Hôpital public : le dernier qui part éteint la lumière humaniste

Siné Mensuel – janvier 2020 – Patrick Pelloux –
Les mois passent et la crise sociale à l’hôpital public ne faiblit pas. Les internes sont entrés dans le conflit avec les mêmes revendications : les salaires, les conditions de travail et le respect de leurs formations. Ils ont toujours été la variable d’ajustement des centres hospitaliers universitaires. Avec la diminution du nombre d’étudiants en médecine et la spécialisation de toutes les disciplines, les internes sont devenus très rares dans les hôpitaux de proximité et les centres hospitaliers non universitaires. L’argument était la qualité des soins et de l’encadrement qui ne pouvait se faire, soi-disant, qu’au CHU sous la pensée unique des doyens.
Mais rien ne change. Les internes dans les CHU sont donc la main-d’œuvre facile, compétente et soumise faisant tout… ce que les plus anciens ne peuvent plus faire. Et que font les anciens ? Ils gèrent la pénurie et travaillent les plus possible avec des contraintes budgétaires de plus en plus écrasantes, avec comme conséquence des conditions de travail très difficiles. Ainsi, c’est comme un jeu de dominos qui s’écroule, la cascade des chutes : l’effondrement du système public est réalisé.
Mais, attention, rien n’est le fruit du hasard. Tout ce scénario était écrit, et depuis longtemps. Le système de la Sécurité sociale est vraiment l’obsession du capitalisme avec le service public hospitalier. La déliquescence du système public a vraiment commencé en 2007 avec l’hôpital-entreprise de la ministre de l’époque, Bachelot : culture et rentabilité (un malade devenant rentable te un autre non !). La culture du déficit (tous les hôpitaux ont toujours été déficitaires), la fin de la culture publique (le retour sur investissement), etc. Il aura fallu douze années pour que tout s’effondre car le passage de la gauche de 2012 à 2017 n’a pas freiné la casse.
Toujours moins
Lentement mais sûrement, les inégalités se sont creusées. Moins de médecins, moins de prévention, moins d’accès aux soins spécialisés comme le cancer, fermeture de nombreux établissements (cent mille lits en quinze ans…) et des malades qui ne peuvent qu’aller aux urgences !
C’est ainsi que le mouvement fait boule de neige dans un véritable ras-le-bol général.Les personnels de terrain ne croient plus à la parole des directeurs et des politiques. Tous les témoignages sont concordants sur la perte des principes du service public. Sans oublier que la fracture des professions de santé s’opère maintenant entre celles et ceux qui font des gardes de nuit et doivent travailler les week-end et celles et ceux qui n’ont pas ces contraintes. Il n’y a pas les bons d’un côté et les méchants de l’autre, il y a juste un contrat social qui  n’est pas reconnu malgré toutes les études sur la santé au travail.
La perversion de cette politique a été de contraindre les personnels et de creuser l’écart entre public et privé. Du coup, le personnel s’en va : conditions de travail difficiles et salaires au plus bas = départ massif. Ainsi, chaque jour à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP), 900 lits d’hospitalisation conventionnels sont fermés par manque personnel !
Dernier indice de l’écroulement des principes et du système hospitalier public, le principal sujet de conversation est : « Quand pars-tu dans le privé ? »
Publié dans Santé | Tagué

# dessin – Green is the new pink

Quand les dessins de Kak épousent l’actualité, pour le meilleur et pour le rire
Municipales 2020: la gauche sous la coupe des Verts

L’Opinion 20/01/2020 Raphaël Proust
Préoccupations écolos, affaiblissement du PS et des insoumis, vote utile… EELV est en position de force pour constituer les listes. Tout en hésitant, paradoxalement, à revendiquer le leadership à gauche
Publié dans Ecologie, Humour, Politique | Tagué ,

André Gide – citation

 » Le vieux lierre soutient

le mur qui l’avait longtemps soutenu « 

André Gide  (1869-1951 )

Publié dans Culture, réflexion | Tagué ,

D’où viennent les Guanches, cette mystérieuse civilisation des îles Canaries ?

