# dessin – Diplomatie du virus

Quand les dessins de Kak épousent l’actualité, pour le meilleur et pour le rire
Nouvel ordre mondial: le grand jeu de Pékin

L’Opinion 02 Avril 2020 Claude Leblanc
Face à la crise sanitaire actuelle, les Occidentaux semblent marquer le pas face à une Chine qui profite de leur affaiblissement pour imposer sa vision du monde
Les faits – Illustration de la confiance de Pékin dans sa diplomatie, l’ambassade de Chine en France n’hésite plus à s’exprimer publiquement sur les réseaux sociaux. De l’attitude française à l’égard de Huawei et de la 5G aux réponses cinglantes vis-à-vis des critiques émises contre son pays, elle adopte une attitude offensive aux antipodes de la discrétion dont elle avait fait preuve jusqu’à présent.
La comparaison avec Tchernobyl en 1986, manifestation des prémices de la chute de l’Union soviétique, ou encore la mise en avant de la mort du docteur Li Wenliang, symbole de résistance à la censure opérée par les autorités sur la réalité de la pandémie, ont largement été mis en avant pour estimer que la Chine communiste pouvait sinon vaciller, du moins se montrer moins ambitieuse sur le plan international.
Lire
Publié dans Humour, International | Tagué , ,

Coline Serreau : Le monde qui marchait sur la tête est en train de remettre ses idées à l’endroit

voici un Texte de Coline Serreau qui ne mâche pas ses mots…
Dimanche 22 mars. Coline Serreau, réalisatrice de Trois hommes et un couffin, mais aussi de films visionnaires, écolos, humanistes et généreux comme La belle verte ou La crise.

