Humour – Présidentielle 2017 : Loi de la jungle

Blog

presidentielle-loi-de-la-jungleimg_0580img_0581

 

 

 

Publié dans Humour, Politique

Le regard de Plantu – Sarkozy tourne le dos à la politique …

Le Monde du 23 février 2017

plantu-sarkocid_image002_png01d28d25

Publié dans Humour | Tagué

Dans l’ombre de Donald Trump, la famille Mercer : Famille américaine de poids.

  Le Temps 15/02/2017 Discrète mais puissante, elle a joué un rôle de premier plan dans l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, en novembre. Grâce à sa fortune et à son entregent, la famille Mercer est parvenue à propulser le candidat républicain à la Maison Blanche.
Le Temps évoque la redoutable influence de ce clan, partisan de l’extrême droite la plus dure et de ses thèses ouvertement suprémacistes.

le-tempsfile6toabomrp6u11fv6ii9s

Dans l’ombre de Donald Trump, la famille Mercer
Robert Mercer et sa fille Rebekah ont été des acteurs-clés dans l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche. Ultra-discrets, proches de Stephen Bannon, ces milliardaires ont notamment financé Breitbart News, fer de lance de l’extrême droite américaine
Robert Mercer est très discret. Discret mais influent. Lors d’une de ses rares apparitions publiques, lui qui rejette les sollicitations des médias et fuit les photographes, il avait déclaré: «Je n’ai pas pour habitude de parler de moi. […] Je pensais que je devais préparer un discours d’une heure, ce qui, en passant, est davantage que ce que j’ai pour habitude de parler en un mois». C’était en juin 2014, à l’occasion d’une remise de prix de l’Association for Computational Linguistics.

le-tempsfile6to3xfzyer5cypwmi9y

Inapprochable ou presque, ce milliardaire de 70 ans, mystérieux et secret, qui forme un tandem de choc avec sa fille Rebekah, a pourtant joué un rôle-clé dans l’élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis. En tirant de précieuses ficelles.
La finance dans le sang
Ce mathématicien new-yorkais a débuté sa carrière chez IBM, où il a notamment développé un programme de reconnaissance vocale. Il a ensuite fait fortune en co-dirigeant Renaissance Technologies, «un des hedge funds les plus performants et lucratifs de l’histoire», selon Sebastian Mallaby, auteur du livre «More Money Than God». Grâce, notamment, au fonds Medallion, qui représente 5 milliards de dollars sous gestion.
Ultra-conservateur et climatosceptique convaincu, l’homme semble s’être donné pour mission de remodeler le Parti républicain, en consolidant son aile la plus à droite, sensible aux discours populistes et anti-establishement. Sa fille Rebekah, 43 ans, poursuit le même but. Trader à Wall Street, elle a aussi géré une boulangerie à Manhattan spécialisée dans les brownies et cookies, «Ruby et Violette», devenue une entreprise online. Epouse d’un banquier français et mère de quatre enfants, elle aide aujourd’hui son père à étendre leur influence à travers des think tanks et médias conservateurs qui épousent leurs thèses.
D’abord soutiens actifs du candidat à la présidentielle texan Ted Cruz, un proche du Tea Party – ils auraient injecté treize millions de dollars dans un de ses groupes de soutien –, les Mercer ont ensuite, dès le printemps 2016, appuyé Donald Trump et contribué à sa victoire. En janvier 2016 déjà, Bloomberg qualifiait Robert Mercer de «principal donateur individuel» de l’élection présidentielle. Depuis 2006, il aurait ainsi consacré plus de 34 millions de dollars à des campagnes et le Washington Post le classe, en 2015, parmi les «dix milliardaires les plus influents en politique». Pour la petite histoire, Jim Simon, le fondateur de Renaissance Technologies, était lui l’un des soutiens financiers les plus importants de la démocrate Hillary Clinton.
Lire
Le big data au service de Trump
Le soutien à Breitbart News
Une fille puissante et féroce
Un rôle à venir encore flou
Les frères Koch, l’autre binôme de milliardaires
Réseau de donateurs tout-puissantPrincipal soutien du Tea Party en 2010
Continuez votre lecture
Publié dans Débats Idées Points de vue, International, Politique | Tagué , ,

Ce soir – En direct : Philippe Poutou puis Mediapart face à ses abonnés

mediapart-live

mediapart

Comment débattre sur Internet ? Comment mieux se saisir du participatif et de l’intervention des lecteurs au moment où des journaux ferment leurs espaces de commentaires ? Mediapart a invité plusieurs abonnés pour en débattre. Et avant cela, dès 19h30, la rédaction recevra Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) à la présidentielle.
  19h30-20h : Philippe Poutou face à la rédaction de Mediapart
20h-20h30 : Retour sur nos enquêtes. Le Front national pris dans le scandale des assistants parlementaires et Macron, tel César dans sa start-up
20h30-23h : Mediapart face à ses abonnés. Le participatif sur Internet : pour quel débat public ?
Assistants au Parlement européen: le document qui accable Marine Le Pen
LIRE
Publié dans Débats Idées Points de vue, Politique | Tagué , ,