Le Vif.be – 17/01/20 – Muriel Lefevre –
Les Guanches ont longtemps vécu totalement isolés du reste du monde sur les îles Canaries. Cette peuplade a laissé d’étonnants vestiges qui ne cessent d’intriguer anthropologues et archéologues.
Les îles Canaries sont un archipel situé dans l’océan Atlantique, au large du Maroc, composé de sept îles principales (Lanzarote, Fuerteventura, Gran Canaria, Tenerife, La Gomera, La Palma et El Hierro). Ces îles présentent des configurations très différentes et variées. Elles sont aujourd’hui sous souveraineté espagnole et constituent l’une des communautés autonomes de l’Espagne (statut d’autonomie depuis le 16 août 1982). Les îles Canaries sont de grandes structures volcaniques formées il y a 180 millions d’années. Elles ont acquis leur forme actuelle il y a 30 millions d’années.
© Getty
Il existe d’étranges légendes autour de cette civilisation. Notamment qu’il pourrait s’agir d’habitants de l’Atlantide ou qu’ils descendraient des vikings. Comme souvent, la réalité est probablement moins romantique, mais les vestiges que cette civilisation aborigène préhispanique a laissés sur cet archipel de l’atlantique restent imbibés de mystère. On ne sait ainsi toujours pas avec une absolue certitude quelle serait leur origine exacte et comment ils sont arrivés là. Certains parmi les plus éminents anthropologues se sont penchés sur les Guanches et il en ressort que la piste la plus probable est qu’il s’agisse de Berbères venus d’Afrique du Nord comme semble indiqué l’étude de matériel génétique. D’autres éléments, comme des restes d’écriture Guanche identiques à d’autres, trouvés en Libye et en Algérie, ainsi que des similitudes du vocabulaire ou du système numérique font aussi pencher la balance en ce sens.
Ils seraient arrivés sur l’archipel à partir du premier siècle av. J.-C., mais certaines théories parlent d’un millénaire auparavant. On ne sait par contre pas pourquoi ces populations ont migré vers les îles. Par exemple, s’ils ont été poussés à l’exil par la persécution dans leurs terres d’origine, voire tout simplement déportés par les Romains. On ne sait pas non plus comment ils s’y sont pris, puisqu’il a été prouvé qu’ils ne possédaient pas de moyens de navigation et ne se déplaçaient pas entre les îles. Il est possible qu’ils aient été déposés là par bateau, par les Romains par exemple, avant que ceux-ci ne repartent sans eux. Certaines thèses évoquent en effet une déportation par les Romains qui auraient abandonné aux Canaries des éléments berbères rebelles avec leurs familles. Ce qui semble certain, par contre, c’est que, dès le départ, ils sont venus pour rester puisqu’ils ont amené avec eux des moutons, des chèvres, des porcs et des graines. On notera que la facilité qu’ils ont eue à s’adapter à leur nouvel environnement renforce également la piste berbère puisque ce dernier ressemble fort à celui de leurs terres d’origine.
© iStock
Éradiqués par des colons
Les premiers colons à débarquer sur les îles Canaries sont les Français menés par Jean de Bethencourt en 1406. Ils y auraient trouvé des indigènes au teint clair et de taille haute (comme certains Berbères NDLR), qui se désignaient eux-mêmes sous le terme de Guanches, mot qui veut dire  » homme « . La population des îles devait alors compter 70 000 Guanches au total (chiffre estimé, dont près de 30 000 à Tenerife et autant à Gran Canaria). Selon certains témoignages, ils pensaient qu’ils étaient seuls au monde et se voyaient comme les seuls survivants d’une terrible catastrophe survenue plusieurs millénaires auparavant. Quand les Espagnols arrivent à leur tour aux alentours de 1470, 30.000 personnes vivaient encore dans deux royaumes distincts de Galdar et Telde. Ils ont mis 5 ans à conquérir les îles et la plupart des habitants vont être massacrés, vendus comme esclave ou mariés de force. La conquête des dernières îles ne se fit qu’en 1491 pour La Palma et en 1496 pour Tenerife.
Une société complexe
Bien que le processus de colonisation des îles Canaries ait obligé les indigènes à renoncer à tous les aspects visibles de leur histoire en tant que groupe ethnique, à leurs connaissances sur la nature et à leurs dieux, une certaine tradition orale a persisté, tout comme certains vestiges qui révèlent une société étonnamment complexe. Si le peuple Guanche ignorait l’usage des métaux, des tissus et de la navigation, ils connaissaient en revanche l’écriture, et l’astronomie, appréciaient la poésie, disposaient d’une législation très élaborée et pratiquaient une religion aux rites compliqués.