LE MONDE QUI MARCHAIT SUR LA TÊTE EST EN TRAIN DE REMETTRE SES IDÉES A L’ENDROIT par Coline Serreau
Le gouvernement gère l’épidémie comme il peut… mais les postures guerrières sont souvent inefficaces en face des forces de la nature. Les virus sont des êtres puissants, capables de modifier notre génome, traitons-les sinon avec respect, du moins avec modestie.
Apprenons à survivre parmi eux, à s’en protéger en faisant vivre l’espèce humaine dans des conditions sanitaires optimales qui renforcent son immunité et lui donnent le pouvoir d’affronter sans dommage les microbes et virus dont nous sommes de toute façon entourés massivement, car nous vivons dans la grande soupe cosmique où tout le monde doit avoir sa place. La guerre contre les virus sera toujours perdue, mais l’équilibre entre nos vies et la leur peut être gagné si nous renforçons notre système immunitaire par un mode de vie non mortifère.
Dans cette crise, ce qui est stupéfiant c’est la rapidité avec laquelle l’intelligence collective et populaire se manifeste.
En quelques jours, les français ont établi des rites de remerciement massivement suivis, un des plus beaux gestes politiques que la France ait connus et qui prolonge les grèves contre la réforme des retraites et l’action des gilets jaunes en criant haut et fort qui et quoi sont importants dans nos vies.
Dans notre pays, ceux qui assurent les fonctions essentielles, celles qui font tenir debout une société sont sous-payés, méprisés. Les aides-soignantes, les infirmières et infirmiers, les médecins qui travaillent dans les hôpitaux publics, le personnel des écoles, les instituteurs, les professeurs, les chercheurs, touchent des salaires de misère tandis que des jeunes crétins arrogants sont payés des millions d’euros par mois pour mettre un ballon dans un filet.
Dans notre monde le mot paysan est une insulte, mais des gens qui se nomment « exploitants agricoles » reçoivent des centaines de milliers d’euros pour faire mourir notre terre, nos corps et notre environnement tandis que l’industrie chimique prospère.
Et voilà que le petit virus remet les pendules à l’heure, voilà qu’aux fenêtres, un peuple confiné hurle son respect, son amour, sa reconnaissance pour les vrais soldats de notre époque, ceux qui sont prêts à donner leur vie pour sauver la nôtre alors que depuis des décennies les gouvernements successifs se sont acharnés à démanteler nos systèmes de santé et d’éducation, alors que les lobbies règnent en maîtres et arrosent les politiques avec le fric de la corruption.
Nous manquons d’argent pour équiper nos hôpitaux, mais bon sang, prenons l’argent où il se trouve, que les GAFA payent leurs impôts, qu’ils reversent à la société au minimum la moitié de leurs revenus. Car après tout, comment l’ont-ils gagné cet argent ? Ils l’ont gagné parce qu’il y a des peuples qui forment des nations, équipées de rues, d’autoroutes, de trains, d’égouts, d’électricité, d’eau courante, d’écoles, d’hôpitaux, de stades, et j’en passe, parce que la collectivité a payé tout cela de ses deniers, et c’est grâce à toutes ces infrastructures que ces entreprises peuvent faire des profits. Donc ils doivent payer leurs impôts et rendre aux peuples ce qui leur est dû.
Il faudra probablement aussi revoir la question de la dette qui nous ruine en enrichissant les marchés financiers. Au cours des siècles passés les rois de France ont très régulièrement décidé d’annuler la dette publique, de remettre les compteurs à zéro.
Je ne vois pas comment à la sortie de cette crise, quand les comptes en banque des petites gens seront vides, quand les entreprises ne pourront plus payer leurs employés qui ne pourront plus payer les loyers, l’électricité, le gaz, la nourriture, comment le gouvernement pourra continuer à gaspiller 90% de son budget à rembourser une dette qui ne profite qu’aux banquiers.
J’espère que le peuple se lèvera et réclamera son dû, à savoir exigera que la richesse de la France, produite par le peuple soit redistribuée au peuple et non pas à la finance internationale. Et si les autres pays font aussi défaut de leur dette envers nous, il faudra relocaliser, produire de nouveau chez nous, se contenter de nos ressources, qui sont immenses, et détricoter une partie de la mondialisation qui n’a fait que nous appauvrir.
Et le peuple l’a si bien compris qu’il crie tous les soirs son respect pour ceux qui soignent, pour la fonction soignante, celle des mères, des femmes et des hommes qui font passer l’humain avant le fric.
Ne nous y trompons pas, il n’y aura pas de retour en arrière après cette crise. Parce que malgré cette souffrance, malgré ces deuils terribles qui frappent tant de familles, malgré ce confinement dont les plus pauvres d’entre nous payent le plus lourd tribut, à savoir les jeunes, les personnes âgées isolées ou confinées dans les EHPAD, les familles nombreuses, coincés qu’ils sont en ville, souvent dans de toutes petites surfaces, malgré tout cela, le monde qui marchait sur la tête est en train de remettre ses idées à l’endroit.
Où sont les vraies valeurs ? Qu’est-ce qui est important dans nos vies ?
Vivre virtuellement ? Manger des produits issus d’une terre martyrisée et qui empoisonnent nos corps ? Enrichir par notre travail ceux qui se prennent des bonus faramineux en gérant les licenciements ? Encaisser la violence sociale de ceux qui n’ont eu de cesse d’appauvrir le système de soin et nous donnent maintenant des leçons de solidarité ?
Subir une médecine uniquement occupée à soigner les symptômes sans se soucier de prévention, qui bourre les gens de médicaments qui les tuent autant ou plus qu’ils ne les soignent ? Une médecine aux ordres des laboratoires pharmaceutiques ?
Alors que la seule médicine valable, c’est celle qui s’occupe de l’environnement sain des humains, qui proscrit tous les poisons, même s’ils rapportent gros. Pourquoi croyez-vous que ce virus qui atteint les poumons prospère si bien ? Parce que nos poumons sont malades de la pollution et que leur faiblesse offre un magnifique garde-manger aux virus.
En agriculture, plus on cultive intensivement sur des dizaines d’hectares des plantes transformées génétiquement ou hybrides dans des terres malades, plus les prédateurs, ou pestes, les attaquent et s’en régalent, et plus il faut les arroser de pesticides pour qu’elles survivent, c’est un cercle vicieux qui ne peut mener qu’à des catastrophes.
Mais ne vous faites pas d’illusions, on traite les humains les plus humbles de la même façon que les plantes et les animaux martyrisés.
Dans les grandes métropoles du monde entier, plus les gens sont entassés, mal nourris, respirent un air vicié qui affaiblit leurs poumons, plus les virus et autres « pestes » seront à l’aise et attaqueront leur point faible : leur système respiratoire.
Cette épidémie, si l’on a l’intelligence d’en analyser l’origine et la manière de la contrer par la prévention plutôt que par le seul vaccin, pourrait faire comprendre aux politiques et surtout aux populations que seuls une alimentation et un environnement sains permettront de se défendre efficacement et à long terme contre les virus.
Le confinement a aussi des conséquences mentales et sociétales importantes pour nous tous, soudain un certain nombre de choses que nous pensions vitales se révèlent futiles. Acheter toutes sortes d’objets, de vêtements, est impossible et cette impossibilité devient un bonus : d’abord en achetant moins on devient riches.
Et comme on ne perd plus de temps en transports harassants et polluants, soudain on comprend combien ces transports nous détruisaient, combien l’entassement nous rendait agressifs, combien la haine et la méfiancedont on se blindait pour se préserver un vague espace vital, nous faisait du mal.
On prend le temps de cuisiner au lieu de se gaver de junk-food, on se parle, on s’envoie des messages qui rivalisent de créativité et d’humour.
Le télétravail se développe à toute vitesse, il permettra plus tard à un nombre croissant de gens de vivre et de travailler à la campagne, les mégapoles pourront se désengorger.
Pour ce qui est de la culture, les peuples nous enseignent des leçons magnifiques : la culture n’est ni un vecteur de vente, ni une usine à profits, ni la propriété d’une élite qui affirme sa supériorité, la culture est ce qui nous rassemble, nous console, nous permet de vivre et de partager nos émotions avec les autres humains.
Quoi de pire qu’un confinement pour communiquer ? Et pourtant les italiens chantent aux balcons, on a vu des policiers offrir des sérénades à des villageois pour les réconforter, à Paris des rues entières organisent des concerts du soir, des lectures de poèmes, des manifestations de gratitude, c’est cela la vraie culture, la belle, lagrande culture dont le monde a besoin, juste des voix qui chantent pour juguler la solitude.
C’est le contraire de la culture des officines gouvernementales qui ne se sont jamais préoccupées d’assouvir les besoins des populations, de leur offrir ce dont elles ont réellement besoin pour vivre, mais n’ont eu de cesse de conforter les élites, de mépriser toute manifestation culturelle qui plairait au bas peuple. En ce sens, l’annulation du festival de Cannes est une super bonne nouvelle.
Après l’explosion en plein vol des Césars manipulés depuis des années par une maffia au fonctionnement opaque et antidémocratique, après les scandales des abus sexuels dans le cinéma, dont seulement une infime partie a été dévoilée, le festival de Cannes va lui aussi devoir faire des révisions déchirantes et se réinventer. Ce festival de Cannes qui déconne, ou festival des connes complices d’un système rongé par la phallocratie, par la corruption de l’industrie du luxe, où l’on expose complaisamment de la chair fraîche piquée sur des échasses, pauvres femmes porte-manteaux manipulées par les marques, humiliées, angoissées à l’idée de ne pas assez plaire aux vieillards aux bras desquels elles sont accrochées comme des trophées, ce festival, mais venez-y en jeans troués et en baskets les filles, car c’est votre talent, vos qualités d’artiste qu’il faut y célébrer et non pas faire la course à qui sera la plus à poil, la plus pute !
Si les manifestations si généreuses, si émouvantes des peuples confinés pouvaient avoir une influence sur le futur de la culture ce serait un beau rêve !
Pour terminer, je voudrais adresser une parole de compassion aux nombreux malades et à leurs proches, et leur dire que du fin fond de nos maisons ou appartements, enfermés que nous sommes, nous ne cessons de penser à eux et de leur souhaiter de se rétablir. Je ne suis pas croyante, les prières m’ont toujours fait rire, mais voilà que je me prends à prier pour que tous ces gens guérissent. Cette prière ne remplacera jamais les soins de l’hôpital, le dévouement héroïque des soignants et une politique sanitaire digne de ce nom, mais c’est tout ce que je peux faire, alors je le fais, en espérant que les ondes transporteront mon message, nos messages, d’amour et d’espoir à ceux qui en ont besoin.
Coline Serreau

Publié dans Culture, réflexion, Social | Tagué ,

Encore un report

Attention !

