Taxer l’argent plutôt que de taxer les citoyens

Un doigt dans l’actualité – bimestriel N°1 – octobre/novembre 2016 – Thibault McEvoy –
Campagne électorale, démago oblige, les promesses de baisses d’impôts fusent à droite et à gauche. Quand Hollande annonce, par le biais de son ministre des Finances Michel Sapin, une baisse d’impôts de milliards, le candidat à la candidature de droite,Nicolas Sarkozy balance dans son programme qu’il table sur une baisse massive et rapide des impôts d’au moins… 25 milliards (impôt sur le revenu réduit de 10 %, les revenus financiers qui bénéficieraient à nouveau d’un prélèvement libératoire et l’Impôt sur la fortune qui serait purement et simplement supprimé à jamais). Juppé et Fillon envisagent eux aussi de baisser la fiscalité, surtout celle des entreprises (le fameux débat sur les charges trop élevées), même s’ils sont un peu moins utopistes que l’ex-Président et affirment qu’il faudrait songer à une hausse de TVA de 1 à 3 points histoire de compenser le manque à gagner. 
Une taxe sur les transactions financières européennes rapporterait 20 milliards par an.
la-tourmente-agricole_image_article_largeMais pas un mot sur de vraies mesures révolutionnaires qui videraient à taxer l’argent plutôt que les classes moyennes… D’accord, de telles mesures ne peuvent pas être adoptées unilatéralement par un pays. Il faudrait des accords internationaux pour décider de changer les choses et de « prendre l’argent là où il est ». Ou plutôt où il dort. Mais pas un politique, élu ou non, n’a le courage de s’attaquer à ce sujet. Les 20 personnes les plus riches du monde, dont les fortunes estimées représentent au total au moins 850 milliards de dollars, ont toutes faites leur beurre en nous vendant des choses (que nous avons bien souvent nous-mêmes produites), en exploitant les ressources naturelles et humaines de la planète, et/ou en profitant du système monétaire. Il est temps de songer à exiger une rétribution, au nom d’une solidarité plus nécessaire que jamais dans un monde où l’on considère (estimation basse) que plus de 1,6 milliards d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable  et où, d’après la FAO (Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture) un enfant meurt de faim toutes les 6 secondes.
Pendant ce temps là, perchés en haut de leurs tours d’ivoire, les 25 « meilleurs » dirigeants de hedge funds ont gagné plus de 11,6 milliards de dollars l’an passé, selon une étude de Institutional Investor’s alpha relayée par BFMTV. « Les mieux payés d’entre eux ont gagné 250 000 euros de l’heure » soit 15 ans de Smic en soixante petites minutes. Et puis, récupérons aussi un peu de fic planqué dans les paradis fiscaux – entre 21 000 et 32 000 milliards selon le Réseau pour la justice fiscale.

ob_34e2f7_cfe72749d0a04f7f1797ee1c99b1be

Et pourquoi ne pas taxer les transactions financières et les échanges boursiers ? « Combien pourrait rapporter la taxe sur les transactions financières (TTF), en cours de négociation entre dix pays de l’Union européenne ? », s’interroge 20 minutes. Selon une estimation de la Commission européenne, que l’AFP a pu consulter, cette taxe pourrait rapporter entre 20 et 22 milliards d’euros par an. Cette somme proviendrait de la taxation des actions (4,6 milliards dans un  premier temps puis 5,7 milliards), et surtout des produits dérivés (15 milliards puis 16, 22 milliards), détaille un document daté du 22 juin et signé de Manfred Bergmann, directeur en charge de la fiscalité à la Commission européenne. Une Commission qui s’est récemment dite résolue à faire avancer « d’ici la fin de l’année » les discussions en cours avec dix pays de l’UE favorables à cette taxe. Mouais ! Discuter, c’est bien gentil, mais ce n’est pas non plus l’assurance que tout cela se fasse un jour. Soyons actifs en tant que citoyens. Exigeons de nos politiques qu’ils fassent avancer le Schmilblick…
48th-anniversary-of-first-tv-broadcasting-of-les-shadoks-6231897669632000-5669283816275968-ror
Publié dans Economie | Tagué , ,

Hidalgo-Pécresse : la rupture est consommée

Le Monde | 27.09.2016 à 11h25 • Mis à jour le 27.09.2016 à 12h01 | 
C’est un match qui n’a rien d’amical. Entre Anne Hidalgo et Valérie Pécresse, une guerre de territoire est engagée ; une bataille de leadership a éclaté.  » Je demande solennellement à la région de se concentrer sur ses compétences et de cesser de s’occuper des compétences que la loi ne lui accorde pas « , a tancé la maire (PS) de la capitale, lundi 26  septembre, après le vote de la piétonnisation partielle de la voie Georges-Pompidou, à l’issue d’une séance houleuse du Conseil de Paris.  » Une décision historique « , a indiqué Mme Hidalgo.