Une des particularités les plus remarquables des Guanches était leur culte aux morts. « Dès le xvIIIème siècle, on découvre un panthéon de choix, un véritable monument qui éclaire d’un jour nouveau l’histoire antique des rites funéraires guanches. Il s’agit d’une grotte, à l’accès difficile, dans le ravin de Herque, d’un grand volume et qui contenait des niches creusées dans la roche, si pleines de momies, nous dit le Professeur José Manuel Reverte Coma du Musée d’anthropologie médico-légale et de paléontologie de Gran Canaria, qu’on n’en compta pas moins de mille » précise Mauricette Mazel dans Les Guanches des Canaries: genèse d’un mythe identitaire.
© Getty
Les Guanches ont également construit une citadelle monumentale de Santa Lucia. Elle montre que cette peuplade avait des connaissances architecturales poussées. Les Guanches étaient capables de creuser de large silo haut dans la montagne pour stocker leurs réserves. Des endroits qui semblaient être surveillés comme les banques aujourd’hui. Certaines des portes du silo étaient recouvertes de symboles dont on ne connait l’existence exacte. On retrouve les mêmes peints sur les murs de caves ou l’on a aussi retrouvé des momies.
Ces pétroglyphes, très souvent en forme de spirales, que les Guanches ont gravés dans les grottes pourraient être des représentations astrales, un rituel sacré, ou une écriture à déchiffrer. Ils pourraient donc avoir une portée symbolique ou tout simplement être une sorte de calendrier. De quoi faire dire à certains archéologues que cette peuplade savait comment compter le temps.
© Getty
Un autre lieu sacré des Guanches semble être Balos. On y a retrouvé les traces d’une ancienne écriture, mais qu’on n’est pas encore parvenu à décoder puisque très ancienne. On a probablement cessé de l’utiliser plusieurs siècles avant Jésus-Christ, dit la BBC. Elle serait même antérieure à la présence des Romains en Afrique du nord. « Des langues guanches, seuls ont été conservés quelques 700 toponymes et quelques 300 expressions, grâce auxquelles les linguistes ont pu établir, aujourd’hui avec certitude, une relation avec la langue Tamazight parlée par les Berbères et plus spécialement par les Senhadja qui habitent le Hoggar » stipule encore Mauricette Mazel dans son livre.
Enfin il y a la cave de Risco Caido qui intrigue particulièrement les spécialistes, car elle semble avoir été construite en fonction de la lumière du soleil. Un rayon de lumière y passe en effet de deux jours avant l’équinoxe d’été jusqu’à celui de l’automne. On estime que cela les aidait à déterminer quand faire les récoltes. Dans la montagne Bentayga, on observe un phénomène similaire, mais pour l’équinoxe d’automne. Soit autour du 21-23 septembre.
Le socle englouti de l’Atlantide ?
Certaines théories avancent qu’il s’agit du socle englouti de l’Atlantide. De nombreux théoriciens se sont, en effet, accordés à affirmer que les archipels des Canaries et des Açores constituent les ultimes vestiges du continent englouti de l’Atlantide. Les terres d’abondances sont effectivement le symbole de la nature finalisée de la mythologie greco-romaine, or « tout au long des siècles, ces terres « bénies des dieux » ont été remises au goût du jour par les nombreux voyageurs et auteurs qui se sont exprimés sur les Canaries. Plus tard, dès le XVIIe siècle, le jésuite allemand Athanase Kircher (1602-1680), qui le premier cartographia l’Atlantide, avait, dans son Monde souterrain émis l’hypothèse que les Guanches pourraient être des survivants de l’épopée atlante. Au XIXe siècle, cette hypothèse a encore un fervent adepte, J.B.M. Bory de Saint Vincent qui à Paris en 1803, rédige son Essai sur les Iles Fortunées et l’antique Atlantide », précise encore Mauricette Mazel dans son article consacré au sujet. Récemment enfin, des anthropologues ont fait observer une prédominance du groupe sanguin O parmi les Canariens de souche. Or, avec eux se signalent les Basques et les Corses. Si il est à peine besoin de souligner combien le  » mystère  » basque n’a toujours pas été élucidé, on se souviendra que les Corses furent entraînés dans l’immense déferlement des envahisseurs venus du Nord. 
Le Teide (en espagnol El Teide) est un stratovolcan situé sur l’île de Tenerife. Il culmine à 3 718 m, ce qui en fait le point culminant d’Espagne, le plus haut sommet dans l’Océan Atalantique, mais aussi la troisième plus haute structure volcanique au monde si on compte depuis le fond océanique.
Publié dans Non classé