Le 1er avril 2020 est reporté au 1er avril 2021

pour des raisons bien compréhensibles !

Publié dans Humour

Un temps sans retour

Le monde est en train de mourir

Après,

Les aubes seront différentes

Et les crépuscules auront changé

Et tu seras devenu mon frère

Parce que tu auras été enchaîné au même banc de nage de la mort

Parce qu’enfin

Nous verrons que la terre n’est pas un repas 

Et que la musique de nos yeux qui s’entreregardent

Nous dira peut être que l’Armageddon est reporté

© Lécriteur 

2020

Publié dans * Train de vie de l'Etat

Si vous ou vos proches êtes en inquiétude face aux virus…

A LIRE et UTILISER selon votre ressenti, en douceur et avec gratitude, envers les soins guérisseurs offerts par la Nature

Par les temps qui courent et nourris par le harcèlement médiatique, si vous ou vos proches êtes en inquiétude face aux virus et à l’ambiance générale, sachez que l’inquiétude crée un stress , le stress une acidose et l’acidose une dépression immunitaire donc affaiblissement de la défense naturelle du corps donc augmentation du risque de contamination toxique.

Préventivement – Pour apaiser le stress émotionnel : médecine vibratoire

– En Fleurs de Bach: Rescue 4 gouttes diluées dans un verre d’eau à boire en 15 mn dans une ambiance la plus tranquille possible ( pas de tv , radio, tél…) en harmonie avec les plantes : petit moment serein. Rescue est composé de 5 essences de plantes : – l’hélianthème à feuilles rondes (rock rose)- l’impatiente (impatiens) – l’ornithogale en ombelle ou étoile de Bethléem – la clématite des haies (clematis) le prunier myrobolan (cherry plum).

Rescue est un élixir d’urgence donc à utiliser lorsque l’on se sent éprouvé émotionnellement ou physiquement. Rescue existe aussi en pommade (plus facile dans le sac ou la poche) en friction aux poignets ou sur le plexus solaire ( diaphragme)

– en plus des 4 recommandations basiques de bon sens qui tournent en boucle sur les médias, à savoir :  le gel hydro-alcoolique peut être remplacé par le Vinaigre des voleurs sur les mains et le visage.

– le sommeil : notre système immunitaire consomme énormément d’énergie. Pour qu’il réagisse vite contre les attaques virales, il est nécessaire de bien recharger nos batteries pendant la nuit. «  60 minutes de sommeil en plus » peut multiplier jusqu’à trois fois notre résistance immunitaire face à une attaque virale. »

Donc, repas du soir nourrissant mais facile à digérer : notre énergie est dépensée en premier par le travail de la digestion puis le reste de l’énergie pour le système immunitaire et restauration cellulaire. Éloges des soupes de légumes épaisses , fromage type chèvre ou brebis non pasteurisés demi affinés ou frais , pain bio , user et même abuser des légumes de saison.

Évidemment pas d’excitants, éviter se laisser intoxiquer par les journaux et chroniques tv du soir (virus psychique)

abuser de tisanes aux plantes calmantes ( passiflore, mélisse … ) – qqs gouttes d’HE lavande vraie sur l’oreiller ou au creux du coude sur peuvent aider

– si besoin aide avec des comprimés à base de mélatonine ou des aides à l’endormissement de type naturel en magasin bio ou parapharmacie bio (sans oxyde de titane)

en homéopathie: nux vomica 15 ch 5 granules et arsenicum album 15 ch 5 granules au coucher et pour le réendormissement si réveil nocturne

Dopage bienvenu par les vitamines

– la vitamine D très efficace aussi contre les virus, de plus en fin d’hiver notre stock personnel accumulé pendant l’été est au plus bas donc il est bon Optimiser le taux de vitamine D d’origine naturelle. La vitamine D stimule la synthèse de la cathélicidine, notre « antibiotique » naturel. La cathélicidine a pour priorité de défendre les sites d’entrée – dont les voies respiratoires – contre les agents infectieux (bactéries, virus, champignons). Privilégier la vit D3. En pratique, 10 000 UI par jour pendant 10 jours, puis 4000 UI par jour. C’est plus simple si l’on choisit un produit avec goutte dosée à 2000 UI.

– la vitamine C sans modération , on peut pendant cette période à risque dépasser largement les doses conseillées jusqu’à 500mg sauf si la vitamines a un support sucre ce qui est le cas dans les choix bon marché. Il est proposé par le laboratoire Beauchamp un support liposomale de la vit.C bien reconnu par l’organisme et sans sucre (liposol-C). NB pas de prise après 17 h , diminuer si diarrhées.

Un bon microbiote Très important

–  Pour augmenter notre immunité, occupons-nous de nos intestins. Faire une cure de ferments lactiques, « prébiotiques et probiotiques » très efficace pour renforcer rapidement notre microbiote et augmenter notre réponse immunitaire face aux virus.

Nb: les produits que l’on trouve aux rayons des yaourts mêmes bio sont très biens en entretien mais ne sont pas suffisamment efficaces pendant un risque aigu , ils doivent apporter une variété de ferments dont entre autres le lactobacillus rhamnosus. laboratoires COPMED www.copmed.fr 05 49 28 01 36 / laboratoirePHYTO-ACTIF www.laboratoirephytoactif.com qui propose probiotil Ultra par cure de 10 jours ( on le trouve aussi en biocoop)

Bien lire la notice, certains doivent être pris à jeun, 15 à 20 mn avant le petit déj afin qu’ils arrivent dans les intestins, sans être soumis à l’acidité de l’estomac au moment de la digestion et d’autres ceux en capsule ou gélule peuvent être pris au cours des repas.

–  Les huiles essentielles HE (de qualité bio certifiées ou HEBBD – Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie) Si l’épidémie s’amplifie ou se rapproche de vous ou votre entourage : utiliser un diffuseur d’huiles essentielles par séquences courtes 10-15 mns 2 à 3 fois/j ou un spray aux huiles essentielles ( en magasin bio), des complexes d’ HE respiratoires prêts à l’emploi en pharmacies ou magasins bio ( éviter un surdosage qui peut devenir irritant , le trop est l’ennemi du bien ! )

Par ailleurs, matin et soir, mélanger 4 gouttes HE Ravintsara dans une noix de gel d’aloe vera bio ou une noisette de crème grasse, puis appliquer et masser sur le thorax et/ou les voûtes plantaires.