François Bayrou – « J’ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d’alliance »

Actualité 22/02/2017
untitled-bmpfrancois-bayrouLors d’une conférence de presse, à la télévision,  ce 22 février, le président du MoDem a déclaré qu’il souhaitait proposer une « offre d’alliance » à Emmanuel Macron. M. Bayrou a donné des conditions au candidat à la présidentielle.
Jamais dans les 50 dernières années la démocratie en France n’a connu une situation aussi décomposée »
J’ai examiné depuis plusieurs semaines tous les éléments qui permettent de juger. Je veux vous dire à quel point la gravité de la situation m’a frappé. Jamais dans les 50 dernières années la démocratie en France n’a connu une situation aussi décomposée. Le bilan du gouvernement sortant est tel que les primaires de la gauche ont choisi un opposant déterminé à la politique suivie depuis le début du quinquennat.
A droite, le dévoilement des affaires révèle non seulement l’existence de privilèges et de dérives mais ce qui est le plus choquant c’est l’acceptation tacite de ces abus. Toujours davantage de privilèges pour ceux qui sont en haut en toujours plus d’efforts pour ceux qui sont en bas.
Il faut changer les choses et le faire d’urgence. Unissons nos forces. C’est sans doute un geste d’abnégation et un geste d’espoir pour notre pays. Cette offre comporte des exigences qui sont d’intérêt général.
Je mesure ma responsabilité personnelle et celle du courant politique dont j’ai la charge. (…) J’ai reçu de très nombreux messages et témoignages m’encourageant pour me présenter. (…) Ces messages ont du sens et disent beaucoup pour moi. (…) je les reçois comme une marque de confiance.
  1. Bayrou a posé plusieurs exigences, notamment que « le programme présenté par M. Macron comporte une loi de moralisation de la vie publique ». Il demande aussi l’introduction de la proportionnelle aux élections législatives.
Le président du MoDem demande une « véritable alternance, un vrai changement des pratiques et non pas un recyclage des pratiques anciennes ».
Je demande expressément que le programme présenté par Macron comporte une loi de moralisation de la vie publique, notamment sur la lutte contre les conflits d’intérêt.
Je refuse, comme j’ai refusé toute ma vie, que de grands intérêts prennent la vie publique en otage. Je ne céderai rien sur la séparation de la politique et de l’argent.
« Il faut un changement pour notre démocratie pour que le pluralisme soit enfin respecté au sein de notre vie publique et au sein du Parlement », explique encore M. Bayrou qui demande l’introduction de la proportionnelle aux législatives car « je n’accepte pas les deux tiers des Français n’aient aucune représentation ».
Ce ralliement surprise à Emmanuel Macron intervient le même jour que celui de François de Rugy, président du Parti écologiste.
Extraits
Publié dans Politique | Tagué