Paris-Dakar, le lobby saoudien à fond la caisse

Le Canard enchaîné – 08/01/2020 – Jean-Michel Thénard –
Le royaume wahhabite s’achète une conduite avec le rallye.
Ah, « la nature généreuse aussi variée que délicate » ! Ah, le « condensé de canyons, de rios, de plaines sablonneuses » ! Ah, le bivouac sur les « bords de la mer Rouge, à quelques dizaines de mètres de ses eaux turquoises » ! Ah, surtout les deux pages de « L’Équipe » qui, pendant tout le Paris-Dakar, content les charmes de l’Arabie saoudite ! 
Le groupe Amaury fait bien les choses.  Propriétaire du quotidien sportif, il en use comme d’une carte postale pour vanter les mérites du royaume Wahhabite, écrin touristique d’une plage unique de 1521 km s’étirant entre la mer Rouge et le golfe Persique.
Fromages et désert
Moyennant 15 millions par an (soit quatre fois plus que pour les éditions précédentes), sa filiale ASO, organisatrice, notamment du Tour de France, a vendu aux saoudiens le droit d’accueillir son rallye des sables. Le journal a bien mentionné qu’il demeurait quelques menus problèmes de droit de l’homme derrière les dunes, mais, le 3 janvier, c’était en trois lignes. Mohammed ben Salmane, le prince héritier, ne vient-il pas d’être blanchi par la justice de son pays dans l’affaire Khashoggi – ce journaliste découpé en morceaux à Istambul en septembre 2018 ?
Le groupe Amaury ne va pas se montrer plus royaliste que le prince, et France Télévisions non plus, qui couvre abondamment l’épopée mécanique sur quatre de ses chaînes. De même, le Quai d’Orsay n’a rien trouvé à redire aux méthodes de la justice saoudienne. Seule la Française Agnès Callamard, rapporteure spéciale à l’ONU, a parlé de « parodie de justice ».
Saoudite rien
Isolé aussi, le député socialiste Régis Juanico (le « JDD », 29/12) qui a dénoncé l’indécence du Paris-Dakar en Arabie saoudite, eu égards aux mœurs locales (tortures, disparitions) et à la guerre au Yémen – plus de 12 000 civils tués et 3,3 millions d’habitants déplacés.
Comme le Qatar, l’Arabie saoudite couvre ces faibles voix en achtant à prix d’or des évènements sportifs (Supercoupe d’Espagne de football, tours cyclistes, courses hippiques, matchs de boxe, exhibitions d etennis). La France ne va pas lui donner de leçons : en avril 2018, elle a signé un accord pour le développement culturel et touristique d’Al-Ula. 
Le Quai d’Orsay et ses représentants, ambassadeur en tête, sont de chaque invitation tous frais payés sur ce site nabatéen, que les Saoudiens entendent ériger en nouveau Pétra. Renaud capuçon y a donné des concerts et Gérard Mestrallet, ancien patron d’Engie, dirige une agence chragée de développer le site.  Le marché, estimé entre 50 et 100 milliards d’euros, a de quoi séduire. Tout comme l’argent des ventes d’armes. Celles-ci, Macron l’a assuré, ne sont pas utilisées par les saoudiens au Yémen. Les malappris qui disent le contraire risquent une convocation à la DGSI pour violation du secret-défense. 
Comme tant de dictatures, l’Arabie saoudite a, au sein de l’Hexagone, d’éloquents avocats. Sur Figaro Vox, Alexandre Adler a accusé les Turcs D’avoir assassiné Khashoggi, avant d’être contredit par les saoudiens. Christine Ockrent a livré une biographie pas trop féroce de Ben Salmane en octobre dernier. 
Médine France
Nos grandes agences de com’, elles, chantent les vertus du régime. Jonathan Gray, fils de Martin, qui a connu MBS il y a une dizaine d’années dans le sud de la France, distribue les marchés à qui veut les prendre.  D’Anne Méaux (la communicante de Ghosn) à Havas, de Publicis à richard Attias, son ancien directeur de l’événementiel, tous ont – ou ont eu – des contrats. Attias organise le Davos des sables, que la plupart des grandes entreprise honorent.
Les religieux ne sont pas reste. Des représentants de la Ligue islamique mondiale (LIM) se trouvaient à Paris, le 17 septembre, pour faire la « promotion d’un islam tolérant et humaniste« . Et répondre aux odieuses accusations de financement d’Al-Qaida, de Daech et d’Al-Nosra ? Sous les dorures du palais Brongniart se tenait une ronfalnte « conférence internationale ». Son « excellence » Mohammed al-Issa, secrétaire général de la LIM, a reçu Haïm Korsia, le grand rabbin de France, Mgr Defois, évèque émérite de Lille, et François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France – spécialement dépêchés pour signer un « mémorandum d’entente et d’amitié » entre toutes ces religions.
Pas étonnant que les imams bénissent le Paris-Dakar.
 [Photo via MaxPPP]
Publié dans International, Sport | Tagué

5G mon Amour

Dr Joël Delannoy –
C’est une nouvelle, un texte romancé que j’ai écrit pour alerter sur les graves dangers que fait courir la 5G à tout ce qui vit sur cette planète. Je n’en dirai pas plus pour ne pas nuire au suspense.
Cette nouvelle est  libre de droits.
Il est vivement recommandé de la télécharger et de la diffuser gratuitement à un maximum de personnes.
Elle est téléchargeable sous forme de fichiers .epub et .mobi à lire :
– sur liseuse
– ou sur ordinateur grâce au logiciel libre « Calibre » téléchargeable ici :
5G mon Amour.epub
5G mon Amour .mobi
Elle est également téléchargeable sous forme de fichier imprimable .pdf
5G mon Amour.pdf
Conditions de mise à disposition.
Il est strictement interdit de modifier le texte en quoique ce soit.
Les fichiers informatiques ne peuvent faire l’objet d’aucune transaction financière.
Des versions imprimées sur papier peuvent être vendues à la condition expresse que le prix de vente n’excède pas le coût de l’impression.
Tout téléchargement implique l’acceptation de ces conditions.
Si après avoir lu ma nouvelle, vous pensez que j’exagère le danger, je vous suggère de lire cette très récente
Revue scientifique des études concernant oiseaux insectes et plantes
Dr Joël Delannoy
Publié dans Médias