– La propolis vous pouvez booster votre miel en y ajoutant des gouttes de propolis attention le goût de la propolis est fort , tester à votre appréciation personnelle (ex 1 goutte pour 2-3 ou plus c à soupe de miel)

Curativement

En cas d’infection suspectée (toux, fièvre…) ou confirmée (par un test) :

Recours immédiat aux huiles essentielles (HE) : Une publication scientifique de 2008 atteste de l’efficacité in vitro de HE Laurier noble contre le SRAS. En conséquence de quoi elle mérite d’être prioritairement employée contre cet autre coronavirus qu’est le Covid-19.

HE Laurier noble est à utiliser par voie cutanée et de préférence sous forme pure, c’est-à-dire sans avoir été diluée dans une huile végétale ou mélangée à du gel d’aloe vera. En pratique, appliquer HE Laurier noble sur les voûtes plantaires à raison de 5 gouttes par voûte et ce, plusieurs fois par jour. Il est capital de procéder à l’application uniquement sur cette partie du corps car on assure ainsi une diffusion rapide et optimale des molécules aromatiques jusque dans les alvéoles pulmonaires.

HE Laurier noble se caractérise par sa richesse en 1,8 cinéole. C’est aussi le cas de HE Ravintsara, HE Niaouli, HE Saro, HE Romarin à cinéole, HE Eucalyptus radié et HE Eucalyptus globulus, cette dernière étant particulièrement indiquée en cas d’affection bronchopulmonaire (la pneumonie est la complication habituelle du Covid-19).

Attention : Les HE sont très puissantes et s’utilisent à la goutte près , ne jamais surdoser

Prenez bien soin de vous en évitant de tomber dans la psychose du moment, nourriture saine ( non industrielle) bonnes tisanes , vitamines et probiotiques miel à la propolis  et surtout nous vous souhaitons bonne(s) humeur(s) : en naturopathie les humeurs sont les liquides intérieurs de notre organisme. à votre bonne santé !à votre bonne santé…

Sources des infos : – aromathérapie – la revue « Rebelle Santé » – En aucun cas les informations et conseils proposés ici ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.

Lire aussi : Le coronavirus se nourrit de nos désordres – Alternative Santé – 12/03/2020 –
Publié dans Santé | Tagué

# dessin – Les mystères de Paris

Quand les dessins de Kak épousent l’actualité, pour le meilleur et pour le rire
Municipales: Dati-Buzyn, le non-dit des alliances

 L’opinion 04/03/2020 Ludovic Vigogne

Pour battre Anne Hidalgo, la candidate LR et la chef de file macroniste aux élections municipales de Paris devront passer des accords dans certains arrondissements, au second tour. Au profit de laquelle des deux ?
Les faits Anne Hidalgo, Rachida Dati, Agnès Buzyn, David Belliard, Cédric Villani, Danièle Simonnet (LFI) et Serge Federbusch (RN) s’affronteront ce mercredi sur LCI lors d’un débat organisé à la veille des municipales à Paris. A dix jours du premier tour, l’incertitude demeure. La question des fusions de liste entre les deux tours sera clé.
Publié dans Humour, Politique | Tagué ,

Poissons 2020 – Réflexion sur les énergies de cette constellation

Constellation des Poissons 2020

     Comme nous l’avons tous ressenti, les deux premiers mois de 2020 ont été intenses et parfois déroutants. L’humanité se trouve aujourd’hui plongée au cœur d’un puissant mouvement d’ajustements aux énergies de la Nouvelle Terre, celle de l’ère du Verseau.
     Le défi actuel est donc que nous demeurions bien centrés, enracinés, tout en étant suffisamment flexibles afin de s’adapter aux nombreux imprévus qui peuvent survenir. L’énergie de la constellation des Poissons offre cette possibilité de renforcer nos qualités de réceptivité et d’adaptation.
     Alors que la Terre aspire à la pureté, elle est régulièrement et constamment souillée. L’activité illicite et immorale de l’humanité l’a infecté de germes, d’une variété de fièvres toxiques et d’épidémies qui émergent de temps à autre. Aujourd’hui, l’homme a peur de la progression des virus alors qu’il en a été le contributeur inconscient. Et les déserts extérieurs du monde s’étendent parce que les déserts intérieurs sont devenus si vastes !
     Nous voici donc au milieu d’une crise de guérison qui nous exhorte à assumer la responsabilité des insoutenables modes de vie que nous continuons à pratiquer, qui engendrent et font progresser cette même crise. Au moment où les énergies nouvelles dispensées continuent de transformer et d’élargir notre conscience, nous sommes poussés à développer une nouvelle relation avec l’aspect physique de notre existence et nous rapprocher ainsi davantage notre être essentiel.
     Comment s’éveiller à un autre état de conscience sans accepter de muer, de laisser aller toutes les formes désuètes pour renaître à un état plus fluide, vibrant et inclusif où l’intuition du cœur peut avoir désormais une bonne place ? Dans l’ère du Verseau caractérisée par le travail et la conscience de groupe, c’est un salut collectif qui est entrepris afin d’aider à réconcilier l’humain et l’universel. Le maître  Tibétain nous dit : « Le véritable sacrifice s’exprime seulement lorsque la personnalité commence à comprendre que l’amour est relié au bien du groupe plutôt qu’à un accomplissement personnel ».
     Les Poissons, ultime symbole de la roue zodiacale représente le signe des sauveurs du monde. Nous pouvons en ce moment observer le travail d’un nombre croissant d’individus, adoucissant les peines, apportant l’espoir ou la joie, semant les graines de la nouvelle culture, réveillant les consciences endormies, provoquant le sens des responsabilités, ou suscitant concertations et conciliations, depuis le noyau familial jusqu’aux pouvoirs gouvernementaux et internationaux. Si nous avons dans le cœur l’amour et la compassion, chaque pensée, parole ou action peut produire un miracle.
     A partir du point microcosmique que nous sommes, nous pouvons tous permettre à la grande loi universelle d’Unité de fonctionner en nous, d’établir le diapason, le lien, et de dissoudre en même temps ce qui fait obstacle à la libre circulation de la Vie aimante. Une Nouvelle Humanité ne se construira pas en un jour, mais il appartient à toute personne sincère et intelligente d’apporter sa bonne volonté et son courage afin que celle-ci prenne forme plus rapidement.
     Le but essentiel du travail qui relie est d’amener les êtres à découvrir et à faire l’expérience de leurs connexions naturelles avec ceux qui les entourent, ainsi qu’avec la puissance auto génératrice de la grande toile de la Vie. Cela afin qu’ils puissent trouver l’énergie et la motivation de jouer leur rôle dans la création d’une civilisation durable. Si nous comptons sur nous-mêmes, nous nous sentons faibles, alors avançons avec nos compagnons, chacun apportant sa force
     L’Humanité est à un point de changement radical en vue duquel tous les changements antérieurs si nombreux l’ont préparée. Une ère nouvelle arrive, des idéaux nouveaux, de nouveaux modes de vie et d’éducation, et rien ne peut les arrêter. Ils peuvent, néanmoins, être retardés par ceux qui s’accrochent avec une détermination inflexible à leurs théories révolues, à leurs interprétations et à leur compréhension souvent étroite des idéaux proposés.
     Souvenons-nous que la lumière du jour suit toujours l’obscurité. Il est toujours difficile de réaliser quelles beauté et opportunité sont devant nous lorsque nous sommes confrontés à une situation dans laquelle nous ne voyons pas d’issue. Le meilleur doit encore advenir. Tout l’ordre de la Nature témoigne d’une marche progressive vers une vie plus élevée. Si aujourd’hui, ici-bas, une foule d’individus désirait le bonheur plutôt que le malheur des autres, il suffirait de peu de temps pour que la terre soit un éden.
Pleine lune des Poissons – lundi 9 mars 2020 – 18h48 –
Publié dans Culture, réflexion | Tagué