5004081_6_a482_valerie-pecresse-et-anne-hidalgo-a-tokyo_34f2df7ce5c5cb1d24e30bac43b18f8c

La maire PS de Paris et la présidente LR d’Ile-de-France se disputent les transports  Photo : à Tokyo
Défiant la maire de Paris, la présidente (LR) de la région déjeunait le même jour avec les élus de la droite parisienne, à deux pas de l’Hôtel de Ville, à l’invitation de Nathalie Kosciusko-Morizet.  » Je suis en plein, mais en plein, dans mes compétences quand j’entends évaluer les conséquences de la décision de Mme  Hidalgo « , se prévalait-elle à l’issue du repas.La loi NOTRe d’août  2015  » rend la région chef de file sur la qualité de l’air et lui donne la compétence exclusive de la conduite des transports en commun en Ile-de-France « ,fait valoir Mme  Pécresse.
La présidente de l’Ile-de-France a confié un comité d’évaluation au professeur Pierre Carli, médecin chef du SAMU de Paris, qui remettra un bilan  » en octobre « , sur les effets de la piétonnisation de la voie Georges-Pompidou sur la pollution et la fréquentation des transports en commun. Déniant toute portée juridique au  » comité Théodule de Mme  Pécresse « , selon le mot de Jean-Louis Missika, adjoint chargé du Grand Paris, la maire de Paris compte s’en remettre au seul comité de suivi technique présidé par le préfet de police de Paris, Michel Cadot, qui rendra ses conclusions dans six mois.
Lire aussi :   Piétonnisation des berges : le Conseil de Paris donne son feu vert
Résistance à la droite
 » Vouloir dégommer la maire de -Paris dans sa légitimité sur son territoire, à l’issue d’un vote démocratique, c’est quoi cette histoire ? « , s’est indignée Mme Hidalgo. Au lieu de  » gesticuler « , Mme  Pécresse ferait mieux de financer les projets de transport que  » nous attendons « , a contre-attaqué la maire de Paris.
Mme  Pécresse invoque  » le passif de la gauche à la tête de la région «  pendant dix-sept ans pour expliquer  » la situation extrêmement dégradée des transports collectifs à Paris « . A l’inverse, elle se prévaut  » d’avoir décuplé l’effort financier de la région en faveur de tous les déplacements  » – RER, bus, métros, ou encore covoiturage et  » plan pour les parkings relais «  à l’entrée de Paris.
Lire aussi :   Anne Hidalgo-Valérie Pécresse : la bataille du trafic parisien
La bataille Hidalgo-Pécresse n’a pas pour seul enjeu les transports :  » Valérie Pécresse profite du débat parisien pour consolider sa stature de patronne de la région et elle a raison « , estime Florence Berthout, maire (LR) du 5e  arrondissement et élue à la région. A l’inverse, Mme  Hidalgo, en donnant de la visibilité à son conflit avec Mme  Pécresse, entend incarner la résistance face aux assauts de la droite, y compris aux yeux de l’opinion nationale.
 » Le drame de l’Ile-de-France, c’est sa petite taille, expliquait lundi Mme  Hidalgo. Il faudrait qu’elle aille jusqu’à la mer. «  Une Ile-de-France élargie  » jusqu’au  Havre «  ? La maire de la capitale défend l’idée, telle une marque de sollicitude envers la présidente de région. Comme pour mieux l’inciter à prendre le large.
Par Béatrice Jérôme
Dérèglement climatique : Anne Hidalgo élue à la tête du réseau de villes mondiales C40

anne-hidalgo_6_bced_anne-hidalgo-a-rio-de-janeiro-le-5-aout_37ea9fd8225137e2040cc65e83f0e688

La maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, a été élue lundi 8 août à Rio présidente du Cities 40 (C40), le plus grand réseau de villes mondiales, dont l’objectif est de lutter contre le dérèglement climatique.
Publié dans Ecologie, Politique, Transport | Tagué