Retraites : un responsable LREM demande au Sénat de restituer ses réserves

La Provence – 13/01/2020 – Par La Provence (avec AFP)
Les réserves de la caisse de retraites des sénateurs s'élèvent à quelque 630 millions d'euros, celles de la caisse de retraites des personnels à 770 millions d'euros.Les réserves de la caisse de retraites des sénateurs s’élèvent à quelque 630 millions d’euros, celles de la caisse de retraites des personnels à 770 millions d’euros. Photo AFP
Premier questeur de l’Assemblée nationale, le député Florian Bachelier (LREM) a demandé aujourd’hui au président du Sénat Gérard Larcher (LR) de « restituer à l’État les 2 milliards d’euros de réserves » des caisses de retraite de la haute assemblée.
« Le Président Larcher doit écouter les Français, tous les Français – pas uniquement les grands électeurs du Sénat -, abolir le régime spécial de retraites des sénateurs, restituer à l’État les 2 milliards d’euros de réserves d’argent public dormant« , estime le député chargé de la gestion du Palais Bourbon dans le communiqué.
Les réserves de la caisse de retraites des sénateurs s’élèvent à quelque 630 millions d’euros, celles de la caisse de retraites des personnels à 770 millions d’euros, a indiqué dimanche le magazine « Capital » sur M6. Ces réserves ont été constituées pour les sénateurs à une époque où ils partaient très tard à la retraite.
Le régime de retraite des sénateurs est par ailleurs très favorable, mais, précise l’institution sur son site Internet, «les sénateurs et le Sénat financent eux-mêmes les prestations de leur régime, sans faire appel à des transferts financiers en provenance de l’État ou des autres régimes sociaux». Sur la même page, il est précisé que la pension mensuelle nette moyenne était de 3856 euros en 2018. Après un seul mandat de six ans, un ancien sénateur peut bénéficier d’une pension de plus de 2000 euros nets par mois.
Gérard Larcher a assuré en décembre que le régime de retraites des sénateurs allait être « adapté pour passer au régime universel » en application de la future réforme et qu’il fallait en finir avec les « procès d’intentions » sur le sujet.
Créé en 1905, le régime autonome des sénateurs possède, comme celui des avocats, des « réserves ». Aucune loi ne peut modifier ce régime, qui est régi par le seul bureau du Sénat. « Le Premier ministre a dit qu’il ne ferait pas de hold-up ou de main basse sur les caisses autonomes, qui appartiennent non pas à l’État mais aux cotisants et à l’institution« , avait tenu à souligner Gérard Larcher.
Et aussi Réforme des retraites : « Nous allons aller jusqu’au bout », martèle Édouard Philippe qui promet la « suppression des régimes spéciaux »
Publié dans Social | Tagué ,

Capricorne 2020 – Réflexion sur les énergies de cette constellation

Constellation du Capricorne 2020
     La saison du Capricorne a débuté le 21 décembre 2019, au solstice d’hiver, premier jour de l’hiver dans l’hémisphère nord et de l’été dans l’hémisphère sud. La première lune de cette nouvelle décennie se manifestera conjointement avec une éclipse, le 10 janvier, un événement à la fois stimulant et transformateur. Cette éclipse est la première d’une série de quatre se produisant au cours de l’année 2020 (10 Janvier, 05 Juin, 05 Juillet, et 30 Novembre).
     L’influence des énergies lunaires liées aux émotions est accentuée lors d’une éclipse lunaire. Dans ces circonstances, en conscience, avec un regard impartial et équilibré il est possible de discerner clairement toute dynamique relationnelle ou tout sentiment négatif provoquant une mauvaise harmonie. Somme toute, une éclipse lunaire offre la possibilité d’une sorte de « réinitialisation » de notre système émotionnel.
     Pour certains advient ce temps difficile dans lequel ils sont enveloppés – sans joie, ni optimisme ni espoir de réelle amélioration de leurs conditions. Lorsqu’il semble ne pas y avoir de raison à l’existence, lorsque le futur est menaçant, c’est alors que l’on a besoin de discerner et de peser les choses afin de pouvoir calmement raisonner. Persévérons jusqu’à la fin du nuage qui nous enveloppe, éliminons la pitié pour nous-mêmes et allons dans la lumière du soleil. La vie peut contenir beaucoup si nous lui faisons résolument face. Laissons-nous inspirer par les forces restauratrices et attendons les résultats.
     On dit qu’une attitude désinvolte d’indifférence est l’un des chemins les plus rapides par lequel anticiper notre libération. Cette attitude n’est nullement désinvolte envers les autres, mais envers les émotions. Elle conduit tout au moins, à assumer la souffrance émotionnelle ou les sujets de détresse. Ces réactions sont ainsi simplement reconnues, vécues et il ne leur est permis de produire aucune atteinte.

