L’Increvable, un lave-linge pour la vie !

Univers Nature – 21 avril 2015 – Pascal
Le lave-linge l'Increvable
Malgré la reconnaissance par tous, y compris au niveau gouvernemental, de la baisse de la durée de vie des objets de notre quotidien (voiture, électroménager, téléphonie, etc.), les industriels ne semblent pas décidés à revenir vers des produits plus durables. Mais à voir le concept de lave-linge développé par Julien Phedyaeff, sous la marque « L’Increvable« , l’espoir d’une offre de produits réellement durables et aisés à réparer prend forme.
Les industriels ont fait du lave-linge un des chefs-d’œuvre de l’obsolescence programmée. Autrefois simple et robuste, cet incontournable de l’équipement de nos foyers est devenu un produit complexe, fragile, peu durable (une dizaine d’années) et coûteux à réparer.
Face à ce produit, Julien Phedyaeff propose un appareil doté d’une durée de vie d’une cinquantaine d’années, tout en estimant son tarif potentiel équivalent à celui d’une machine à laver classique. Toutefois, une telle longévité ne peut être envisagée sans panne. Mais ici, à l’inverse des machines actuelles pour lesquelles une panne est souvent diagnostiquée irréparable, ou plus précisément à un coût de réparation proche, voire supérieur au prix d’une machine neuve, l’Increvable est pensé pour être aisément réparable par son propriétaire. Bref, l’obsolescence programmée il ne connaît pas !
En effet, dès sa conception, ce lave-linge a été pensé pour faciliter ses entretiens et éventuelles réparations. Comme pour une voiture, des opérations de maintenance préventive sont prévues, le plus souvent sans même avoir à déplacer la machine. La simplicité est telle qu’il est prévu de donner la possibilité aux clients de se procurer la machine en kit, à la manière d’un meuble type IKEA, pour un emballage et un coût réduits.
Soutenu par l’Ensci (Ecole nationale supérieure de création industrielle), l’Increvable a été présenté au concours Observeur du Design de l’APCI et sera également présent aux James Dyson Award 2015.

lavandiere

Publié dans Consumérisme | Marqué avec

Des « Honoraires de dispensation » discrètement accordés aux pharmacies depuis janvier 2015 et remboursés par la Sécu !

Génération Béthune – 23 avril 2015 – Marie –
À lire car tous concernés … à moins bien sûr que vous soyez au courant de cette nouvelle arnaque sécurité sociale ! Je ne sais pas si vous avez l’habitude de regarder les décomptes de paiement de la Sécurité Sociale, mais moi oui. Et pourtant ces relevés ne sont plus envoyés systématiquement, mais il faut les télécharger depuis votre compte « AMELI »
C’est ainsi que sur mon relevé de février, j’ai remarqué que chaque ligne de paiement d’une boîte de médicament était ob_ae05a3_pharmacien-gifs-animes-8071070doublée d’une ligne « HONOR. DISPENS ». Bien sûr, je me suis tourné vers mon ami GOOGLE pour en savoir un peu plus, et là j’ai appris que cette nouvelle mesure (janvier 2015) était destinée à payer aux pharmaciens des « honoraires de dispensation » pour les rétribuer du lourd travail que représente la fourniture d’une boîte de médicaments au client !
Ces honoraires de 0,82 € TTC PAR BOITE sont bien sûr remboursés à 65% par la sécurité sociale, soit 0,53€, le reste étant à la charge de votre mutuelle ou à votre charge selon votre couverture mutuelle.
Et cerise sur le gâteau, si l’ordonnance comporte 5 (ou plus) médicaments différents, il s’ajoute des ‘honoraires pour ordonnance complexe’ de 0,51 € TTC.
Quel travail complexe que de préparer une ordonnance de 5 lignes !
Ce qui est curieux, c’est que les pharmaciens, toujours prompts à réclamer dès lors qu’il est envisagé d’ouvrir la vente de médicaments ne nous aient pas parlé de cette ressource nouvelle pour eux !
blog -pharmaciens-inquiets_Tastet1321_a_votre_santeCe qui est curieux, c’est que Madame Marisol TOURAINE, qui nous fustige régulièrement car notre abus de médicaments creuse le ‘trou de la sécurité sociale’ n’a jamais communiqué sur cette charge nouvelle ! Ce qui est curieux, c’est que je n’ai rien trouvé sur la prise en charge des ces honoraires pour les bénéficiaires de la CMU et de l’AME. Faut-il supposer que cela sera pris en charge à 100% et comme la CMU est financée par nos cotisations …
Je vous transmets deux liens d’informations sur cette discrète nouveauté.
http://www.sante.gouv.fr/mise-en-place-d-honoraires-de-dispensation-en-officine.html
http://www.sav-mutuelle-sante.fr/questions-reponses/details/que-signifie-le-terme-honoraires-de-dispensation-sur-les-decomptes-cpam
Si vous pensez que cette mesure est surprenante, si vous jugez qu’il serait bon que l’information circule, si vous vous étonnez du silence complet des médias sur cette taxation nouvelle, alors n’hésitez pas a faire circuler largement…
DessinDeligne-Ecrituremedecins_largeNDLR : Puisque cette nouvelle retenue est faite pour rémunérer le travail de conseil du pharmacien lors de la délivrance des médicaments, je lui demanderai désormais de noter sur chaque boîte le nom du générique et la posologie à prendre. Et que se passe-t-il pour sa prime quand il vous délivre des médicaments périmés ?
Publié dans Santé | Marqué avec ,