neuf-quinze – Donald Trump

neuf-quinze@arretsurimages.eu 28/09/2016
Trump, les reniflements du troll
09h15A quoi ressemble un troll complotiste projeté en pleine lumière, devant des centaines de millions de télespectateurs ? A Donald Trump pris en flagrant délit de mensonge et de mythomanie, dans son débat avec Clinton (1), par exemple à propos de la nationalité d’Obama, ou du climatoscepticisme. Le déni absolu. Non non, je n’ai jamais mis en cause la nationalité américaine du président. Non non, je n’ai jamais dit que le réchauffement climatique était une fable inventée par les Chinois.
Aussitôt, tous les fact-checkeurs de la presse, d’exhumer ses tweets et ses citations. Sans cependant leur accorder la toute première place. Ainsi, pendant la retransmission en direct du débat, le New York Times, comme nous l’avons souligné (2), avait choisi de privilégier un «tchat» bavard entre ses chroniqueurs politiques, plutôt que la vérification des faits en direct, reléguée sur une autre page du site. Les internautes souhaitant y avoir accès devaient donc se déconnecter du débat. Autrement dit, aux yeux du plus prestigieux quotidien américain, qui venait de s’engager ouvertement pour Hillary Clinton, même ce personnage hors normes devait continuer d’être traité prioritairement comme un candidat «normal», plutôt que comme un troll.
Dénégations, déroute: ce démasquement en direct dégonflera-t-il la bulle? Pas sûr. D’autant qu’il ne faut pas oublier que le succès de Trump, jusqu’ici, ne doit pas seulement à ces outrances, mais aussi à des points sociaux de son programme (3), généralement passés sous silence par des medias hostiles.
Un fact checking plus musclé, plus résolu, plus agressif encore, aurait-il été plus efficace? Le seul fait que Trump ait été investi candidat, montre l’impuissance relative de cette machine médiatique, de la même manière, en France, qu’un Sarkozy peut obstinément travestir en direct la réalité de ses mises en examen pour financement illégal de campagne (4), malgré l’insistance du journaliste qui se trouve en face de lui. Fact-checker Trump, dans toute la dernière ligne droite de la campagne des primaires, ne l’a pas empêché de triompher de tous ses concurrents. Quant au sentiment général, traduit par la plupart des sondages, qu’il a «perdu» le débat, est-il dû à ces efforts de la presse, ou à ses reniflements répétés (5) (qu’il a d’ailleurs niés, eux aussi)? Trolls des prochaines élections, surveillez vos fosses nasales !original_90836_demi
Trump, by Alain Korkos
(1) http://www.arretsurimages.net/articles/2016-09-27/Le-fact-checking-grand-vainqueur-du-debat-Trump-Clinton-id9115
(2) http://www.arretsurimages.net/articles/2016-09-27/Le-fact-checking-grand-vainqueur-du-debat-Trump-Clinton-id9115
(3) http://www.arretsurimages.net/breves/2016-09-23/Les-medias-ne-relayent-que-le-pire-de-Trump-Ramonet-id20166
(4) http://www.arretsurimages.net/breves/2016-09-26/Mise-en-examen-Sotto-epingle-Sarkozy-Europe-1-id20169
(5)http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/video-etats-unis-les-reniflements-de-donald-trump-tournes-en-derision_1844301.html
Daniel Schneidermann
Publié dans chronique, International, Politique | Tagué , ,

Asie Pacifique – Démonstration de force de l’aviation chinoise au large d’Okinawa.

Des dizaines d’avions chinois ont emprunté dimanche un couloir international situé entre deux îles japonaises pour une série d’exercices.

avion-chinois4_sur-cette-photo-diffusee-le-25-septembre-2016_b5857a7cc10d67d44d1602aafd11c8a0

Le Monde | 27.09.2016
Plusieurs dizaines d’avions de combat chinois sont passés dimanche 25 septembre par le détroit de Miyako, un couloir international entre les îles japonaises de Miyako et d’Okinawa, afin de gagner l’ouest du Pacifique pour une série d’exercices.
Ils n’ont pas survolé l’espace aérien nippon, mais c’est la première fois que l’aviation chinoise se livre à une telle démonstration de force. Pour la Chine, le détroit de Miyako est un passage stratégique, qui, une fois la première chaîne d’îles franchie, permet d’accéder à la haute mer. Pékin compte en exploiter les capacités défensives en cas de conflit. Pour Pékin, le détroit de Miyako est un passage stratégique, dont il compte exploiter les possibilités en cas de conflit

avion-japon

La chasse japonaise a décollé et repéré huit appareils, dont des bombardiers Xian H-6K et des avions de combat Soukhoï Su-30. « Le Japon continuera à consacrer tous les efforts nécessaires à la vigilance et à la surveillance, a réagi lundi le porte-parole du gouvernement nippon, Yoshihide Suga. Nous appliquerons avec la plus grande rigueur les mesures prises contre les incursions dans notre espace aérien. »

chinois400x260-ct

« Protéger la souveraineté »
En Chine, les exercices aériens et navals, toujours plus nombreux et spectaculaires, sont rediffusés en boucle sur les chaînes de télévision. Ceux de dimanche ont été décrits comme « de routine » pour « protéger la souveraineté du pays » et assurer des patrouilles dans sa « zone d’identification de la défense aérienne » (ADIZ). Celle-ci avait été unilatéralement instaurée par Pékin fin 2013 en mer de Chine orientale au-dessus des îlots Diaoyu (Senkaku en japonais), contrôlés par Tokyo mais revendiqués par la Chine. L’ADIZ chinoise se situe en deçà du détroit de Miyako et de la première chaîne d’îles.