     Grâce à leur énergie spécifique, les éclipses solaires ont tendance à révéler une nouvelle voie ou à éveiller une nouvelle orientation de la pensée. Et la période du Capricorne est idéale pour établir des objectifs à long terme. Cependant, avant de pouvoir le faire, nous devons creuser profondément dans ce que nous sommes et comprendre non seulement ce que nous voulons ou désirons mais aussi ce qui fait appel à notre force d’âme.
    Le Capricorne est communément représenté par la chèvre de montagne, une petite créature rapide et agile qui peut faire des choses étonnantes et se tenir en équilibre sur des corniches rocheuses assez précaires ! Elle ne cesse de grimper et, puisqu’elle a une vue parfaite, elle aime contempler le paysage du plus haut.
     C’est aussi de cette façon que nous pouvons vraiment visualiser la manière dont notre voyage va continuer, une fois de retour, en bas, sur la terre. Bien sûr, la vie ne se déroule jamais vraiment selon nos plans mais il y a quelque chose de puissant et de motivant dans le fait de voir nos rêves et nos objectifs établis, étape par étape, ce qui peut les rendre plus accessibles ou palpables.
     En accord avec l’évolution des temps, il s’agit de quitter certaines activités pour en embrasser d’autres nouvelles. Pour obtenir de meilleures choses, libérons-en certaines déjà en main. Le nouvel âge du Verseau apporte des valeurs mondiales ainsi qu’un esprit lui aussi mondial. Nous ne pouvons pas atteindre ce degré de réalisation tout en ne maintenant que des valeurs locales. Nous devons grandir et raisonner comme un esprit planétaire dans lequel nos valeurs sont universelles.
     La difficulté pour l’humanité est que chaque communauté cherche à imposer ses valeurs locales, régionales ou nationales à une échelle mondiale. Chacune de ces communautés a pourtant le choix d’explorer sans réserve les dimensions spirituelles de la vie. Notre chemin est d’expérimenter le domaine spirituel comme étant le courant qui sous-tend les événements dans chaque activité et de pouvoir nous réjouir d’une telle expérience. Aussi, puissions-nous transformer la lumière en termes de joie. La spiritualité est Existence, expérimentons l’Existence, la croyance n’est pas nécessaire.
Pleine lune du Capricorne – Vendredi 10 janvier 2020 à 20h23 –

Publié dans Culture, réflexion | Tagué

Le Conseil de l’Europe réclame « plus de transparence » entre l’exécutif français et les lobbys

Huffington Post – 09/01/2020 – avec AFP –
Le Greco a estimé qu’il y avait encore des « zones grises » et a jugé nécessaire que « le président de la République » ainsi que les membres du gouvernement rendent compte publiquement de leurs rencontres avec les lobbyistes.
POOL New / Reuters – (Emmanuel Macron et Édouard Philippe le 11 novembre 2019 à Paris)
Le Groupe d’États contre la Corruption (Greco) du Conseil de l’Europe a pointé jeudi 9 janvier la persistance en France de “zones grises” dans la lutte contre la corruption et appelé Paris à plus d’efforts pour prévenir la corruption “au sein de l’exécutif”.
“L’attente croissante des citoyens quant à l’exemplarité des membres de l’exécutif (…) est palpable en France”, insiste dans son dernier rapport de 71 pages l’organe anti-corruption du Conseil de l’Europe, basé à Strasbourg.
Selon un sondage YouGov pour Le HuffPost réalisé en septembre 2018 après la démission fracassante de Nicolas Hulot qui avait pointé du doigt le rôle des lobbys, près de 4 Français sur 5 estimaient que ces derniers avaient trop d’influence dans la politique française.
Pourtant, des “zones grises où des efforts supplémentaires sont nécessaires” demeurent, en dépit d’évolutions “positives”, comme les créations de l’Agence française anticorruption (AFA), de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) ou encore celle du parquet national financier, relève le rapport.
“Une plus grande transparence s’impose”, notamment en ce qui concerne les “contacts entre l’exécutif et les groupes d’intérêts afin que leur influence” sur les décisions “soit plus claire”, estime le Greco, qui préconise que “les membres de l’exécutif, y compris le président de la République”, fassent ”état publiquement et à intervalles réguliers des lobbyistes rencontrés et des questions abordées”.
Le Greco salue l’adoption récente d’un plan de détection et de prévention des risques de corruption “au sein des ministères” mais recommande son extension “au cabinet du Président de la République (…), pas exempt de risques de corruption”.
Les déclarations de patrimoine et d’intérêts du président de la République devraient également être “examinées à son entrée en fonction afin de désamorcer tout éventuel conflit d’intérêts”, suggère le rapport, selon lequel les ministres soupçonnés de corruption ne devraient plus être jugés par la Cour de justice de la République, “composée pour moitié de parlementaires”, mais par “une autre juridiction (…) indépendante et impartiale”.
Le Greco appelle ”à l’élaboration d’une stratégie globale de prévention de la corruption” au sein de la police et de la gendarmerie, avec des “contrôles de sécurité” organisés tout au long des carrières afin d’évaluer la “situation personnelle” des agents, susceptible de les rendre “plus vulnérables” à la corruption.
Selon le rapport, la législation française sur la protection des lanceurs d’alerte devrait également être améliorée, la pratique ayant montré que sa mise en œuvre était “complexe” et “pas entièrement efficace”.
Composé de 48 États européens plus les États-Unis, le Greco a été créé en 1999 pour améliorer la capacité de ses membres à lutter contre la corruption.
Publié dans Non classé

2020

Chaque matin, les hommes et les femmes qui prennent soin de la parcelle du réel qui leur est confiée sont en train de sauver le monde sans le savoir.    Christiane Singer
Faisons tous un vœu, un vœu fou et grandiose et consacrons cette année 2020 à le rendre réalisable !