Ces banques qui fournissent à leurs clients des cartes « sans contact » piratables…

Le Canard Enchaîné – 22/04/2015 – Alicia Bourabaâ –
En se faisant inviter le 10 avril, aux côtés de gros bonnets  de l’industrie numérique, le lobby de la banque a réussi un joli coup : pousser la secrétaire d’État chargée du Numérique, Axelle Lemaire, à faire la promo des Cartes bleues « sans contact ». Un moyen de paiement ultramoderne Et ultrapiratable. 
Comme toutes les technologies sans fil – Bluetooth, WiFi -, le sans contact (NFC), qui permet au chaland de faire des achats de 20 euros sans taper son code, est a la merci des bidouilleurs informatiques. Un détail que les banques se gardent bien de préciser à leurs clients, qu’elles dotent de ce bout de plastique depuis 2012 sans leur demander leur avis.
dessin-banque-copieLe secret commence cependant à s’éventer. Il faut dire qu’en l’absence de cryptage le siphonnage de données personnelles de son prochain est simple comme un jeu d’enfant. En téléchargeant des applications gratuites comme NFC Reader ou Lecteur de carte bancaire NFC, n’importe qui peut transformer son smartphone en aspirateur d’informations disponibles sur la carte bancaire de son voisin. A condition, quand même, de l’approcher à moins de 10 centimètres; Au-delà, le vol est encore possible, mais avec un système amplificateur. Il est ensuite possible de dévaliser sa victime d’un simple geste ou de donner à des complices les éléments nécessaires à quelques emplettes en ligne.
Sans fil et sans contact
Connue depuis 2012, la faille a fait tiquer la Commission nationale de l’informatique et des libertés, qui a rapidement demandé au Groupement des cartes bancaires de retirer des nouvelles cartes NFC le nom du détenteur et l’historique de ses achats. « Sans ces données, les fraudes sont très peu probables. Surtout avec la technologie 3-D Decure, qui envoie aux clients des codes de confirmation par SMS via leur banque », rassure l’entourage d’Axelle Lemaire. 
Faux ! « Amazon et d’autres plateformes américaines de vente en ligne ne vérifient ni le nom ni le cryptogramme. Les  numéros de CB suffisent« , fait remarquer au Canard un expert en sécurité informatique.
Un-engagement-de-gratuite-interdit-toute-facturation_referenceCes broutilles n’arrêtent pas la plupart des banques, qui traînent les pieds pour remplacer les cartes NFC des clients récalcitrants par des CB traditionnelles. Une option impossible, par exemple, chez Axa Banque, dont toutes les cartes sont aujourd’hui sans contact. un responsable du Crédit Mutuel crache le morceau : « A l’heure actuelle, les cartes bleues NFC qu’on offre (sic) à nos clients sont moins sécurisées que leur carte de transport. » Et elles ne ressemblent pas à des cartes de réduction…
Publié dans Economie | Marqué avec ,