japon-1470443089018

Cette démonstration de force chinoise suit les récentes prises de position du Japon sur la mer de Chine méridionale, l’autre « point chaud » des mers de Chine. Le 16 septembre, la ministre nippone de la défense, la très conservatrice Tomomi Inada, a annoncé le renforcement de la présence militaire japonaise dans cette zone « en impliquant les Forces d’autodéfense (FAD) maritimes dans les exercices menés par les Etats-Unis ». Elle envisage également des manœuvres conjointes avec des pays d’Asie du Sud-Est confrontés aux revendications maritimes de la Chine.
Lire aussi :   La Chine n’a pas de droits historiques en mer de Chine
« Routine »
« Le timing de ces exercices en fait une réponse certaine à ce que Pékin voit comme une provocation de la part du Japon : sa participation à des exercices avec les Etats-Unis dans les mers de Chine du Sud, malgré les avertissements de Pékin, au motif que le Japon n’est pas partie prenante dans les conflits autour des zones disputées des mers de Chine du Sud », estime la professeure June Teufel Dreyer, politologue à l’université de Miami.
Le Japon s’inquiète toutefois pour son approvisionnement en gaz et en pétrole du Moyen-Orient, qui passe par cette zone. Et Tokyo a clairement pris parti pour les pays confrontés aux revendications chinoises, notamment les Philippines et le Vietnam, auxquels il fournit entre autres des navires de patrouille. Enfin, le Japon a soutenu l’arrêt, rendu en juillet  par la Cour permanente d’arbitrage de La  Haye, jugeant -illégales les prétentions de Pékin en mer de Chine méridionale.
« Le gouvernement chinois est clairement en train d’établir une nouvelle normalité selon laquelle ces exercices, autrefois hautement inhabituels, deviendraient une routine », poursuit Mme Dreyer. « On peut s’attendre à ce qu’ils aient lieu de plus en plus près des eaux territoriales revendiquées par le Japon et inclues dans l’ADIZ. C’est la tactique chinoise du salami : veiller à ce que chaque action ne soit pas trop surprenante pour ne pas causer une réaction majeure et des appels publics à une réaction chez la partie adverse, en l’occurrence le Japon. »
Brice Pedroletti (Pékin, correspondant)  Journaliste au Monde
Philippe Mesmer (Tokyo, correspondance) Journaliste au Monde
Publié dans Défense, International | Tagué , ,

Les Indégivrables – Le Cirque …

Le Monde 28 septembre 2016

369873_6_2265_-les-ind-givrables-par-xavier-gorce_0793643b5d765d367b8f83ffdbaec04c

Publié dans Humour, Politique | Tagué

L’Écologie, n’est elle plus devenue qu’une promesse de campagne ?

Le Canard Enchaîné  – 28/09/2016 – Jean-luc Porquet – 
Rarement on aura reçu autant de signaux contradictoires en si peu de temps : à l’approche de la présidentielle, Hollande tente de rallier à la foi les écolos et les anti-écolos. Un vrai festival. 
Voyez le nucléaire. D’un côté, on nous dit que la fermeture de l’archaïque centrale de Fesseinheim immine comme jamais, reste plus qu’à attendre l’avis du comité d’entreprise, puis le feu vert du conseil d’administration, et Ségolène pourra enfin, tout sourire envers les écolos, signer triomphalement le décret de fermeture juste avant le premier tour, ouf. Et montrer ainsi que la France fait résolument le choix des énergies renouvelables… 
De l’autre côté, Hollande se félicite qu’EDF puisse enfin construire deux réacteurs nucléaires à Hinkley Point (Grande-Bretagne), un engagement à (très) long terme. Un projet pharaonique et tellement risqué (21 milliards d’euros !) qu’il pourrait faire s’effondrer notre champion atomique national, comme l’a prophétisé son directeur financier avant de claquer bruyamment la porte.
cake-01Mais les nucléocrates affirment que c’est la seul façon de relancer la filière, Hollande soutient à grands coups de subventions le sauvetage d’EDF et d’Areva, et la construction à 300 km des côtes françaises de cette énorme chaudière. Heureusement qu’en cas d’accident à Hinkley Point, le nuage radioactif s’arrêtera sagement à nos frontières, par respect pour son pays d’origine !
promesses-electorales-ekMême cacophonie pour le réchauffement climatique. D’un côté, Ségolène presse l’Europe de signer enfin les accords de la COP21 conclus l’an dernier à Paris, à la grande satisfaction de Hollande, qui se présente désormais comme l’ennemi mondial N° 1 du gaz carbonique. De l’autre, le préfet de Loire-Atlantique vient de signer, ce 14 septembre, les arrêtés permettant de lancer le chantier de Notre-Dame-des-Landes – notamment celui qui autorise les bétonneurs à détruire un territoire où vivent des espèces menacées. Aéroport qui, comme émetteur de gaz carbonique, vase poser un peu là. Même embrouillamini pour les boues rouges : Valls pour, Ségolène contre. Pour les néonocotinoïdes : interdits, mais à la saint-glinglin. Pour la protection des océans : d’un côté, la France vote pour l’interdiction de la pêche en eaux profondes, de l’autre, Ségolène prétend défendre l’océan, « patrimoine commun de l’humanité » (« Le Figaro », 16/9).
Mais qu’importe… Barbara Pompili, secrétaire d’État chargée de la biodiversité nous explique dans une belle tribune de « Libération » (16/9), comment il faut analyser ce shmilblick : « Prenez garde à ce que, tout occupés à accabler ceux dont vous jugez qu’ils n’ont pas assez progressé sur la voie de l’écologie, tout occupés à ne décrire que le verre à moitié vide, vous ne facilitiez l’arrivée au pouvoir de ceux [qui sont] décidés à le vider totalement.« 
Et de citer en exemple Sarkozy, désormais aussi climatiosceptique  que Trump, et qui, en prime, veut jeter le principe de précaution aux oubliettes, confier l’environnement aux chasseurs, forer partout pour trouver du gaz de schiste, etc. Certes, l’argument de Pompili a de quoi troubler. Mais encore faudrait-il que le verre soit à moitié plein.