Présidentielle – La lettre de campagne de Laurent Joffrin du 22 février 2017

liberationGame of Left

Macron régresse et Fillon repasse devant lui tandis qu’Hamon marque le pas et que Mélenchon revient à son niveau. Une nouvelle fois, le spectre d’un second tour Le Pen-Fillon se profile à l’horizon de la présidentielle. Ces sondages ne valent pas grand-chose – ils n’ont en tout cas aucune valeur prédictive – dans la mesure où la moitié des électeurs n’a toujours pas fait son choix. Mais si d’aventure ces pourcentages se cristallisaient, l’histoire de la gauche depuis trois ou quatre ans ressemblerait à un scénario de la sanglante et massacrante série Game of Thrones. Devant ces luttes furieuses et ces assassinats à répétition, la transposition vient naturellement sous la plume.
  • Saison 1.Dans le royaume de Lefteros affaibli et divisé, le roi Hollande, dont les démêlés avec ses favorites entachent le prestige, voit son autorité remise en cause. Pour s’imposer, le baron Valls tue le duc d’Ayrault avec l’aide du comte Montebourg et du chevalier Hamon pour devenir à son tour «main du roi». Il se retourne ensuite contre ses alliés Hamon et Montebourg, qui réussissent toutefois à le blesser à l’aide d’une fronde.
  • Saison 2. Le marquis de Macron, raffiné et rusé, épaulé par l’enchanteresse Brigitte qui détient l’élixir de jouvence, trahit le roi Hollande et menace le baron Valls, pendant que celui-ci fait face à une révolte du peuple de «True Left». Contre toute attente, la chevauchée solitaire du marquis de Macron et de son mouvement «au trot» rallie une partie du royaume.
  • Saison 3.Confronté aux perfides attaques du marquis de Macron et du baron Valls, le roi Hollande trépasse à son tour sous les dagues de ses ennemis qui répandent son sang sur le trône de fer, tandis que de l’autre côté du mur, les sauvageons LR choisissent comme chef le triste roi Fillon aux pratiques cauteleuses.
  • Saison 4. Coup de théâtre, le chevalier Hamon, qu’on croyait trop jeune, réussit à occire le baron Valls avec son épée universelle lors des «noces pourpres» de la primaire, grâce à l’appui de la reine du nord Aubry, laissant les seigneurs Ayrault, Duflot, Hollande, Valls et Montebourg gisant dans leur sang.
  • Dans la dernière saison, on verra comment le chevalier Hamon et le marquis de Macron vont réussir à se tuer l’un l’autre, alors que le peuple de «True Left» du chef Mélenchon et les marcheurs blancs qui hantent le pays au-delà du grand mur, avec l’indestructible géante Le Pen, menacent le pays. Pour Lefteros, selon le leitmotiv de la série, «winter is coming».
C’était hier
Bayrou, le Hamlet du centre, va décider, tenant dans sa main le crâne de Lecanuet, d’être ou ne pas être. La chose a son importance : candidat, il affaiblit Macron et peut-être Fillon. Dans ce cas, le jeu se compliquera encore un peu plus.
Loyal mais ronchon, Alain Juppé exclut d’être un recours mais veut que ses idées soient prises en compte. «Il faut marcher sur deux jambes», dit-il, ce qui est toujours un bon conseil. Il demande qu’on ait plus d’égard pour «la droite humaniste». Fillon, une droite inhumaine ?
Nicolas Sarkozy entre au conseil d’administration d’Accor. Dans ses confidences élyséennes, il annonçait élégamment qu’après avoir été président, il se soucierait surtout de «faire du fric». Voilà une promesse en passe d’être tenue.
Laurent Joffrin
Publié dans chronique, Débats Idées Points de vue, Humour, Politique | Tagué ,

Présidentielle – La lettre de campagne de de Laurent Joffrin du 21 février 2017

liberation
Fillon si, Fillon no
François Fillon se macronise… Après avoir écrit dans son premier projet qu’il fallait renforcer la place des assurances privées dans le financement du système de santé, voilà qu’il donne à son discours sur le sujet un tour furieusement social et solidaire. Au moins un changement radical de forme, sinon de contenu. Rappelons ce qui était écrit dans le texte initial : «Focaliser l’assurance publique universelle sur les affections graves et de longue durée et l’assurance privée sur le reste.» La formulation avait été changée en catastrophe à la suite de la polémique qu’avait provoquée cette proposition.
Retour à un discours très socialement correct, avec suppression du «reste à charge» pour les patients en cinq ans, notamment sur l’optique et les prothèses dentaires. Le but est louable et il y a à coup sûr dans le nouveau plan Fillon des mesures tout à fait pertinentes. Mais comme les objectifs de réduction du déficit restent les mêmes, on peut s’interroger sur le bouclage financier du projet. Erreur en deçà du «Penelopegate», vérité au-delà…
Comme nous l’indiquions déjà hier, cette légitime discussion sur les propositions du candidat Fillon pose un léger problème civique : faut-il revenir tout à trac à la normalité et traiter du candidat Fillon sans faire référence à ses ennuis judiciaires ? C’est évidemment le pari de la droite et des journaux qui la soutiennent avec une grande constance militante. Et comme les autres médias ne peuvent pas répéter éternellement les informations qu’ils ont déjà diffusées sur ce sujet, l’évitement des affaires par usure risque de s’imposer pour ainsi dire naturellement. Le cynisme paie. C’est aussi le résultat logique du travail de délégitimation de la justice et de la presse activement mené par le parti LR (il n’est pas le seul à pratiquer ce sport). La trumpisation est en marche…
C’était avant-hier
La lettre de campagne de  de Laurent Joffrin du 20 février 2017
Les funérailles du socialisme ?
La métaphore du «corbillard» utilisée par Jean-Luc Mélenchon pour parler du PS n’a pas arrangé les relations entre lui et Benoît Hamon, vieux militant socialiste. Au vrai, le cadavre dont il parle est plus celui de l’union des gauches que celui du PS, qui trouve avec la candidature Hamon un regain de jeunesse (fragile…). Mais la charge mélenchonienne n’est pas un jugement de réalité: certes il ne veut pas le suivre, mais ce corbillard est quand même devant lui (pour l’instant)… C’est en fait un souhait. Il s’agit pour lui de tuer le PS, ce qui veut bien dire qu’il est encore vivant. Cette volonté non pas homicide mais «particide» pose le problème de la stratégie de la gauche de la gauche : en voulant à toute force éliminer tout ce qui se trouve moins à gauche qu’elle, il y a peu de chances qu’elle puisse un jour gouverner.
La question se retrouve, sous des formes plus ou moins aiguës, dans plusieurs pays. La gauche de la gauche grecque gouverne : mais c’est en jetant par-dessus bord une grande partie de ses convictions. A cet égard, le virage réaliste et européen de Tsípras est bien plus spectaculaire que celui qu’on a reproché avec tant de véhémence à Hollande. La gauche radicale espagnole se déchire à belles dents autour du même dilemme : faut-il se rapprocher ou non de la gauche réformiste ? En attendant, c’est la droite dure qui gouverne à Madrid. En Allemagne, Die Linke est amoindrie par la percée de Martin Schulz, social-démocrate bon teint, qui paraît seul en mesure de menacer Angela Merkel. Seuls les Portugais ont trouvé une formule efficace en soutenant sans participer les socialistes au pouvoir. Il en est résulté des améliorations tangibles du sort des classes populaires.
Mélenchon récuse cette attitude et veut détruire les sociaux-démocrates au lieu de s’allier avec eux. Il veut conserver la pureté du programme très vintage qu’il présente aux électeurs. C’est une réplique moins étatique et plus verte du programme de la gauche française en 1981, avec la même interrogation : peut-on organiser une relance massive de la consommation dans un pays ouvert, dont l’économie souffre d’un manque de compétitivité, comme en témoigne son déficit extérieur ? Mélenchon veut qu’on applique tout son projet et refuse de l’amender au nom de ce qu’il tient pour un compromis honteux. Cette posture intraitable a sa noblesse, qui est celle de la conviction. Mais elle risque le sort de tous les projets purs et durs : quand on demande tout, souvent, on n’obtient rien.
La droite se requinque. Toute considération éthique ravalée, elle soutient son candidat en dépit de ses ennuis judiciaires (aux deux tiers selon un sondage). Elle en appelle au peuple contre la justice. Inquiétant. Certains commentateurs militants en viennent même à magnifier la résistance de Fillon au milieu de cette tourmente. Pour un peu, on le féliciterait d’avoir cyniquement abandonné sa prétention à l’exemplarité. On progresse…
Publié dans Débats Idées Points de vue, Politique | Tagué ,