Parmi tous ceux qui font profession d’être insupportables, le (la) chercheur (euse) de vérité est certainement parmi les plus désolant-e-s.
Cet être, non content d’empoisonner sa propre existence, prend à tâche d’aigrir celle de ses voisins. En toute occasion, ses questions insidieuses viennent troubler la belle ordonnance  d’une vie humaine que le mensonge colore agréablement…    Pierre Mac Orlan
Publié dans Non classé

Père Noël : un dur métier en pleine mutation

Publié dans Non classé

Parc Wilhelmshöhe (Allemagne) : le plus grand parc paysager en Europe

Trésors du monde  –
Le parc Wilhelmshöhe est un parc public situé dans la ville de Cassel en Hesse, en Allemagne. Il a été inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2013. La colline formant le parc possède en son sommet la Statue d’Hercule et à sa base le Château Wilhelmshöhe.
Dans le monde entier, vous chercherez en vain un enclos comme celui-ci ; le parc Wilhelmshöhe en Allemagne est unique en son genre. Il représente l’une des principales attractions du pays. À titre d’information, ce jardin paysager est le plus grand parc de montagne dans toute l’Europe ! Vous aurez le privilège d’explorer dans cet espace des sites et attractions remarquables. Vous découvrirez donc le monument Hercules, le château de Wilhelmshöhe, Castle Löwenburg, la maison de balle, la grande serre et de très belles cascades. Si jusque-là, le site n’a produit que de bonnes impressions sur ces visiteurs, c’est certain qu’il en sera de même pour vous. Vous êtes attendu !
Descendant la longue pente d’une colline couronnée par la statue géante d’Hercule, les jeux d’eau monumentaux de Wilhelmshöhe furent créés à partir de 1689 par le landgrave Charles Ier de Hesse-Cassel autour d’un axe est-ouest. D’autres éléments ont été apportés par la suite. Des réservoirs et canaux aménagés derrière le monument d’Hercule apportent l’eau au système complexe de dispositifs hydropneumatiques alimentant le vaste théâtre d’eau baroque du site, sa grotte, ses fontaines et sa grande cascade de 350 mètres de long.
Outre cet ensemble, les lignes sinueuses de canaux et voies d’eau artificielles traversent cet axe, en alimentant une série de chutes d’eau spectaculaires et de rapides tumultueux, la grande fontaine et son geyser jaillissant à une hauteur de 50 mètres, le lac et les bassins isolés qui animent le jardin romantique créé au XVIIIe siècle par l’arrière-petit-fils de Charles, l’électeur Guillaume Ier. La grande taille du parc et de ses jeux d’eau, ainsi que l’imposante statue d’Hercule, constitue une expression du pouvoir absolu en Europe et l’ensemble témoigne des conceptions esthétiques des périodes baroque et romantique.
Le château Löwenbourg.
Publié dans Europe, Loisirs Tourisme | Tagué

L’école aux pieds nus

Charlie Hebdo – 18/12/201*9 – Jacques Littauer –
Le budget de l’Éducation nationale est l’un des plus importants de l’État. En 2020, la France consacrera 72 milliards à l’enseignement scolaire, soit bien plus que les dépenses du ministère de la Guerre (44 milliards). Ce budget est doublement mystérieux. on pourrait pense que si cette dépense est si élevée, c’est parce que nos bambins se prélassent au sein de petites classes, éventuellement « dédoublées », voire en compagnie de seulement 8 ou 10 camarades. C’est loin d’être le cas (1). Chaque professeur, à l’école maternelle, a en face de lui 22 Téo, Alison, Karim Cloé… En Pologne, ils ne sont que 17; en Espagne, 15. Et en Suède, il n’y a que 6 marmots pour chaque prof – bon, si ce sont toutes de Greta, c’est déjà trop !
Les profs, à l’école maternelle ou au primaire, ont en France beaucoup d’enfants, très jeunes, face à eux que leurs collègues d’autres pays, y compris dans des États bien moins riches que le notre. Et comme les écoliers français sont les recordmen du nombre d’heures passées par jour et par an vissés à leur chaise, c’est la double peine pour leurs instits !
Mais alors , les 72 milliards ? Nos profs, relativement moins nombreux, seraient-ils grassement rémunérés ? Non. En France, un enseignant du primaire avec quinze ans d’ancienneté touche, en arrondissant et en moyenne, 2 800 euros brut par mois. En Suède, c’est 3 200 euros, ce qui est déjà nettement mieux. Mais allez chez les Belges : les profs y sont payés 4 000 euros par mois !Mais ce n’est pas fini. un voyage à Dublin ? Le tarif est de 4 600 euros au pays de la Guinness. Les USA vous tentent ? Vous avez raison : 4 900 euros. Mais le paradis se trouve bien sûr chez les Allemands qui culminent à 5 200 euros par mois (2). 
Prenez le temps de mesurer ces écarts délirants, et vous verrez à quel point les profs de France ne sont pas à envier.Ils sont payés une misère pour s’occuper de plus d’enfants. Un très grand merci et une chouette tape sur l’épaule à eux tous…
Car nous sommes le seul pays riche où le salaire des profs a baissé au cours des dernières années. Ah, non, pardon, il y en a un autre : le Royaume-Uni. A l’inverse, les salaires ont augmenté de 20 % en Irlande et en Finlande, pleurez chers collègues, pleurez.
Conséquence évidente : plus personne ne veut enseigner au collège pour 1 600 euros par mois. Cette année encore, le nombre de candidats au concours s’est effondré : – 17 % en maths, – 10 % en physique-chimie, où les bons étudiants décrochent des emplois bien plus rémunérateurs (et où ils ne doivent pas acheter eux-mêmes leur ordi) (3).
Puisqu’il y a moins de candidats et que ce sont lez meilleurs qui s’en vont, je vous laisse deviner ce qui nous attend… Dans de nombreux collèges et lycées enseignent déjà des « profs » qui n’ont ni le Capes ni l’agrégation. Évidemment, les lycéens scolarisés à Louis-le-Grand sont moins concernés que les élèves du collège Jules-Ferry de Mantes-la-Jolie. 
Il y a près de 1 million d’enseignants en France. Il faudrait augmenter les salaires de 500 euros pour retenir les bons candidats. Dans un pays riche comme le notre, ce serait évidemment possible. Mais quand je vois tous ces articles qui discutent du montant de la potentielle augmentation du ministre Blanquer pour faire passer la pilule amère de la retraite à points… Les gars ne savent manifestement pas faire une multiplication. Il y a décidément longtemps que le niveau a baissé.
Lire : « Blanquer est-il le ministre qui a le plus augmenté les enseignants, comme l’affirme Darmanin ? » (LCI 16 décembre 2019)
(1) « Élémentaire et maternelle : des classes très chargées » (centre d’observation de la société, 2 septembre 2019)
(2) « Dans quel pays les enseignants sont-iles le mieux payés ? Pas en France…« , par Laurent Jeanneau (alternatives économiques.fr, 20 janvier 2016).
(3) « Concours enseignants, où sont passés les candidats?« , par Denis Peiron (La Croix, 27 novembre 2019).
Publié dans Education | Tagué