img_0424   img_0429

Publié dans Ecologie | Tagué

Au fil de l’Histoire : Ça s’est passé un … 28 septembre

Plus qu’une révélation, ce fut un séisme dans le monde scientifique.

alberteinstein-626x576

Le 28 septembre 1905, la revue allemande Annalen der Physik publie l’article d’un jeune physicien de 26 ans qui n’a pas encore son doctorat – Albert Einstein – à propos de sa « théorie de la relativité restreinte ».
Aujourd’hui, l’équation qui y est liée est passée à la postérité. Le célèbre « E = mc2 », où E désigne l’énergie, m la masse et c la célérité (la vitesse de la lumière).
Le Monde 28 septembre 2016

albert-ei

Publié dans Culture, Science | Tagué , ,

Métropolisation

Le Monde 27 /09/2016

edito-le-monde_construction-d-immeubles-basse-energie-a_e1f53adae922c9eeec44d6042de103ba

EditorialLa France se  » métropolise « . Les flux de population -convergent vers une dizaine de grandes villes, -poumons économiques où se -concentrent emplois, transports collectifs, centres administratifs, offres éducative, culturelle, médicale, etc. Alors que les paysans représentent à peine 3,6  % de la population active, notre pays est de moins en moins industriel, de plus en plus tertiaire.
Ce nouvel exode rural concerne donc davantage les ouvriers que les agriculteurs. La proportion de jeunes qui font des études supérieures augmente et leur -installation dans une métropole régionale est souvent définitive. Les enquêtes montrent d’ailleurs que c’est dans ces villes XXL que veulent vivre les générations X et Y. Les moteurs de la métro-polisation sont à l’œuvre, ils sont puissants et on ne voit pas ce qui pourrait les arrêter. Pourtant, les effets pervers sont nombreux : stress, pollution, nuisances -sonores, manque d’espaces verts, appartements étriqués, -saturation des transports…
Certes, des progrès ont été faits depuis les années 1960, et les écoquartiers d’aujourd’hui n’ont pas grand-chose à voir avec les grands ensembles d’hier. Mais beaucoup de Français sont allergiques à la densification, ce qui complique les choses, car l’étalement urbain n’est pas une solution.
Déclin des petites villes
L’une des conséquences les plus inquiétantes de la métropolisation est la désertification des campagnes et la décrépitude des centres urbains dans de nombreuses petites villes -de province. Olivier Razemon, journaliste au Monde, en dresse un constat inquiétant dans un -livre intitulé Comment la France a tué ses villes (à paraître le 13  octobre, Rue de l’échiquier, 208 p., 18  €). A l’heure d’Airbnb, le déclin des villes de moins de 20 000 habitants qui ne sont pas des cités balnéaires ou des stations de sports d’hiver semble inexorable, car seuls les retraités sont -susceptibles de faire le chemin en sens inverse.
La France se  » boboïse  » et les bobos n’habitent pas à la campagne, où il n’y a ni magasin bio, ni pistes cyclables, et où tout le monde prend sa voiture pour faire ses courses à l’hyper. Faut-il s’en désoler ? Pas forcément. Mais au moment d’acheter un bien -immobilier, ce qui -correspond pour beaucoup de -ménages au seul placement qu’ils feront, il faut en avoir conscience. Car la santé d’un marché immobilier est en grande partie la conséquence de ces évolutions sociétales au -niveau local. Pour être sûrs de ne pas se tromper, les experts que nous avons -interrogés le disent de façon -unanime, il faut acheter dans une métropole régionale.
Jérôme Porier Journaliste au Monde
Publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, Politique | Tagué ,