Politiciens, consultez le cardinal Mazarin

Le Vif.be – 26/02/2020 – Pierre Havaux –
La crise politique s’éternise en Belgique : depuis décembre 2018, soit quasiment un an, le payse vit sans gouvernement). L’intermède carnavalesque devrait idéalement porter conseil et inciter les politiques à revoir leurs classiques. L’occasion est belle de potasser le « Bréviaire des politiciens » du cardinal Mazarin, chef d’œuvre de cynisme sur l’art férocement subtil de négocier avec efficacité. A savourer sans modération.
© Getty
Il porta l’art de la simulation et de la dissimulation à un degré proche de la perfection. L’intrigue était devenue chez lui une seconde nature. Jules Mazarin (1602-1661), cardinal de son état, qui guida les premiers pas fort chahutés de Louis XIV à la tête du Royaume de France, tira sa révérence non sans laisser une collection de maximes, trucs et astuces tirés de sa riche expérience du pouvoir, lesquels furent rassemblés dans un opuscule édité en latin à Cologne en 1684, vingt-cinq ans après la mort du prélat.
La saine ( ?) lecture de ce « Breviarium politicorum secundum rubricas Mazarinicas » pourrait inspirer celles et ceux qui peinent à dessiner un futur pour la Belgique. Ou comment repartir de plus belle au charbon en quinze leçons.
Avance toujours masqué
(…) Ne dévoile à personne tes sentiments réels. Farde ton cœur comme on farde un visage. Que les mots que tu prononces, les inflexions mêmes de ta voix participent du même déguisement (…)
Ne donne pas l’impression de dévisager ton interlocuteur, ne te frotte pas le nez, ne le fronce pas non plus, évite d’avoir l’air morose, renfrogné. Sois économe de tes gestes, garde la tête droite et un ton un peu sentencieux. Marche à pas mesurés, et garde en toutes circonstances une posture pleine de dignité.
Ne manifeste que très rarement des sentiments trop vifs, tels l’allégresse ou la stupeur. (…) Même si tu te sens totalement en confiance avec ceux qui t’entourent, prends garde à ne te plaindre de personne, à n’accuser personne (…) Veille à ne pas t’emporter facilement, car, si ta colère s’apaise avec la même facilité, on te fera la réputation d’un homme aux humeurs versatiles.
Dissimule les vices des autres, ou excuse-les. Dissimule aussi tes sentiments, et même n’hésite pas à feindre des sentiments contraires. Dans l’amitié, pense à la haine ; dans la joie, au malheur.
Prévois avant d’agir et mesure tes propos
Garde-toi d’agir ou de décider sous l’effet de l’euphorie ou de l’exaltation, tu commettrais des impairs qui te feraient tomber dans des pièges.
Chaque jour, ou certains jours fixés d’avance, consacre un moment à étudier comment tu réagirais devant tel ou tel événement susceptible de se produire.
Mémorise, de manière à l’avoir toujours à ta disposition, un répertoire de formules pour saluer, répliquer, prendre la parole et, d’une manière générale, faire face à tous les imprévus de la vie sociale.
Si tu dois parler en public, que ton discours soit toujours préparé et écrit à l’avance avec le plus grand soin.
Prends bien soin d’enfumer ton monde
Exerce-toi à être capable en toutes circonstances de défendre un parti aussi bien que le parti contraire et, pour cela, étudie les traités de rhétorique et les grandes plaidoiries des logographes (…) Use habilement de l’optatif (NDLR. mode qui exprime le souhait), de l’amphibologie (NDLR. une proposition à double sens), de l’invocation oratoire, bref, de toutes les figures de rhétorique derrière lesquelles tu peux te cacher.
Si tu es appelé à trancher entre deux partis de manière catégorique, commence par utiliser des formules ambiguës. Par exemple, en faveur du parti que tu veux défendre, parle d’un ton solennel mais en donnant l’impression que tu penches plutôt pour le parti opposé. Ou bien réserve tes conclusions.
Garde toujours des forces en réserve, afin que nul ne puisse connaître les limites de ton pouvoir.
Perce l’intimité de l’autre pour mieux le combattre
Conduis les gens – sans qu’ils s’en aperçoivent – à te raconter leur vie. Le meilleur moyen d’y parvenir est de faire semblant de raconter la tienne. Ils te confieront comment ils ont réussi à abuser les autres, ce qui sera fertile d’enseignement pour interpréter leur comportement actuel. Mais de ta vie à toi, naturellement, prends garde à ne rien dévoiler.
Certaines gens prennent plaisir à raconter leurs rêves. Profite de cette propension et lance-les sur leur sujet favori, en leur demandant toutes sortes de précisions : tu en apprendras beaucoup sur les secrets de leur cœur (…).
Pour juger de la sagesse et de l’intelligence de quelqu’un, fais-mine de le consulter sur une affaire délicate. A ses avis, tu sauras de surcroît s’il a ou non l’esprit de décision.
Pour démasquer un fourbe, consulte-le sur une affaire, puis, après avoir laissé passer quelques jours, retourne lui parler de cette même affaire. Si, la première fois, il a voulu t’induire en erreur, l’avis qu’il te donnera la seconde fois sera différent : la divine Providence a voulu que nous fussions prompts à oublier nos mensonges.
Défie-toi d’un homme à la promesse trop facile : c’est généralement un menteur, et un perfide.
Des gens trop préoccupés de leur apparence, rien à redouter.
Apprends à tirer les vers du nez de tes interlocuteurs
Tout d’abord, écoute attentivement les raisons de celui qui vient défendre une cause devant toi, et demande-toi si elles sont valables. Puis, observe comment cet homme a coutume de se comporter, et déduis-en s’il y a lieu de mettre en doute sa sincérité. Ainsi quelqu’un qui s’exprime avec beaucoup de flamme, alors que d’habitude il ne se passionne jamais pour rien, ne dit certainement pas ce qu’il pense. D’autre part, celui qui change aisément d’opinion et met autant de fougue à défendre aujourd’hui ce qu’il dénonçait hier a de toute évidence été acheté. (…)
Si tu soupçonnes quelqu’un d’avoir une opinion bien arrêtée sur un sujet mais de n’en rien vouloir dire, soutiens le point de vue opposé au cours d’une conversation. Si ton opinion est effectivement contraire à la sienne, il aura beaucoup de mal, malgré toute la méfiance et la circonspection du monde, à ne pas se trahir en soulevant des objections ou en faisant observer que son point de vue à lui est tout aussi défendable, et, partant, à ne pas te dévoiler le fond de sa pensée (..)