Soins (judiciaires) intensifs pour l’Ordre des médecins

Le Canard enchaîné – 11/12/2019 – D. H. – Le diagnostic est sévère, mais l’ordonnance pas définitive. Dix mois après les révélations du « Canard », la Cour des comptes a rendu publique son implacable enquête sur l’Ordre des médecins. Selon nos informations, les magistrats de la rue Cambon vont prochainement saisir plusieurs juridictions – dont le Parquet national financier – susceptibles de mettre leur nez dans une série « de faiblesses, voire de dérives préoccupantes« , relatives à la gestion de l’Ordre. Quatre-vingt millions d’euros de cotisations obligatoires rentrent chaque année dans ses caisses. De plus, les toubibs disposent de deux années de réserves, représentant deux fois cette somme, et d’un patrimoine immobilier de plus de 110 millions d’euros. Malgré cela, et malgré une enveloppe annuelle de 800 000 euros versés à des experts pour vérifier les comptes, « la Comptabilité de l’Ordre est insincère« , déplore la Cour. « Elle souffre d’approximations, de manques, d’erreurs [et surtout] d’écritures délibérément faussées« . La faute au Conseil national, qui « fait preuve d’un aveuglement coupable sur l’étendue des dysfonctionnements ». Il est « devenu les dispensateur de petites et grandes largesses qui profitent à tous ».
Faut dire que la potion est bonne, à l’Ordre ! Les 54 membres « bénévoles » du Conseil national ont perçu, en 2017, 2,2 millions d’euros d’indemnités et se sont fait rembourser pour 2,6 millions de frais. Des dépenses en hausse de 33 % depuis 2011, a calculé la Cour des comptes. 
Parmi les 54 élus, les 16 membres du bureau ont perçu plus de 1 million d’euros – les plus chanceux palpent jusqu’à 90 000 euros chacun. Ces indemnités forfaitaires s’assimilent, selon là Cour, à « des rémunérations déguisées » et à de confortables compléments de retraite : l’âge moyen des membres du bureau est de 71 ans. Une bien belle attention, par les temps qui courent…
Publié dans Justice, Santé | Tagué

Prélèvements à la mode Macron

Le Canard enchaîné – 11/12/2019 –
Ça devient une habitude. La France, championne d’Europe des prélèvements obligatoires parmi les pays développés : 46,1 % des revenus contre 34,3 en moyenne. En termes sonnants et trébuchants, cela signifie que nous avons payé, l’année dernière, 283 milliards d’impôts et de taxes de plus que la moyenne dans les pays de l’OCDE. 
La pression fiscale est restée stable en France par rapport à 2017, note l’OCDE. Ah bon ?  Alors, les baisses de la taxe d’habitation, des cotisations salariales, etc., annoncées par Macron, c’était du bidon ? Non, mais elles ont été exactement compensées par les hausses des taxes sur l’énergie ou de la CGS des retraités (« Les Echos », 6/12).
Malgré cette stabilité, tout le monde, – logement, justice, enseignement, hôpital…, – crie famine, et, dans les régions, les services publics ferment les uns après les autres. Alors, où passe l’argent ?
Publié dans * Train de vie de l'Etat | Tagué ,