Amnesty – A corps perdu

aamnesty angleteresos-steve-blog
Spectaculaire opération d’Amnesty International UK mercredi matin sur la plage réputée tranquille de Brighton en Angleterre : 200 sacs contenant de faux restes humains y ont été exposés afin d’alerter sur le sort tragique des migrants en Méditerranée.
Des membres de l’ONG se sont même zippés dans certains. Une action relayée avec le hashtag #dontletthemdrown (« ne les laissez pas couler »).
Publié dans Europe, Médias, Solidarité | Marqué avec ,

neuf-quinze – Transparence et opacité !

 neuf-quinze@arretsurimages.eu 23/04/2015

Faisons la transparence sur l’opacité !

 09h15 – Il y a des opacités nécessaires, et des opacités stupides, voire néfastes. Prenons la loi Renseignement, et plus particulièrement les fameuses « boîtes noires » (1), qui permettront au Renseignement français de détecter les « comportements suspects ». Jean-Marc Manach, dans notre émission 14h42 (2), cuisine sur ce sujet le député PS Edouardo Rihan-Cypel, l’un des hommes présumés les mieux renseignés de France, puisqu’il est membre de la commission du Renseignement de l’Assemblée. Combien de ces « boîtes noires » seront-elles posées ? En d’autres termes, combien va coûter l’instrument sophistiqué censé scanner toute la botte de foin, pour y trouver l’aiguille ? Il faudrait 50 000 raccordements, nous dit un homme de l’art, Alexandre Archambault, ancien de chez Free, autre invité de Manach. Alors, combien va coûter tout ça, on n’en sait rien ! lance Manach. Et Rihan-Cypel a ce cri du coeur : « Heureusement, qu’on ne le sait pas ! », (à 32’24 »).
Ce qui se comprend. L’exigence de transparence absolue est évidemment antinomique avec l’action des services secrets. Et si l’on souhaite que s’exerce, sur cette action, un contrôle démocratique, il faut bien qu’il y ait quelque part des élus, qui sachent, et ne puissent pas dire. Ce qui n’empêche pas que les journalistes doivent, inlassablement, les questionner, ne serait-ce que pour identifier les détenteurs des informations secrètes à qui il devra être possible, un jour, de demander des comptes, au cas où. Savoir qui sait, c’est déjà savoir quelque chose, même si on ne sait pas ce qu’il sait.
Aussi frustrant soit-il, un dialogue transparent sur l’opacité permettra (peut-être) de dégonfler les fantasmes, comme ce fantasme de Big brother, claironné par la Une du Monde, que s’emploie aussi cette semaine à dégonfler Jean-Marc Manach, encore lui (3). Avec beaucoup moins d’impact, soit dit en passant, que cette Une trompeuse du Monde, dont l’écho s’est porté jusque sur le plateau de l’émission de François Hollande et de Maïtena Biraben, permettant au duo de se livrer à un vertigineux concours d’ignorance du sujet.
Voilà pour les opacités nécessaires. Mais il y a aussi des opacités stupides. Prenons un poste prestigieux : président de la télévision publique. Il intéresse tous les Français, qui paient la redevance. Quels programmes, quelle info, quelle place pour la pub, quelle stratégie numérique ? Cela justifierait amplement que toutes les auditions de tous les candidats soient télévisées, pour que chacun puisse se faire une idée. Mais non. Les petits seigneurs du CSA ont décidé qu’on ne connaitrait ni les candidats, ni leurs programmes. On  annonce ce matin (4)qu’est arrivée en tête des votes une candidate venue d’Orange, qui n’a aucune compétence particulière en matière de télévision. Quelle télé regarde-t-elle, quelle télé souhaite-t-elle ? Nul n’en a aucune idée, les petits seigneurs eux-mêmes ayant réussi le prodige d’être encore plus opaques que la DGSE. A ce tarif-là, autant laisser l’Elysée choisir, ce sera plus clair.