Adapte ta façon d’être et tes propos à celui avec qui tu es en affaires. Aux avares, parle de pertes et de profits, aux dévots de Dieu et de Sa plus grande gloire, aux jeunes vaniteux de succès probables, d’humiliations possibles.
Confronté à un homme que l’appartenance à une coterie rend influent, ou qui est particulièrement bien en cour, ne recule devant aucun moyen pour t’en faire un allié.
Prépare-toi à rater avec succès une mission ingrate
Si l’on te pousse dans une entreprise dont tu as peu de chances de sortir indemne, fais montre de la meilleure volonté du monde, prépare-toi avec ostentation, mais, en même temps, débrouille-toi pour mentionner à tous propos les obstacles qui se présentent dans l’immédiat. Cela te donnera le temps d’imaginer les dispositions contraires qu’il convient de prendre.
Si quelqu’un t’engage à le suivre dans une entreprise, fais-en sorte que les risques les plus grands soient pour lui.
Ne cible qu’un seul adversaire
N’oublie jamais que la prudence exige de ne pas s’attaquer à plusieurs ennemis à la fois. Aussi, pendant que tu travailles à la perte de celui-ci, réconcilie-toi avec tous les autres – provisoirement.
Tiens ta langue en toutes circonstances
Ne fréquente pas les bavards, ces calamités qui sans cesse répètent à qui veut les entendre tout ce qu’on dit.
En toute circonstance où tu peux être surveillé, parle le moins possible. Tu risqueras moins d’être pris en défaut que si tu parles à tort et à travers.
Si néanmoins tu gaffes ou tu dérapes, dis-bien que c’était de l’humour
Si une phrase malencontreuse t’échappe, si tu commets une bévue, prétends immédiatement que tu l’as fait exprès pour mettre l’assistance à l’épreuve ou pour singer quelqu’un. Mets-toi à rire comme si tu étais ravi de l’effet produit, ou au contraire montre-toi fâché qu’on ne t’ait pas compris.
Dans une discussion périlleuse où chaque phrase peut se retourner contre toi, commence par prévenir qu’il n’y a rien de sérieux dans ce que tu dis. A l’occasion, contredis tes interlocuteurs pour voir comment ils réagissent, et fais mine d’être complètement de leur avis le reste du temps. De la sorte, si tu commets un impair, tu pourras toujours te rattraper en rappelant que tu les avais avertis : tu ne faisais que plaisanter.
Si on te cherche et te provoque, réplique toujours sans méchanceté
Si tu es offensé personnellement, le mieux est de faire comme si de rien n’était, car une querelle en amène une autre, et l’offenseur et toi seriez ensuite en guerre perpétuelle. Peut-être finirais-tu par en sortir vainqueur, mais cette victoire serait pire qu’une défaite car entre-temps tu te serais attiré bien des rancunes.
Si l’on te cherche ouvertement querelle et qu’il ne t’est pas possible de l’ignorer, aie toujours en mémoire un choix de répliques spirituelles ou d’anecdotes charmantes et choisis-en une en rapport avec la situation, mais qui te permette de détourner la conversation vers d’autres sujets (…)
Si tu ne peux éviter de critiquer certaines personnes, ne t’en prends jamais à leur manque de jugement ou de compétence. Dis, par exemple, que leurs projets, leurs initiatives, sont en tous points dignes d’éloge. Fais-leur cependant remarquer les graves ennuis auxquels ils s’exposent, ou le coût élevé de leur entreprise.
Garde toujours le triomphe modeste
Ne te vante pas d’avoir influé, par tes conseils, sur les décisions de quelqu’un. Une autre fois, il refuserait de t’écouter. En revanche, si, pour n’avoir pas suivi tes conseils, quelqu’un a subi un échec, retiens-toi d’ironiser sur son compte et laisse les événements se charger de te venger.
Ne fais jamais perdre la face
Quand tu auras triomphé d’un adversaire, ne cède pas à la tentation de l’insulter par-dessus le marché. Ne te gausse pas de tes rivaux, retiens-toi de les provoquer et, chaque fois que tu seras vainqueur, contente-toi du plaisir de la victoire sans t’en glorifier en paroles ou en actes.
Prends garde à ce que rien dans ta conduite, tes gestes, ta démarche, tes bons mots, tes commentaires et le ton sur lequel tu les fais, tes rires, tes engouements, ne puisse jamais être tenu pour blessant (…) Si ton visiteur vient de subir un échec, surtout ne te moque pas de lui : au contraire, trouve-lui des excuses, laisse-lui soulager son coeur et, le cas échéant, efforce-toi de l’aider.
Veille à bien te couvrir avant de virer de bord
Si tu médites une volte-face politique, rencontre au préalable – et secrètement- un théologien ou un quelconque expert, et obtiens son approbation pleine et entière. Puis arrange-toi de manière que ce soit lui qui t’en fasse la suggestion devant témoins, lui qui t’y incite et – mieux encore – lui qui ait l’air de faire ouvertement pression sur toi.
Ne t’engage jamais par écrit sans te ménager une issue
Si, dans un engagement par écrit, tu décèles un risque d’être lésé, rajoute quelques clauses vagues pour pouvoir l’interpréter différemment. (…) Quelque promesse que tu fasses, agis toujours comme je viens de l’indiquer : il te sera aisé ensuite de trouver des raisons d’y manquer.
Si tu aspires à devenir ministre, prétends ne pas en être digne
Comme il est toujours désagréable d’essuyer un refus, ne demande rien que tu ne sois certain d’obtenir.
Ne va pas t’imaginer que ce sont tes qualités personnelles et ton talent qui te feront octroyer une charge. Si tu penses qu’elle te reviendra pour la seule raison que tu es le plus compétent, tu n’es qu’un benêt. Dis-toi qu’on préfère toujours confier une fonction importante à un incapable plutôt qu’à un homme qui la mérite. Agis donc comme si ton seul désir était de ne devoir tes charges et tes prérogatives qu’à la bienveillance de ton maître.
Pour obtenir une fonction, il faut prendre les devants, promettre des passe-droits à des gens influents, utiliser au mieux les services d’intermédiaires discrets et, par la suite, se faire une règle d’honorer ses engagements. Dans le même temps, il faut se déprécier ouvertement, et même avec outrance. Prétendre, par exemple, qu’on se sent indigne de cette charge et que, pour cette raison, on n’en éprouverait que plus de gratitude si on l’obtenait.
Laisse aux autres la gloire et la renommée. Ne t’intéresse qu’à la réalité du pouvoir.
Cardinal Mazarin, « Bréviaire des politiciens », présenté par Umberto Eco, arléa, 1996.
Les intertitres ne sont pas tirés de l’ouvrage.
Publié dans Développement personnel