Un site aide les ex-cadres à devenir bénévoles

Ouest-France – 21/02/2017 – Recueilli par Olivier Delahaye –
Spécialement conçu pour les seniors, Makawa permet de trouver des offres de bénévolat sur mesure. Son fondateur, Yves Séchaud, nous explique son initiative.
imagesAvant d’être à la retraite, j’ai été président d’une agence de communication et en parallèle président d’une association. J’ai pu remarquer au sein de ma génération qu’il existait un certain nombre de jeunes retraités qui rencontraient des problèmes d’ordre psychologique face à leur soudaine inactivité. Ils passent d’un milieu professionnel où il ont une grande reconnaissance sociale, à une époque de leur vie où ils ne l’ont plus du tout. Ils peuvent en souffrir sans forcément le formuler.
Je me suis intéressé aux études publiées sur ce sujet et j’ai découvert qu’environ 30 ù des ex-cadres souhaitaient devenir bénévoles sans savoir comment s’y prendre. Cela veut dire environ un million de personnes en France.
Que proposez-vous exactement avec ce site ? 
Le site s’articule en trois moments distincts. Tout d’abord des offres de bénévolat triées selon les compétences de ces jeunes seniors avec l’idée d’être vraiment dans du sur-mesure. Ensuite, un magazine qui délivre des informations sur la retraite, mais aussi sur le monde bénévole. Enfin, un service de coaching.
A quoi correspond ce service coaching ?
img3S’ils souhaitent utiliser leurs compétences à d’autres fins que professionnelles, certains seniors se sentent parfois hésitants devant le bénévolat. Le coaching que nous leur proposons leur permet de faire le point sur leurs aptitudes au regard du monde associatif qui n’est pas forcément le même que celui du monde salarié. Avec notre équipe de coachs, nos proposons trois formules. Il s’agit de la seule partie payante du site, le reste étant entièrement gratuit.
Quels retours avez-vous de la part des associations ?
Elles sont très demandeuses, y compris sur des missions courtes. Les plus importantes ont souvent un vide concernant les fonctions d’encadrement et de management. Ce sont des métiers qu’elles ne peuvent pas forcément se payer. il arrive même qu’il faille les aider à formuler leurs besoins.                                                 Business People Meeting Discussion Working Office Concept
Publié dans Solidarité, Travail | Tagué