915opacitéoriginal_80440

1)http://www.arretsurimages.net/chroniques/2015-03-23/Pourquoi-le-projet-sur-le-renseignement-peut-creer-une-surveillance-de-masse-id7589
(2) http://www.arretsurimages.net/emissions/2015-04-22/Tout-savoir-ou-presque-sur-Big-brother-id7663
(3)http://www.arretsurimages.net/chroniques/2015-04-20/Une-fois-de-plus-j-ai-cherche-le-Big-Brother-du-Monde-id7656
(4)http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/france-televisions-delphine-ernotte-en-pole-position-880212.html
Daniel Schneidermann
Publié dans chronique, Culture, Défense, Médias, Politique | Marqué avec , ,

Réfugiés – 500 à 700

aréfugiés
C’est le nombre de réfugiés syriens que la France s’est engagée à accueillir, a annoncé jeudi le président François Hollande, à Bruxelles à l’issu d’un sommet européen extraordinaire.

arefugies syriens-21583-hd

Publié dans Europe, International, Politique, Solidarité | Marqué avec

Turquie – Ankara persiste à nier le génocide des Arméniens

Le Monde 24/04/2015
Ankara n’a jamais prononcé le « G-word » de « génocide » et persiste à évoquer la « catastrophe » qui a coûté la vie à 1,5 million d’Arméniens en 1915. Si le terme reste tabou dans les discours officiels, la presse turque exhorte le pays à affronter son passé trouble et à reconnaître son implication.
« La confrontation avec l’histoire ne peut que nous apporter la liberté, argue le Yeni Safak. L’historien Murat Bardakçi partage cet avis dans le quotidien Habertürk : « Les déclarations du pape (…) ont provoqué un branle-bas de combat diplomatique chez nous. Cet affolement qui dure déjà depuis plus de trente ans n’a pas de raison d’être », affirme-t-il. Et de poursuivre : « Savez-vous ce qui se passera si Obama utilise le mot ‘génocide’ ? Rien du tout ! », écrit-il.
Le quotidien Star pense que la Turquie s’enferme dans sa négation du génocide, poussée à « un réflexe de défense » face à l’intransigeance arménienne. Pourtant, si la presse turque invite la société civile à assumer cet épisode sombre pour pouvoir le dépasser, le régime d’Ankara reste hermétique à cette attitude progressiste. Ainsi, le président Erdogan a eu l’ingénieuse idée de choisir la date du centenaire du génocide, le 24 avril 2015, pour célébrer les 100 ans de la bataille des Dardanelles, en conviant gracieusement son homologue arménien. Outré, celui-ci a dénoncé une basse manœuvre pour « détourner l’attention de la communauté internationale », fustigeant avec virulence « la politique traditionnelle de négation de la Turquie », relate Zaman.
Commémoration du centième anniversaire du génocide arménien.

arménie commémoration

Publié dans Culture, Politique | Marqué avec , ,

Les Indégivrables – Dilemme

24/04/2015

h_11_ill_4621807_gorce_150424

Publié dans Humour, réflexion | Marqué avec ,

Arménie – Le président allemand reconnaît le « génocide » et une « coresponsabilité » de l’Allemagne

L’Obs 23/04/2015
Cela survient à la veille des commémorations officielles du centenaire des massacres.