Fessenheim : l’ogre nucléaire en veux toujours plus

Charlie Hebdo – 26/02/2020 – Natacha Devanda –
C’était le suspense du dernier Week-end. Alors que l’arrêt du premier réacteur de la centrale de Fessenheim était prévu pour le samedi 22 février à 2h30 du matin, les salariés d’EDF menaçaient de désobéir et de pas appliquer les procédures d’arrêt. Un coup de gueule qui a immédiatement fait pschitt ! Et, malgré les pleurs du maire, des habitants et des salariés d’EDF, le débranchement du réacteur a bien eu lieu.
Pour autant, on n’en a pas fini avec le nucléaire. Non seulement, il fait courir des risques majeurs, mais on y met aussi « un pognon de dingue ». Et ça n’est qu’un début. 
Mise en service en 1977, la centrale alsacienne aura survécu à six présidents de la république et, rien qu’entre 2013 et 2018, connu 1 044 jours d' »indisponibilités fortuites ou planifiées », selon la terminologie d’EDF. Soit près de trois ans sur cinq. Un arrêt de maladie qu’on pourrait presque appeler de complaisance, tant cette industrie est la chouchoute de l’État français.
Cette vieille bouilloire multipliait les accidents et les pannes. En 2015, par exemple, une fuite officiellement considérée comme un simple « défaut d’étanchéité » avait suscité la panique dans la centrale. « Une rupture de tuyauterie avait décleché une fuite de 100 m3 d’eau, provoquant des courts-circuits sur les équipements électriques et fait dangereusement baisser le niveau du réservoir destiné au refroidissement du réacteur, imposant son arrêt en urgence« , explique le Réseau Sortir du nucléaire. Il avait alors saisi la justice, et gagné en cassation. 
On n’ donc pas fini de parler de Fessenheim. D’abord parce qu’il faudra sans doute attendre entre dix et quinze ans pour parvenir au démantèlement total de la centrale. Ensuite parce que la note risque d’être très salée. EDF réclame quelque 400 millions d’euros d’indemnités pour faire face à ce démantèlement. Un comble. « Depuis 2012, sous la présidence Hollande, on savait que la centrale allait fermer. EDF aurait dû provisionner ces dépenses. Ce n’est pas aux contribuables de payer le démantèlement des réacteurs« , explique Charlotte Mijeon, du Réseau Sortir du nucléaire. Ce dernier, associé à de nombreuses autres associations, porte d’ailleurs l’affaire devant la Commission européenne.
Finalement, pour EDF, même à l’arrêt, une centrale est une manne. Mais pour les contribuables, c’est une plaie.
Publié dans Non classé

# dessin – Tête de Turc

Quand les dessins de Kak épousent l’actualité, pour le meilleur et pour le rire
Islamisme: pourquoi Macron vise Erdogan

L’opinion 20/02/2020 Pascal Airault Ivanne Trippenbach
Dans sa lutte contre le « séparatisme islamiste », le Président français désigne la Turquie comme un pays entriste, qui ne se soumet pas aux lois de la République lorsqu’il refuse de coopérer sur l’enseignement du turc et l’envoi d’imams
Publié dans Europe, Humour | Tagué ,

 Koan :  René Char / Lotus  ( 190 )

Les yeux seuls

sont encore capables

de pousser un cri.