Le regard de Plantu – nos ancêtres les gaulois …

Le Monde 27 septembre 2016

cid_image003_png01d218e3

Publié dans Humour, Politique | Tagué

Planète – Les mauvaises nouvelles s’accumulent sur le front climatique

Les seize derniers mois ont vu la température moyenne terrestre accumuler les records. Quant aux dernières études publiées, elles revoient bien souvent à la hausse les perspectives du réchauffement à venir. Lire la suite
Climat : les mauvaises nouvelles s’accumulent
LE MONDE | 27.09.2016 | Par Stéphane Foucart
Que l’on regarde l’élévation du mercure ou les revues scientifiques, les nouvelles du climat ne sont franchement pas bonnes.
Côté thermomètre, la National Oceanic and Atmospheric Administration américaine vient d’annoncer que le mois d’août avait été, en moyenne mondiale, le plus chaud jamais observé depuis le début des relevés en 1880. Pour ne rien arranger, il est aussi le seizième mois consécutif à battre son record de température – une telle séquence n’a jamais été enregistrée en 137 ans de mesures.

5003828_7_6c7b_grace-a-un-nouveau-systeme-gps-la-fonte-des_bfc3a1492fa229342d23a61a8f28fd6a

Grâce à un nouveau système GPS, la fonte des glaces au Groenland a été réévaluée à la hausse (+ 7,6 %). MICHAEL BEVIS / AP
Les derniers travaux de recherche publiés dans les revues savantes – sur l’élévation future des températures, sur la capacité des sols à éponger les émissions humaines de gaz à effet de serre ou sur la stabilité des glaciers polaires – ne sont pas plus réjouissants.
Comme souvent en matière climatique, les mauvaises nouvelles viennent aussi de l’étude des climats du passé. Mardi 27 septembre, la revue Nature Climate Change devait publier la première reconstruction continue des températures terrestres au cours des deux derniers millions d’années, suggérant une sensibilité du climat au dioxyde de carbone (CO2) bien plus forte qu’estimée généralement.
Selon l’auteure de ces travaux, Carolyn Snyder, chercheuse à l’Environmental Protection Agency de Washington, le corollaire de cette reconstruction est que les niveaux atmosphériques actuels de CO2 – environ 400 parties par million (ppm) – pourraient mettre la planète sur la voie d’un réchauffement à long terme de quelque 5 °C par rapport aux niveaux préindustriels.
Très impressionnants, ces…
L’accès à la totalité de l’article est protégé

16092806_6climatx1p1_ori_jpg_567

Publié dans Débats Idées Points de vue, International, Nature | Tagué , ,

Quand Raphaël Glucksmann s’empare du récit national

Le Monde | 26.09.2016 | Par Gaïdz Minassian

5003190_7_1ea9_2016-09-26-0da18ae-3982-apzt5e_4fb83eb40cc78075de8f9faa0961d318

Avec son dernier ouvrage « Notre France. Dire et aimer ce que nous sommes », l’intellectuel signe un essai courageux et encourageant pour la génération de bobos en mal de repères. Lire la suite
raphael-gluksmanandreglucksmann-475x310Raphaël Glucksmann est un trentenaire en colère. Fils du philosophe André Glucksmann, cet essayiste français est l’un des rares issus de sa « génération gueule de bois », comme il l’appelle, à vouloir se battre pour sauver la France des mains des souverainistes, des grincheux et des nostalgiques du passé.
Dans son dernier essai, il accepte non sans originalité d’affronter les tenants d’une identité française figée sur le terrain qu’ils prétendent connaître le mieux : l’idée d’une France puissante mais aujourd’hui perdue dans le labyrinthe de la mondialisation.
Raphaël Glucksmann veut les prendre au sérieux : la France perd aujourd’hui son identité et le contrôle de son destin à cause de 1789 et de Mai-1968 ? Très bien, allons-y, nous propose-t-il comme on relève un défi. Revisitons ce passé si décadent à leurs yeux.
Calculs démagogiques
Sans mépris ni violence, mais avec un réel effort pédagogique, son plongeon est plutôt réussi, tournant en dérision au passage la formule fétiche : « C’était mieux avant. » « Avant qui ? avant quoi ? avant quand ? », se plaît-il à répéter dans son chapitre « Le trouble français » pour mieux démonétiser cette devise réactionnaire.
En pénétrant sur ce terrain glissant de l’histoire identitaire, Raphaël Glucksmann entend démontrer que le récit national n’est pas tel que se l’imaginent les fans de Clovis et de Jeanne d’Arc. D’autres auteurs doivent lui ­emboîter le pas.
Mais l’originalité dont il fait preuve ne s’arrête pas à ce défi. Il refuse toute conviction manichéenne….
L’accès à la totalité de l’article est protégé.
Publié dans Culture, Débats Idées Points de vue | Tagué ,