6036671.jpgarménie allemagne

Le président allemand a reconnu le « génocide » arménien et une « coresponsabilité » de l’Allemagne, jeudi 23 avril.
Cela survient à la veille des commémorations officielles du centenaire des massacres, qui ont eu lieu entre 1915 et 1917. 
« Nous devons également, nous Allemands, faire notre travail de mémoire », a déclaré Joachim Gauck lors d’une cérémonie religieuse à Berlin.
 Le mémorial dédié au génocide des Armeniens à Erevan le 16 avril 2015. (Photo Karen Minasyan. AFP)

742467-le-memorial-dedie-au-genocide-des-armeniens-a-erevan-le-16-avril-2015

Publié dans Europe, International, Politique | Marqué avec , , ,

OGM : Bruxelles tranche et sème la confusion

Ouest-France – 23/04/2015 – Antonin Garnier –

Sans titre

111129-ogm

 

 

Publié dans Agroalimentaire | Marqué avec , ,

La politique de recyclage de la France est « désastreuse » selon l’UFC-Que choisir

France Info – 23 avril 2015 – par la rédaction France Info –
L’organisation du recyclage en France est « désastreuse » selon UFC-Que choisir, qui rend une étude très critique ce jeudi. © MaxPPP
Un quart des déchets seulement sont recyclés en France. C’est moitié moins que la moyenne européenne. En cause, une organisation du tri « désastreuse » juge l’association UFC-Que choisir qui a rendu publique jeudi une étude sur le sujet.
La situation du recyclage en France est « désastreuse tant sur le plan économique qu’environnemental », dénonce UFC-Que choisir, dans une étude parue ce jeudi. D’après l’association de consommateurs, la facture des ménages a augmenté de 24 % entre 2008 et 2012, alors que la collecte sélective n’a connu que 7 % de hausse entre 2005 et 2011. Le système français souffrirait de « profondes lacunes« , à en croire l’étude.
La France à la traîne de l’Europe
La France reste loin des objectifs de recyclage fixés par l’Europe : un quart des déchets ménagers sont recyclés (hors compost), selon une étude de l’institut Eurostat de 2012, soit moitié moins que la moyenne européenne. Le pays est encore loin de l’objectif européen de 50 % de recyclage en 2020, et 70 % en 2030. « Cette situation ne peut perdurer, où les déchets continuent d’augmenter, et le coût aussi, s’agace Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir. Il y a une urgence économique et écologique. » Il estime que responsabiliser le consommateur est essentiel, mais insuffisant et qu’« aujourd’hui les outils sont notoirement insuffisants ».
Les éco-organismes visés
UFC-Que choisir cible ainsi les éco-organismes, les sociétés chargées de la fin de vie des produits. Ces entreprises, une vingtaine en France, ne respectent pas leurs objectifs, explique l’association, du fait d’une manque de contrôle de leur activité, et de règles parfois peu contraignantes. Autre problème majeur, pour Gérard Quenot, membre de l’UFC-Que choisir, ces entreprises n’ont aucun intérêt à réduire les déchets, puisqu’elles en tirent leurs revenus. Elles ne participent ainsi que trop rarement aux différentes campagnes de prévention.
Gérard Quenot, membre de l’UFC-Que choisir : « Les éco-organismes ne sont pas motivés à réduire le volume des déchets. Ce serait une baisse de leur chiffre d’affaires.« 
Certains élus locaux partagent le constat fait par UFC-Que choisir. Pour Nicolas Garnier, délégué général de l’Association nationale des collectivités pour la gestion des déchets, l’Amorce, les éco-organismes ne contribuent pas assez au financement du tri des déchets.
« A chaque fois que vous mettez un journal dans une benne, ce sont les impôts qui vont payer. Une grande partie du coût du recyclage est payé par les impôts locaux. »
Il estime que la charge financière revient trop souvent aux collectivités locales, et se répercute sur les impôts locaux.
Nicolas Garnier, délégué général de l’Association nationale des collectivités pour la gestion des déchets, l’Amorce : « Le coût de la gestion des déchets, c’est 120 euros par habitant et par an.« 