Abattoirs – Deux-Sèvres – Niort : Les militants de L214 et le choc des photos

La Nouvelle République 19/02/2017

L214

Hier le groupe local L214 manifestait en silence dans le centre-ville de Niort en exhibant des images fortes Il organise aussi des « vegOresto ».
Tout le monde connaît ses vidéos volées dans les abattoirs. L’association de défense de la cause animale, relayée localement, est de plus en plus visible.
Bruno est foncièrement « antispéciste ». Le quadragénaire dénonce non seulement « la discrimination par l’espèce » mais milite désormais contre la consommation de viande animale. Ce samedi après-midi, comme une quinzaine d’autres membres du mouvement L214, le demandeur d’emploi exhibait dans le centre-ville des photos choc d’abattage de moutons, porcs ou volailles.
A l’origine de cette action, comme dans une trentaine de villes, Alexandra Cochet, ex-parisienne fraîchement installée à Niort, native de la Sarthe « le pays des rillettes », ironise-t-elle. Plusieurs années déjà que la créatrice de l’antenne locale, salariée d’une mutuelle, est engagée auprès l’association de défense de la cause animale.

l214ff650cf1e34b08e66b31cfd47151fc229eeaa14c

«  C’est contre la viande ?  »
A l’instar des opérations parisiennes « vegan place », alliant convivialité et militantisme, Alexandra a rassemblé une petite communauté en lançant il y a quelques mois un premier appel pour un « vegOresto » : « Nous nous sommes retrouvés à 35, végétariens et vegans. » Le groupe local L214 s’est structuré et une première initiative a été prise dès janvier dernier : « C’était la journée bonne résolution. Nous proposions aux gens de réduire leur consommation de viande. »
Loin des opérations commandos et les images insoutenables dans les abattoirs, les militants locaux s’emploient paisiblement à « ouvrir les yeux et à engager la discussion avec les passants, insiste Alexandra Cochet. L’idée n’est pas de provoquer les bouchers ! Dire que la viande, ce n’est pas juste de la viande. C’est un animal qui a brutalement perdu la vie. Et en consommant, on amène aussi les gens à travailler dans les abattoirs. » Géraldine, 38 ans, et « végétarienne depuis longtemps », a rejoint depuis peu le groupe qui s’est constitué sur Facebook, manifeste pour la première fois ses convictions dans la rue : « Toute petite j’étais sensibilisée à la cause animale, dit-elle. Au fil du temps et des reportages montrant des horreurs, j’ai décidé de m’engager. »
Le mode opératoire, des photos et tablettes diffusant des images fortes prises dans des abattoirs de Limoges ou du Vigan, se passerait de discours. De fait peu nombreux sont les passants à marquer le pas, sinon quelques mots de soutien furtifs. L’inverse est vrai aussi : « C’est contre la viande ? Alors vive la viande ! » Alexandre n’en perd pas son sourire : « C’est coutumier. »
Prochain rendez-vous en mai, « autour de la journée sans viande » (20 mai).
Contact sur Facebook : Info niort L214 Vego resto
J.R.
Deux-Sèvres

 