Accord historique de paix en Colombie

Le Monde 27/09/2016

farc16092804_4farcx1p1_ori_jpg_567

Le président colombien, Juan Manuel Santos (à gauche), et le chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, extrême gauche), Rodrigo Londoño, dit  » Timochenko «  (à droite), ont signé lundi 26  septembre l’accord de paix historique mettant fin à un demi-siècle de guerre civile.
Cette signature s’est déroulée à Carthagène des Indes, en présence d’une quinzaine de chefs d’Etat et de nombreuses personnalités, dont le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Ce texte de près de 300 pages devra être ratifié par les Colombiens lors d’un plébiscite fixé le 2 octobre.
La veille, l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) avait rappelé ses réserves sur le volet de l’accord concernant la justice transitionnelle. La paix en Colombie ne sera pas complète tant que la deuxième guérilla encore active, l’Armée de libération nationale (ELN, castriste), n’aura pas accepté d’abandonner la lutte armée. A défaut d’engager des négociations, l’ELN a annoncé, dimanche, une trêve du 30  septembre au 5  octobre, pour faciliter la tenue du référendum.

le-secretaire-d-etat-john-kerry-d-et-le-president-venezuelien-nicolas-maduro-lors-d-une-rencontre-le-26-septembre-2016-a-carthagene-en-colombie_5707653

Par ailleurs, le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, et le président vénézuélien, Nicolas Maduro, se sont rencontrés en marge de la cérémonie de signature. Washington et Caracas sont à couteaux tirés depuis des années.
Publié dans International, Politique | Tagué , ,

Astronomie – Chine – Le radiotélescope géant chinois FAST mis en service

Le Monde 27/09/2016

telescope20163903_3telescoper1p1_ori_jpg_567

(Photo : LIU XU / XINHUA VIA AP
Le télescope sphérique de 500 mètres d’ouverture (FAST selon son acronyme -anglais) a été mis en service le 25  septembre dans la province de Guizhou, dans le sud-ouest de la Chine.
C’est le plus grand -télescope de ce type au monde, surpassant de 150 mètres le diamètre de celui d’Arecibo, à Porto Rico. FAST, dont la construction a -débuté en  2011, a coûté 180  millions de -dollars (160 millions d’euros).

le-plus-grand-radiotelescope-du-monde-entre-en-service-en-chine

Il a nécessité le déplacement de 8 000 personnes, afin d’éviter toute interférence électromagnétique dans un rayon de 5  km. Il étudiera les pulsars, les molécules interstellaires, captera les -signaux radio extraterrestres et tentera de détecter des ondes gravitationnelles.
Hervé Morin Pôle Science et Médecine
Publié dans International, Science | Tagué ,

Pays de Loire – Nantes : Climate Chance. Le sommet mondial sur le climat s’ouvre à Nantes

Ouest-France – Nantes 26/09/2016
 3000 délégués y sont attendus, pour « faire pression sur les États », avant la COP 22 de Marrakech, en novembre.

une-manif-interdite-contre-climate-chance-ce-lundi-nantes

Le 1er sommet mondial Climate Chance s’ouvre ce lundi 26 septembre à Nantes pour trois jours. A cette occasion, des projections gratuites sont proposées au grand public.
Pendant trois jours, 3 500 personnes de 60 nationalités, toutes issues de la société civile, sont attendues à Nantes pour parler des grands enjeux climatiques. 
Ce sommet rassemble des personnalités comme Hoesung Lee, le président du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), ou encore Jean Jouzel, Prix Nobel de la paix. Y seront abordés les thèmes fondamentaux de l’action climatique, tels que la ville durable, l’accès à l’énergie en Afrique… L’objectif est de définir des feuilles de route précises à horizon 2018.

Nantes - cité des congrès

Derniers préparatifs à la cité des Congrès de Nantes avant l’ouverture.

nantes-climat

Ici le stand de L’Auran et son mur en bouchon de bouteilles.© Marc ROGER
Deux projections gratuites
Dans le cadre du congrès, plusieurs rendez-vous grand public sont programmés :
Au cinéma Katorza (Nantes), à 20 h 30 : projection gratuite du film On the green road d’Alexandre et Siméon de Barral. La trajectoire de deux jeunes cousins qui parcourent 18 000 km à vélo dans vingt-six pays à la rencontre des initiatives écologiques des pays émergents.
À la maison du lac de Grand-Lieu, rue du Lac, à Bouaye, à 20 h 30 : projection gratuite du documentaire Gravité Zéro sur la première mission spatiale de deux jeunes astronautes et Anomalie P une fiction sur le lac de Grand-Lieu. Projection suivie d’un échange avec les producteurs-réalisateurs.
Climate Chance, 26 au 28 septembre, Cité des Congrès à Nantes. En présence du Coréen Hoesung Lee, président du Giec (Groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat), les ministres Emmanuelle Cosse, Ségolène Royal… climatechance2016.com 
Ouest-France

nantesappchangeclimate16734

Publié dans Débats Idées Points de vue, Ecologie, International, Politique | Tagué ,