dessin_jeanluc

Les Français peu renseignés
UFC-Que choisir identifie aussi dans son étude un manque d’information. 59 % des personnes interrogées pensent par exemple que le point-vert sur un emballage signifie qu’il est recyclable. Ce pictogramme signifie en réalité que « que le producteur adhère au dispositif de valorisation des emballages et respecte donc ses obligations légales« . Toujours selon cette étude, menée auprès de 632 personnes dans 64 départements, peu est fait pour renseigner les ménages : une personne sur trois déclare avoir déjà reçu une information sur le tri.
Dans le contexte du débat parlementaire sur la loi sur la transition énergétique, l’association recommande une signalétique plus simple sur les emballages, en utilisant le « triman », le logo unique de recyclage, entré en vigueur en janvier dernier, mais dont l’usage est encore confidentiel. Parmi ses autres demandes, une communication coordonnée, et surtout, la création d’une autorité administrative indépendante chargée de contrôler les éco-organismes.
Publié dans Ecologie | Marqué avec

Le mal-logement et les exclusions en France, une situation qui empire !

Journal trimestriel de la Fondation Abbé Pierre  » Et les autres ? « – avril 2015 –
mal-loge-dessin-franceChristophe Robert, délégué général de la Fondation rappelle : « Actuellement en France, 3,5 millions de personnes sont ensituation de mal-logement, sachant que le nombre de sans domicile fixe a augmenté de 44% en 10 ans. Ces personnes se heurtent à des barrières infranchissables, se perdent dans des dédales administratifs et se trouvent dans l’incapacité d’accéder à des dispositifs prévus pour elles. Résultat, des familles, souvent avec des enfants, se retrouvent à la rue, dans des squats, des bidonvilles, des hôtels meublés, des caravanes… » 
Accès au logement : trop de verrous
Près de 150 000 personnes sont sans domicile fixe. Dans les centres d’hébergement d’urgence, sur les listes d’attente de logement social, dans les hôtels, combien font l’impossible pour échapper à la rue ? Avec énergie et détermination, elles affrontent cette crise du logement devenue incontrôlable. Nous devons les entendre.
Le logement social en 2014
En France, on comptait   1 800 000 demandeurs de logements sociaux
467 000 logements sociaux ont été attribués de juillet 2013 à juillet 2014
28 449 logements très sociaux ont été financés  
1 demande d’hébergement social d’urgence sur 2 reste aujourd’hui sans réponse, alors qu’il s’agit d’un droit inscrit dans la Loi. 55 000 ménages reconnus prioritaires Dalo ne sont pas encore relogés, 8 ans après le vote de la Loi.
Le nombre d’appels au 115 a progressé de 10% entre l’hiver 2013 et l’hiver 2014 23 000 familles de plus qu’en 2013 ont appelé le 115
Le nombre de personnes sans domicile a augmenté de près de 50% en France depuis 2001. 141 500 adultes et enfants étaient sans domicile fixe en 2012.
1 personne sur 20 s’est retrouvée sans logement personnel au cours de sa vie, soit 2,5 millions de personnes (Insee juillet 2013)
Expulsions : l’épée de Damoclès 
La loi Alur, dite loi Duflot, a été votée en 2014. Elle devait, notamment, prévenir au maximum les expulsions locatives. Mais pur des milliers de familles, la fin de la trêve hivernale signe le retour de l’incertitude, des nuits blanches, de l’angoisse…
Prévenir les expulsions, encore…
Depuis le 1er avril les expulsions locatives ont repris. Des expulsions dues avant tout à la précarité croissante de la population la plus fragilisée : mamans seules, chômeurs en fin de droit, personnes isolées, malades. Les offres d’hébergement insuffisantes, l’augmentation des loyers et des charges aggravent une situation déjà tendue. Chaque année, avant et après la trêve hivernale, des drames se nouent. Ainsi, en octobre dernier, à La Rochelle, une dame de 64 ans s’est suicidée la veille de son expulsion. Pour éviter d’en arriver là, la Fondation Abbé-Pierre ouvrait sa plateforme téléphonique, « Allô Prévention Expulsion ». Depuis, 8600 ménages l’ont contactée. Afin d’être conseillés, épaulés, ils ont été orientés vers l’un des 500 relais, organismes et associations avec laquelle la Fondation est en relation. Non l’expulsion n’est pas une fatalité ! Si quelqu’un de votre entourage risque l’expulsion, communiquez lui le numéro de la Plateforme « Allô Prévention Expulsion » : 0810 001 505 avant qu’il ne soit trop tard. Nous avons tous un devoir de solidarité.