René Char, poète / 1907-1988
naissance à L’Isle sur la Sorgue
Composition :

Publié dans Culture, poésie | Tagué , ,

# dessin – Premier de la classe

Quand les dessins de Kak épousent l’actualité, pour le meilleur et pour le rire
Réforme des retraites : pourquoi la CFDT agace

L’Opinion 18/02/2020 Corinne Lhaïk
La centrale de Laurent Berger impressionne par ses prises de position déterminées et sa constance. Mais le premier syndicat de France irrite… pour les mêmes raisons. La réforme des retraites en est un nouvel exemple
Publié dans Humour, Politique | Tagué ,

Frank Herbert – Lotus : Le labyrinthe  ( 204 )

Le labyrinthe

             Les humains passent leur vie
                              dans un labyrinthe.
           S’ils s’en échappent
          et ne peuvent en trouver un autre,
                    ils en créent un nouveau.
         Quelle est cette passion pour l’épreuve ?
Frank Herbert : écrivain américain, 1920-1986
Composition :
                               Fond toile d’Alechinsky : Le labyrinthe
Publié dans Culture, réflexion | Tagué ,

5G et santé : que reste-t-il du principe de précaution ?

Alternative Santé – 11/02/2020 – Pierre Ferdin –
5G et santé : que reste-t-il du principe de précaution ?
Le danger sanitaire que représentent les champs électromagnétiques artificiels augmente encore avec l’arrivée de la 5G et de ses multiples applications : développement des objets connectés, des véhicules autonomes, de la domotique, du puçage, de la gestion en flux tendu des mouvements humains et marchands, de l’usage en temps réel des données privées par les compagnies internationales… Et le principe de précaution, dans tout ça ?
En France, c’est une des missions de l’État que d’intervenir dans les affaires sanitaires, par des enquêtes de santé publique puis par les politiques de santé. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) est un des bras armés de cette mission. Dans un rapport qu’elle a diffusé en janvier (mais daté d’octobre 2019), l’Anses écrit avoir « mis en évidence un manque important, voire une absence de données, relatives aux effets biologiques et sanitaires potentiels » de la 5G. En conséquence, elle insiste sur la nécessité de mener des études scientifiques et « d’obtenir le maximum d’informations de la part des industriels impliqués ». Cet appel tardif à la recherche et à la transparence est très louable, mais sert-il vraiment le principe de précaution ?
La loi Barnier de 1995 sur la protection de l’environnement établit que « l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées, visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement, à un coût économiquement acceptable ».
Ce principe de précaution est encore renforcé par la Charte de l’Environnement de 2004 qui a valeur constitutionnelle. En toute logique, il faudrait donc imposer un moratoire sur la 5G tant que les dangers sanitaires ne sont pas écartés. Pourtant, l’État promeut la 5G au nom d’enjeux industriels et financiers. C’est que, selon la loi Barnier, le principe de précaution doit avoir « un coût économiquement acceptable », le coût sanitaire y étant subordonné. C’est pourquoi les autorités sanitaires appellent à la vigilance, mais cette vigilance ne s’exercera qu’après l’exposition des populations au risque annoncé…La société civile, dernier rempart ?
Vent debout contre cette subordination du principe de précaution, les associations Priartem et Agir pour l’environnement ont annoncé qu’elles déposeraient ce lundi 17 février un recours devant le Conseil d’État, une procédure d’urgence pour suspendre l’arrêté de mise aux enchères publiques des fréquences de la 5G. Arrêté passé le 30 décembre 2019, en toute discrétion (et sans débat), pour accélérer le déploiement et les négociations financières juteuses qui y sont liées.
Pour accompagner cette démarche juridique, les deux associations ont également initié une pétition en ligne « Stop à la 5G » rassemblant d’ores et déjà 63000 signatures.
Par ailleurs, le cabinet d’avocats MySmartCab – spécialisé dans les actions collectives en justice – propose une Pétition action collective (PAC) contre la 5G. Le principe de la PAC est de mutualiser les plaintes et revendications en même temps que les moyens financiers et légaux. Il s’agit d’abord de lancer une pétition de 10 000 signataires. Une fois les signatures recueillies, si dans un délai de 30 jours l’administration ou l’entreprise incriminée n’a pas répondu à la demande des pétitionnaires, ceux-ci sont en droit d’intenter une action judiciaire collective. Le coût de cette démarche pour chaque pétitionnaire varie selon son implication dans les poursuites ultérieures, et relève donc de l’engagement personnel. Rappelons que MySmartCab s’était distingué en 2019 par une PAC contre Enedis et l’installation des compteurs Linky.
Une mobilisation politique timide dans l’Hexagone
Si ces deux exemples de mobilisations de la société civile se font en dehors du monde politique, d’autres y trouvent leur source.
En Suisse, des élus cantonaux ont imposé un moratoire sur le déploiement de la 5G tant que des études concluantes ne seraient pas effectuées. Le canton de Vaud a lancé le mouvement en avril 2019, puis a été suivi par d’autres cantons, dont Genève. Les autorités nationales sont obligées d’apporter une réponse scientifique à ces décisions locales. Et la société civile peut soutenir ces moratoires à travers la pétition nationale « Stop 5G ».
De son côté, l’eurodéputée Europe écologie les verts, Michèle Rivasi, connue pour ses prises de position sur les champs électromagnétiques artificiels, appelle à une évaluation par le Parlement européen des risques sanitaires et environnementaux de la 5G. Une première séance de débat se tiendra le 28 avril 2020. Débats dont les conclusions seront à suivre de près.
En réalité, bien qu’il soit inscrit dans la loi, le principe de précaution est souvent défendu au premier chef par la société civile. C’est particulièrement clair ici : les mobilisations citoyennes autour de la 5G ont un écho dans l’opinion publique, et dans certains cercles scientifiques, mais bien peu chez les politiques.
Pour exiger justement que certains représentants du monde politique se positionne plus clairement sur ce sujet de santé publique, Priartem et Agir pour l’environnement ont initié le 11 février 2020, avec le soutien de dix associations, un appel (« 5G, non merci ! ») en direction des candidats aux élections municipales.
Publié dans réchauffement climatique, Santé | Tagué

# dessin – Affects

Quand les dessins de Kak épousent l’actualité, pour le meilleur et pour le rire
Politique: la compassion impose sa loi

L’Opinion 13/02/2020 Matthieu Deprieck
Comme les majorités précédentes, les députés LREM auraient pu s’opposer à l’interdiction totale d’organiser des matches de foot le 5 mai. Ils soutiendront au contraire cette démarche d’hommage aux victimes du drame de Furiani
Publié dans Humour, Politique | Tagué