Le mensonge, meilleur ami du politique

Charlie Hebdo – 21/09/2016 – Guillaume Erner –
Le mensonge en politique, c’est au moins aussi vieux que Machiavel. « Jamais on ne vit homme plus efficace au moment de promettre une chose et de s’engager par des serments solennels – et qui tînt moins sa parole« , écrivait-il dans Le Prince. Quelques siècles après, il y eut « Supermenteur », alias Jacques Chirac. Qu’est-ce qui a changé depuis ? Eh bien, les hommes politiques mentent de plus en plus.
L’illustration parfaite de cette tendance s’appelle Donald Trump. Pas facile de découvrir dans le délire qui lui tient lieu de discours une vérité. Les deux favoris de l’élection présidentielle américaine ont été « fact-checkés » dans le but de savoir qui mentait. Les résultats sont meurtriers pour Trump, ou, hélas, devraient l’être. Ainsi fin juin, le « Thrut-O-Meter » du style Politi-Fact avait découvert dans ses déclarations 35 vérités ou demi-vérités. En outre, on dénombrait chez lui 28 mensonges, 65 supermensonges et 30 délires. Hillary Clinton était beaucoup plus sobre : 88 vérités ou presque, 16 mensonges, 15 supermensonges et un seul délire. Et après cela on s’étonne qu’elle risque de perdre…

verite_mensonge

La vie est injuste : plus vous mentez, plus vous gagnez. Les Anglo-Saxons ont même inventé une expression pour cela : post truth politics, la politique au-delà de la vérité. Pourquoi s’embêter avec le véridique quand le faux rend plus service que le vrai ? Illustration : parmi les divagations du bonhomme, il en est une où il explique posément que les fondateurs de Daech sont Barack Obama et Hillary Clinton. Autre exemple, un chiffre invoqué pour la campagne du Brexit, celui de 350 millions. Inutile à la rigueur de dire 350 millions de quoi, puisque ce qui compte dans les chiffres, c’est leur caractère en apparence indiscutable. En l’occurrence, il s’agissait de 350 millions de livres par semaine, le coût supposé de l’appartenance à l’Union européenne pour la Grande-Bretagne. Un chiffre lancé durant la campagne par le parti Ukip et martelé d’un bout à l’autre. Avec une solution à la clé : quittons l’Europe et ces 350 patates seront réinvesties dans le système de santé britannique, lequel est aux soins intensifs. Oui mais voilà, depuis la victoire du Brexit ces 350 millions se sont évaporés. Personne n’en retrouve la trace, et pire, il en est de même pour les dirigeants du parti Ukip – et en premier lieu son ex-leader, Nigel Farage. D’ailleurs, Farage ne se souvient même plus d’en avoir parlé. Bah ! ce n’est pas grave; ça ne fera qu’un mensonge de plus, et comme les mensonges font gagner les élections…
img_0395La politique « au-delà de la vérité », alias PTP est à l’origine un terme anglais, mais pas d’inquiétude, elle se traduit aisément en français. Notre classe politique sait fort bien manier le bullshit*. Nicolas Sarkozy constate ainsi qu’il n’y a pas eu d’attentat sous sa présidence, de 2007 à 2011, oubliant celui qui s’était déroulé en 2012 avant la fin de son mandat Pourtant, les tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban font un total de 8 morts dont l’agresseur. François Hollande, lui s’est fait élire comme chef de guerre contre la finance, avec Emmanuel Macron, issu de la banque Rothschild, comme lieutenant. Car il y a différents mensonges politiques, de la promesse de campagne qui n’engage que ceux qui y croient à la foutaise destinée à emballer un bilan, type « ça va mieux ». Un processus cumulatif : plus les mensonges de campagne sont gros, plus la déception des électeurs sera grande, et plus les bobards devront être XXL. 
Avec une surprise toutefois : Internet, dont on attendait un vrai contrôle des médias, n’empêche pas nos politiques de mentir. Pourquoi cela ? Parce que, sur le Web, les individus recherchent ce qu’ils veulent trouver. Du coup, les internautes se confortent dans leurs convictions, que celles-ci soient fondées ou délirantes, informées ou complotistes. C’est ce que l’on appelle un bais de confirmation. Et voilà pourquoi les contre-vérités tissent leur toile, tandis que les mensonges endorment la démocratie.
* »bullshit » est une expression d’anglais américain qui signifie littéralement « merde de  taureau» ou «merde de bison », elle est l’équivalent de « foutaise » ou « connerie ». Elle sert à dénoncer un mensonge ou une exagération.
Publié dans Politique | Tagué