illustration-squat

Publié dans Logement | Marqué avec , , ,

Quels sont les pays champions du monde de l’évasion fiscale?

express.be – par Arnaud Lefebvre · 21 avr. 2015  –
L’évasion fiscale affecte, contrairement à ce que l’on pourrait penser, tant des pays où les impôts sont peu élevés comme les Etats-Unis que des nations où ils sont importants comme c’est le cas de l’Allemagne, écrit Opinza.com qui cite la BBC.
Publié dans Economie | Marqué avec

Le FN remplit-il le vide laissé par le PC ?

« Il me semble que les analyses sur les raisons de l’ascension du FN négligent un aspect important : il est le seul à proposer un dernier recours à ceux qui n’en ont plus.
Nos grands partis se sont montrés incapables d’expliquer aux électeurs l’Europe, la mondialisation et la crise, et de proposer des stratégies claires et crédibles de sortie. Lentement façonnés […].  » Lu sur Le Monde des lecteurs, le blog du médiateur.
21 avril 2015
Le FN remplit le vide laissé par le PC ? Attention aux lendemains qui déchantent…
Il me semble que les analyses sur les raisons de l’ascension du FN négligent un aspect important: il est le seul à proposer un dernier recours à ceux qui n’en ont plus.
Nos grands partis se sont montrés incapables d’expliquer aux électeurs l’Europe, la mondialisation et la crise et de proposer des stratégies claires et crédibles de sortie. Lentement façonnés par la Cinquième République, ils ont muté en appareils à désigner et soutenir un candidat à la présidentielle.  Et cet objectif, les débats entre gens du sérail ont fait oublier ou négliger leur fonction centrale: entendre les électeurs, traduire leurs vœux, expliquer. Il faut se souvenir ici de la condescendance avec laquelle ont été traités les opposants à la constitution européenne, et comment une astuce  institutionnelle « entre soi » a bafoué les votes.
vide-chaise-politique-L-hTtn_m_jpeg_pagespeed_ce_NQbHdu9AnrRAeappXF0GCes partis, donc, ont laissé les électeurs les moins armés désemparés et démunis face à une crise qui les frappe durement, à un monde qu’ils ne comprennent pas et leur laisse le sentiment de n’être plus que des objets aux mains de pouvoirs de plus en plus lointains, indifférents et obscurs. Toute dignité niée et espoirs perdus. Le succès du FN tient à cela. Il désigne des responsables, affirme des « vérités » dont l’évidence saute aux yeux, se réfère à des valeurs républicaines partagées et propose des « solutions » cohérentes et compréhensibles. Il offre au désespéré l’espoir de n’être plus le jouet qui subit, de comprendre et donc de croire enfin être acteur de son destin. Voter redevient un acte positif, une façon de décider de son avenir.
Marine Le PenimagesD’une certaine manière, et toutes proportions gardées, le FN remplit le vide qu’avait laissé le PC: il offre un outil de lecture du monde et l’espoir de lendemains qui chanteront. Illusions, populisme et démagogie ? Qu’importe, face au désarroi de ces électeurs qui ne trouvent qu’à l’extrême droite l’espoir que ni la gauche, ni le centre, ni la droite n’incarnent plus. C’est à cela qu’il faut répondre, vite !  En se souvenant que le PSF (le Parti social français du colonel De La Rocque) et le PPF (le Parti populaire français de Doriot), comptaient à la fin des années 1930 deux fois plus d’adhérents que PS et UMP réunis n’en comptent aujourd’hui.…
Claude Bernard, Uzès
Publié dans Débats Idées Points de vue, Politique | Marqué avec ,

neuf-quinze – Migrants que faire ?