Publié dans animaux, Débats Idées Points de vue | Tagué , , ,

La poste rend les agents timbrés : le retour des temps modernes

Siné Mensuel N° 61 – février 2017 – Étienne Liebig –
La poste a été mise en cause dans sa gestion du personnel, suite à une vague de suicides. Étienne Liebig s’est rendu dans une petite ville du Massif central et a suivi un postier dans sa tournée pour observer les conditions de travail des facteurs. Ils ont une minute et demie pour une lettre recommandée, trois minutes pour un colis. Et le kilométrage de la tournée a doublé en dix ans. 
La Poste est devenue une société anonyme à capitaux publics depuis 2010. Depuis 2000, le personnel n’est plus embauché sous le statut de fonctionnaire mais sous celui de droit privé en CDD ou en CDI. Jean-Marc, mon guide, est en CDI, a dix ans d’ancienneté, il est payé 1 230 euros net, un débutant : 11920 euros. 
img_0579Nous nous sommes levés très tôt, 4h30. Jean-Marc m’explique sur le chemin que le service commence à 6h30 mais ses collègues et lui démarrent à 6 heures pour être sûrs de terminer « à une heure décente ». A 6 heures, tout le monde est sur le pied de guerre et chacun commence le tri de sa tournée. Jean-Marc distribue le courrier à pied dans environ 700 boîtes aux lettres. Il bourre son chariot un peu vieillot de 25 kilos de lettres et part pour sa tournée (dont le kilométrage à doublé depuis dix ans) : il est 8h30, son secteur se trouve à 20 minutes du centre de tri. il y a les lettres, les recommandés remis en main propre au destinataire et les colis à livrer. L’ordinateur de La Poste a évalué le temps de chaque tâche : une minute pour un recommandé, trois minutes pour un colis. C’est très bien mais ce matin là, rien ne se passe comme prévu par Big Brother. Mme Elisabeth, 77 ans, n’entend pas frapper à la porte, inquiétude de Jean-Marc qui la connaît bien… nous insistons, la vieille dame arrive enfin (4 minutes), le facteur lui explique ce que contient le recommandé (2 minutes), le stylo pour signer bloque à cause du froid, il en faut un autre (3 minutes). Jean-Marc prend du retard… Le facteur, dans les petites villes, est souvent la seule personne qui passe dans la journée et il ne peut pas se contenter de tendre une feuille à signer. La Poste s’est d’ailleurs engagée à ce que ses agents « visitent » les personnes âgées isolées pour vérifier si « tout va bien ». Le personnel n’est ni formé, ni préparé, ni soutenu psychologiquement à cette assistance médico-sociale.
nouveau-g_image_description1Ce matin-là, tout va bien, à part des petits soucis d’un vieux monsieur pour refermer son clic-clac, mais Jean-Marc a déjà découvert une fois une dame évanouie sur son balcon et tous les agents redoutent d’être confrontés un jour à une urgence médicale ou pire encore. 10 heures, 11 heures, il faut grimper des rues abruptes et retenir le chariot dans la descente, je m’y essaie, je comprends pourquoi le personnel a mal au dos et aux épaules. Midi, 13 heures, 13 heurs 33, la tournée est terminée, retour au terminal pour ranger les lettres non distribuées à cause des absences, les colis non livrés. Remplissage de bordereaux divers et variés… Il est 14 heures quand Jean-Marc termine son service. Temps réel de travail : 8 heures. Temps rémunéré : 6h 21. Selon Jean-Marc et tous ses collègues, les horaires sont dépassés chaque jour. Ne leur demandez pas si cela donne droit à des heures supplémentaires, vous allez les énerver…      
La diversification
La Poste « évolue ». Les services qu’elle offre se multiplient mais le personnel, lui, n’est ni formé ni mieux rémunéré. Juste un peu plus stressé. Outre la visite aux personnes âgées (entre une et six fois par semaine) pour constater l’état de santé (appelée Cohésio), les facteurs assurent le relevé des compteurs EDF-GDF, le recyclage des vieux papiers (appelé Recyclo), l’acheminement des courses, des médicaments ou des plateaux-repas (appelé Portéo), l’aide au passage à la TNT, l’installation de la télé, la vente de tablettes numériques et la formation des utilisateurs potentiels… Autant de services que La Poste facture à ses clients sans que les facteurs voient la couleur de l’argent…             
Facteurs d’avenir
facteur-plis-electoraux_ysopeLa Poste a aussi eu une idée de management piquée directement aux entreprises américaines des années 30, joliment nommée « facteurs d’avenir ». il s’agit d’organiser des équipes de six personnes avec un chef dit « facteur qualité » et un sous-chef dit « facteur d’équipe » pour faciliter les remplacements les jours de RTT, mais surtout de faire miroiter une prime qui pourrait s’élever annuellement à 450 euros pour chacun si le rendement était parfait. Si un membre de cette équipe commet une faute (retard, absence, oubli de la ceinture de sécurité, du port du casque), la prime diminue… pour tous ! Bien sûr, personne ne touche jamais les 450 euros (180 euros pour l’équipe de Jean-Marc en 2015). Et il faut être sacrément fort et solidaire pour ne pas s’engueuler, se diviser et perdre le goût de la revendication. Cela ressemblerait un peu à du harcèlement psychologique que ça ne m’étonnerait pas.
La Poste dit conduire sa transformation dans le dialogue social. Pour ma part, j’ai vu des gens épuisés par les exigences de rentabilité, par un travail physiquement éprouvant et dont le rôle de lien social n’est pas reconnu. J’ai vu des personnes auxquelles on demande sans cesse plus de compétences et de diversification sans contrepartie financière ni formation adaptée.
En repartant du centre de tri avec Jean-Marc, nous avons croisé des habitants inquiets. La Poste a décidé de diminuer le temps de guichet avant la fermeture d’un bureau dans un village environnant. La population, menée par son maire, se mobilise pour conserver ce qui reste de services de l’État dans cette campagne isolée. Probablement que le bureau n’est pas rentable, probablement que la guichetière coûte trop cher pour le nombre d’usagers… probablement que bientôt, on pleurera sur la désertification des campagnes et nous nous demanderons pourquoi les gens se tirent dans les grandes agglomérations.
Publié dans Travail

