. D’où, chaque jour, un brouillard de chiffres offrant l’apparence d’un information scientifique et objective. Pourtant, il ne suffit pas qu’une chose soit quantifiée pour être exacte.
Assommé par cette avalanche, le quidam est évidemment incapable de distinguer ce que signifie quelque chose de ce qui ne veut absolument rien dire. Faut-il se fier au nombre de tests positifs ou bien aux hospitalisations ? Le taux d’incidence, autrement dit le pourcentage de personnes positives au tests a-t-il de l’importance ?
Depuis des années, la science est confondue avec le quantifiable. Là où il y a un chiffre, il est présumé y avoir de la science. Le quantitavisme est devenu la forme dominante du scientisme, la croyance aveugle au discours scientifique, quel qu’il soit. Or depuis le début de la pandémie, les scientifiques ont dit tout et son contraire. Sur n’importe quel sujet, de l’immunité liée au virus jusqu’à la contagiosité des enfants, on a pu absolument tout lire. Et pourtant, parmi cette multitude de « vérités », seules certaines sont vraies. Mais lesquelles ?
Aujourd’hui, les gouvernements du monde entier pilotent des politiques sanitaires à partir de tableaux de bord qui peignent on ne sait plus trop quoi. C’est un peu comme le fou qui cherche ses clés sous le réverbère, parce que là, au moins, il y a de la lumière.
Contre le virus, la boussole des chiffres est censée nous guider. Et tant pis si la boussole se fait girouette.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Santé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.