amigrants-sur-le-bateau-de-la-marine_a84eed406a7132cc072b6c90a599a075
neuf-quinze@arretsurimages.eu 22/04/2015

Immigration : et si on déverrouillait les têtes ?

09h15Vous ne connaissez pas Emmanuelle Auriol ? Vous allez la connaître. Cette économiste de l’école de Toulouse (celle du Nobel Tirol) était citée dans un article du Monde d’hier (1). Et sa suggestion fait la Une de Libé de ce matin : « pourquoi il faut légaliser l’immigration » (2).  « La réalité, dit Auriol, c’est que l’Europe et les Etats-Unis manquent de migrants ». Première réaction : ouch ! ça décoiffe. Décoiffé, Libé a choisi d’en faire sa Une, très bien. A la lire de près, l’interview d’Auriol s’accompagne de propositions qui, elles aussi, feront discuter : vendre aux candidats migrants leurs visas d’immigration (partant du principe que l’argent sera mieux dans la poche des Etats que dans celle des passeurs), détruire au port les bateaux de ces derniers, et combattre l’emploi de clandestins dans les pays d’accueil. Discutable ? OK. Certainement. Discutons. Comme disait le regretté Gébé : on arrête tout, et on réfléchit.
Discutons. Débattons. Poussons les hypothèses. Entrons dans les détails. Comme on aimerait que la presse s’y engouffre, plutôt que de se limiter à des trémolos sans lendemain, à chaque naufrage en Méditerrannée. Ouvrir les frontières, très bien, mais à qui ? Avec quelles conditions de langue ? De qualification ? De situation familiale ? Et par exemple, ces nouveaux migrants officiels, comment va-t-on les loger ? Construisons des scénarios. Explorons.  L’Allemagne va manquer de main d’oeuvre : il manquera sept millions de salariés dans quelques années, dit Auriol (chiffre que reprenait par exemple BHL ce matin sur France Inter). Sept millions ? On ne sait pas d’où vient le chiffre, mais il est certain que la démographie allemande décline. François Hollande, chiche, vous invitez Emmanuelle Auriol au sommet extraordinaire de l’UE, demain ? Vous la présentez à Angela ?
Comme en économie, dans la réflexion sur les migrations, la première mission de la presse devrait être de refuser le TINA (There Is No Alternative), preuve étant faite que le système existant ne fonctionne pas. En matière d’immigration, le TINA européen se résume à une question : « comment se barricader le mieux possible ». Et tout le monde, presse comprise, s’est enfermé dans le TINA. Le verrouillage le plus hermétique, ce n’est pas celui des frontières, qui resteront de toutes manières des passoires, c’est celui des têtes. Déverrouillons les têtes, le reste suivra.

915original_80432_demi

(1)http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/04/20/fermer-les-frontieres-n-arrete-pas-un-migrant-pret-a-risquer-sa-vie_4619134_3214.html
(2) http://www.liberation.fr/monde/2015/04/21/vendre-des-visas-aux-travailleurs_1257107
Daniel Schneidermann
Photo diffusée par la marine italienne montrant des migrants secourus alors qu’ils traversaient la Méditerranée. AFP/MARINA MILITARE

amigrants_photo-diffusee-par-la-marine-italienne_2c7500f4eb3ad906cdb7713c4474e944

Publié dans chronique, Débats Idées Points de vue, Droit de l'humain, Economie, Europe, International | Marqué avec , ,