En Vrac – Londres / Etats-Unis / Eléphants / Egypte / Afrique / Tunisie

en-vracLe Monde 21/02/2017
Manifestations anti-Trump à Londres. Quelques milliers de personnes se sont réunies lundi soir devant le Parlement, à Londres, pour protester contre la visite d’Etat de Donald Trump au Royaume-Uni, prévue cette année. Il s’agit de la troisième manifestation contre la future venue du président américain. Une première avait réuni le 30 janvier des dizaines de milliers de personnes et une seconde, près de 10 000, au début de février.
Famille américaine de poids. Discrète mais puissante, elle a joué un rôle de premier plan dans l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, en novembre. Grâce à sa fortune et à son entregent, la famille Mercer est parvenue à propulser le candidat républicain à la Maison Blanche. Le Temps évoque la redoutable influence de ce clan, partisan de l’extrême droite la plus dure et de ses thèses ouvertement suprémacistes.
L’éléphant de forêt d’Afrique centrale gravement menacé. Du fait du braconnage, l’éléphant de forêt d’Afrique centrale a perdu en dix ans 80 % de sa population dans un vaste parc pourtant sanctuarisé, au Gabon, principal pays d’accueil de cette espèce, souligne une étude parue lundi dans Current Biology. Il équivaut à la perte de 25 000 individus durant la période 2004-2014 dans ce seul parc, où leur nombre est passé de 32 851 à seulement 7 370 éléphants.
Maltraitance infantile en Egypte. Blessures, brûlures, fractures, harcèlement, humiliations… En Egypte, les châtiments corporels et les violences psychologiques perpétrés à l’encontre des enfants sont largement répandus. Pour faire face à ce fléau, qui touche toutes les strates de la société, l’Unicef a lancé une vaste campagne de sensibilisation baptisée « Awladna » (« nos enfants »). Objectif : provoquer un sursaut des consciences. Al-Ahram Hebdo
1,4 million .C’est le nombre d’enfants qui risquent de mourir de la famine cette année au Nigeria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen, selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance. Face à cette situation dramatique, le directeur de l’agence onusienne, Anthony Lake, a appelé à agir vite. « Nous pouvons encore sauver de nombreuses vies », a-t-il dit.
A Tunis, le dernier relieur de la médina veut sauver son art… et son quartier. Mohamed Ben Sassi tente de transmettre un art dont il est le dernier représentant dans les venelles du cœur historique de la capitale.Lire la suite
Publié dans En Vrac | Tagué

Rumeur – Non, l’affaire Fillon n’est pas un cadeau de remerciement du « Canard enchaîné » à Macron

Une rumeur affirme que l’hebdomadaire aurait publié des informations sur le candidat de la droite pour remercier l’ex-ministre d’un prétendu rabais fiscal. C’est faux.
LE MONDE Les Décodeurs  | 16.02.2017  | Par Adrien Sénécat
Mais d’où sont parties les révélations du Canard enchaîné sur François Fillon ? Des partisans du candidat de la droite multiplient les théories en tout genre ces derniers jours, sans en apporter les preuves.
Dernière en date : il s’agirait d’un retour d’ascenseur à Emmanuel Macron, après que ce dernier aurait « effacé une dette de 3,5 millions d’euros » de l’hebdomadaire satirique. Une version pour le moins fumeuse. Explications.

CE QUE DIT LA RUMEUR

Un certain « Jeff » (@jfchauffete), soutien de François Fillon, a publié le 13 février ce message sur Twitter, partagé des centaines de fois par la suite :

les-decodeurs_2017-02-16-9ada088-21017-1mcn4d1-rse6axxbt9_05a971602fe2b696d07af5dc6bf6418c

« Macron a effacé une dette de 3,5 millions d’euros du “Canard enchaîné” quand il était à Bercy. Le directeur du “Canard enchaîné” lui a renvoyé la balle en attaquant Fillon quand Macron a été accusé de détournement de fonds de Bercy pour financer son parti. »
Le même texte a également circulé sur Facebook. Il a ainsi été partagé plus de 2 000 fois en une dizaine de jours depuis le profil de l’ex-militaire et chef d’entreprise Jean-Bernard Pinatel :les-decodeurs_2017-02-16-be79ade-24404-fc4nij-k4c5zh0k9_3729b8a78aaaba0fe6a7f9fe8f98e6a8

POURQUOI C’EST FAUX

Malgré nos sollicitations (et celles d’autres internautes), ceux qui ont partagé cette rumeur n’ont pas été en mesure d’expliquer qu’elle en était l’origine. Tout juste en trouve-t-on la trace sur le site Europe-israel.org, qui relaie régulièrement des rumeurs non vérifiées, là aussi sans mentionner de source. Or les prétendues informations véhiculées par la rumeur se heurtent à des faits, cette fois avérés, pour le moins contradictoires.
Le journal, qui vient de fêter son centenaire, reste en effet bénéficiaire année après année malgré une diffusion en baisse ces dernières années. « Le Canard n’a jamais eu de dette », affirme-t-on à la rédaction de l’hebdomadaire. « Ce message est d’une imbécillité totale », poursuit-on, relevant qu’Emmanuel Macron n’avait pas l’autorité sur l’administration fiscale.
L’hebdomadaire est même, fait rarissime dans le paysage médiatique français, assis sur un trésor de guerre : très exactement « 127 161 490,54 euros au 31 décembre 2016 », révèle, souriante, la direction du journal. On voit donc mal quelle supposée « dette » aurait pu être effacée par Bercy au bénéfice du journal satirique, qui assure avoir par ailleurs payé correctement ses impôts comme ses autres cotisations.
Décodex : nos outils contre les fausses informations
Utilisez les outils développés par Les Décodeurs pour vous aider à éviter les fausses informations :
Fiable ou pas ? Testez les sites que vous consultez sur notre moteur de recherche (cliquez ici pour y accéder) ;
Pour savoir en un coup d’œil si vous êtes sur un site fiable ou pas, installez notre extension pour les navigateurs Chrome (à télécharger ici) et Firefox (à télécharger ici) ;
Vous voulez apprendre à vérifier l’info en ligne ? Lisez nos conseils pour éviter les fausses informations ;
Besoin d’aide pour vérifier une info ? Interrogez notre robot Facebook (cliquez ici pour y accéder).
Adrien Sénécat Journaliste aux Décodeurs
Publié dans Médias | Tagué , , , ,

Dessin – Election présidentielle

Blog Aimer Béthune
Benoît Hamon et Emmanuel Macron visent l’un et l’autre le vote des classes moyennes
bethuneob_6f1e5d_kak-la-guerre-des-gauches
 Jean-Jérôme Bertolus dans l’Opinion
Publié dans Humour, Politique | Tagué ,

Le regard de Plantu – Grippe aviaire

Le Monde 22 février

plantu-canardcid_image002_png01d28c7c

Publié dans animaux, Humour, Politique | Tagué ,

Europe – Emplois fictifs : nouvelle perquisition au FN

Une nouvelle perquisition a eu lieu lundi au siège du Front national à Nanterre (Hauts-de-Seine), dans le cadre de l’enquête sur les assistants parlementaires de Marine Le Pen au Parlement européen, a annoncé la direction du parti.
Le Monde 21/02/2017

le-monde_marine-le-pen-qui-critique-vivement-l-union-euro_05ea29ed81edbbc3307650e01236dbd6

 Marine Le Pen, qui critique vivement l’Union européenne et ses institutions, est paradoxalement soupçonnée d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen. Une curieuse utilisation des fonds européens. FREDERICK FLORIN / AFP
Une nouvelle perquisition a eu lieu lundi au siège du Front national à Nanterre (Hauts-de-Seine), dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen. Lors de cette perquisition, menée pour les besoins de l’enquête conduite par des juges d’instruction du pôle financier de Paris, les policiers ont procédé à « la copie des disques durs des ordinateurs de deux assistantes de Marine Le Pen, dont celui de Catherine Griset », a précisé son avocat, Marcel Ceccaldi. « Il y a l’agenda de Marine Le Pen, ses contacts, ses rendez-vous, son activité politique », a-t-il détaillé, en dénonçant dans cette opération une « instrumentalisation politique de la justice ». Les policiers de l’office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF) avaient déjà mené une perquisition au siège du FN en février 2016, dans le cadre de l’enquête préliminaire du parquet de Paris.
Vendredi, Mme Le Pen a démenti avoir reconnu l’emploi fictif de son garde du corps, Thierry Légier, comme assistant parlementaire d’octobre à décembre 2011, contredisant un rapport de l’organisme antifraude de l’Union européenne (OLAF), dont des extraits ont été publiés jeudi par Mediapart et Marianne.
Le rapport relève un deuxième cas de salaire injustifié, celui de Catherine Griset, collaboratrice parlementaire de Marine Le Pen « accréditée » au Parlement européen de décembre 2010 à février 2016, alors qu’elle est son assistante au siège du FN à Nanterre depuis de nombreuses années.Plus largement, les soupçons portent sur les conditions dans lesquelles étaient employés et payés 20 assistants d’élus frontistes au Parlement européen, car leurs noms apparaissaient aussi sur l’organigramme du parti en France.
Comme Marine Le Pen ne s’est pas acquittée avant le 31 janvier des 339 946 euros réclamés par le Parlement, correspondant aux salaires versés à M. Légier et à Mme Griset, l’assemblée européenne devait commencer à la mi-février à recouvrer effectivement les sommes versées en amputant de moitié l’indemnité de l’eurodéputée frontiste. L’OLAF a transmis cet été son rapport à la justice française, qui enquête en parallèle sur cette affaire d’emplois fictifs présumés. Le FN a déjà été renvoyé en procès, ainsi que deux de ses cadres, dans l’affaire du financement de ses législatives en 2012.

marine-le-pen-emplois

Publié dans Justice, Economie, Europe | Tagué , ,